Logo de Faciléco : Mieux comprendre l'économie

Wassily Leontief

Wassily Leontief (1905-1999) est un économiste américain d’origine russe. Il a reçu le prix Nobel en 1973 pour ses travaux sur les tableaux entrée-sortie.

Wassily Leontief débute ses études en URSS avant de s’exiler en raison de son opposition au communisme. Après avoir obtenu un doctorat en économie à l’université de Berlin, Leontief émigre aux Etats-Unis en 1931 où il sera professeur à Harvard et à l’université de New-York.

Les tableaux d’entrée-sortie (1941)

Wassily Leontief a repris la démarche de François Quesnay et de son « tableau économique » pour construire des « tableaux d’entrée-sortie » (input-output, en Anglais). Ces tableaux permettent de visualiser puis d’analyser les relations entre les industries d’une économie. Ainsi, ils établissent un lien entre les facteurs de production (travail, capital…), les produits intermédiaires échangés par les industries et les produits finis.

Prenons l’exemple d’un Etat qui voudrait doubler le nombre de bâtiment construits chaque année. Le béton est utilisé comme un « input » dans l’industrie du bâtiment. Or, pour se développer, l’industrie du béton a elle-même besoin de construire des bâtiments. Pour que la production de bâtiment puisse doubler, il faut donc que la production de béton fasse plus que doubler. Le tableau d’entrée-sortie permet dans ce cas de déterminer les besoins d’investissements pour réaliser l’objectif qui a été défini.

Les informations fournies par les tableaux d’entrée-sortie sont particulièrement utiles pour la planification économique. A la suite des travaux de Leontief, les instituts statistiques ont commencé à compléter leurs publications sur la comptabilité nationale par des tableaux d’entrée-sortie.

Le paradoxe de Leontief

Wassily Leontief s’est servi des tableaux d’entrée-sortie pour étudier le commerce international. Le modèle HOS, qui était alors la référence, prédit que les pays qui possèdent un facteur de production en quantité (par exemple le travail pour la Chine ou le capital pour les Etats-Unis) devraient exporter les produits qui nécessitent l’usage de ce facteur. Le paradoxe est apparu lorsque Leontief a confronté cette théorie aux données de la comptabilité nationale américaine. Il a remarqué que les Etats-Unis exportent principalement des biens intensifs en travail, alors que la théorie prédit le contraire.

Le paradoxe de Leontief a été résolu grâce à un modèle néo-technologique. En effet, les Etats-Unis exportent des biens qui nécessitent une technologie avancée, et donc du travail qualifié. En d’autres termes, ils exportent des biens qui nécessitent un certain type de travail plutôt qu’un autre. Or, les Etats-Unis disposent d’une main-d’oeuvre plus qualifiée que la plupart de leurs partenaires commerciaux. Il est donc logique qu’ils exportent les produits de ce facteur de production.

Les tableaux d’entrée-sortie sont constamment réalisés pour suivre l’évolution des économies. En France, c’est l’INSEE qui réalise chaque année ces tableaux. En appliquant l’outil qu’il a mis au point à l’étude du commerce international, Wassily Leontief a mis en évidence les faiblesses du modèle HOS et ouvert la voie à de nouvelles théories du commerce international : le modèle néo-factoriel et le modèle néo-technologique.

Partagez cet article !