Soldes d’été 2023 : nos conseils pour des achats l’esprit léger

Habituellement d’une durée de 4 semaines, la période des soldes a été allongée exceptionnellement d’une semaine. Dans la plupart des départements, les soldes d’été 2023 se déroulent donc du mercredi 28 juin au mardi 1er aout inclus. Pour les professionnels, il s’agit d’écouler rapidement leurs stocks pour éviter les invendus. Pour les consommateurs, les soldes constituent une période pendant lesquelles dénicher de bonnes affaires !

Les soldes d'été 2023
©AdobeStock/EleanoreH

Les soldes d’été 2023 se déroulent du mercredi 28 juin au mardi 25 juillet inclus. Les prochaines dates des soldes sont décalées pour :

  • La Corse où elles débutent le 12/07/2023 ;
  • Saint-Pierre et Miquelon à partir du 19/07/2023 ;
  • La Guadeloupe, à partir du 30/09/2023, la Martinique à partir du 05/10/2023, Saint-Barthélemy et Saint-Martin à partir du 14/10/2023 ;
  • Les prochains soldes de la Réunion débuteront le 02/09 /2023, il s’agira des soldes d’hiver.

Quelques conseils de la DGCCRF pour profiter des soldes au mieux, en magasin comme sur internet :

Consommez malin !

Repérez et comparez en amont les prix des biens et services que vous désirez acquérir pour vérifier la réalité des réductions de prix. Le vendeur, en magasin comme sur Internet, doit clairement signaler les rabais proposés par rapport à un prix de référence qui correspond au le prix le plus bas pratiqué pendant les 30 jours précédant la réduction. Il est ainsi interdit d'augmenter le prix d'un produit avant la période des soldes, dans le but de faire croire à une offre promotionnelle plus importante qu'elle ne l'est réellement.

Ne vous fiez pas forcément aux avis figurant sur les sites internet, ils sont parfois faux ou triés pour vous convaincre d’acheter (voire notre vidéo  Avis en ligne : attention aux faux commentaires !).

Prenez toujours le temps de la réflexion avant d’acheter un article « coup de cœur ».

Faites jouer votre droit de rétractation pour les achats sur Internet. Vous bénéficiez pour certains achats sur Internet acquis auprès d’un professionnel de l’Union européenne, d’un délai de rétraction de 14 jours qui débute à la date de livraison, que le produit soit en promotion ou pas. L’existence ou l’absence du droit de rétractation doit être mentionné avant la finalisation de la commande (l’absence de droit de rétractation concerne par exemple l’achat de places de spectacles, ou des produits personnalisés…). Lorsque le délai de rétractation existe, un formulaire respectant un modèle donné doit être disponible.

N’achetez pas les yeux fermés, surtout sur internet. Assurez-vous que les sites sur lesquels vous effectuez vos achats sont dignes de confiance : mentions légales, identité du vendeur, raison sociale, coordonnées du médiateur de la consommation en cas de litige….

Soyez également attentifs à certaines mentions telles le montant des frais de port ou d’éventuels frais de douane, les dates de livraison…

Assurez-vous que le paiement soit sécurisé (https ou logo de cadenas à côté de l’URL). De manière générale, méfiez-vous du hameçonnage (phishing) : cette technique est utilisée par des fraudeurs qui usurpent l’identité de sociétés connues pour obtenir vos données personnelles, notamment bancaires.

Enfin, les achats via les réseaux sociaux se multiplient, vérifiez à qui vous achetez, vous n’achetez pas forcément à l’influenceur lui-même mais à une autre société (dropshipping). Lorsqu’un influenceur fait la promotion d’un produit ou d’un service, il doit indiquer de manière lisible « publicité » ou « collaboration commerciale ». De plus, certaines publicités sont interdites ou très encadrées (alcool, médicaments, actifs numériques, jeux d’argent et de hasard…)

Faites jouer la garantie. Les limitations de garanties légales sur les produits soldés sont illégales. Un article soldé bénéficie des mêmes garanties en matière de défauts de fabrication non apparents, de défauts de conformité ou de service après-vente que tout autre article.

En cas de vice caché, le vendeur est tenu de remplacer l'article ou de le rembourser au consommateur. En cas de défaut de conformité identifié dans les deux ans après l’achat, le vendeur est tenu de vous proposer la réparation ou le remplacement du bien non-conforme, ou, en cas d’impossibilité de ces deux options, de vous rembourser le bien.

Dans les autres cas, le commerçant n'est pas tenu juridiquement de procéder à l’échange ou au remboursement, mais il peut le faire à titre purement commercial. En tout état de cause, le commerçant est tenu d'appliquer toute disposition relative à l'échange ou au remboursement dont il fait la publicité, soit sous forme d'affichage dans le magasin, soit mentionnée sur les tickets de caisse ou sur d'autres supports.

Consommez durable

Vérifiez l’indice de réparabilité. Pour certains produits électroniques et électroménagers, un indice de réparabilité doit être indiqué par le professionnel. Cet indice permet d’apprécier la possibilité de réparer le produit. L’obligation s’applique aux lave-linges à hublot, smartphones, ordinateurs portables, téléviseurs et aux tondeuses à gazon électriques. Depuis le 4 novembre 2022 les produits suivants sont aussi concernés :

  • lave-linge à chargement par le dessus
  • lave-vaisselle
  • nettoyeur à haute pression
  • aspirateur filaire, sans fil et robot.

Depuis le 15 décembre un bonus réparation a été mis en place pour vous inciter à prolonger la durée d’utilisation de vos équipements plutôt que d’acheter un appareil neuf. Le bonus s'applique à des produits qui ne sont plus sous garantie dès lors que le dépannage se fait dans un point de réparation labelisé. Il représente entre 10 et 45 €, selon le type d'appareil, ce qui équivaut à environ 20 % de la facture totale de réparation. Par exemple 10 € pour une machine à café, 25 € pour un lave-linge ou 45 € pour un ordinateur portable. Une trentaine de catégories de produits sont pour l’heure concernés : consulter  la liste des appareils concernés et les montants du bonus.

Tenez compte de l’impact environnemental des produits. La loi AGEC, dite anti-gaspillage, impose aux producteurs, importateurs ou responsables de la mise sur le marché de produits générateurs de déchets de mettre à disposition des « fiches produit des qualités et caractéristiques environnementales » de manière dématérialisée et accessible sans frais. Il s’agit d’informer les consommateurs notamment sur :

  • la compostabilité, la présence de matière recyclée, la recyclabilité,
  • la présence de terres rares ou de substances dangereuses,
  • la traçabilité géographique,
  • des primes ou pénalités versées au titre de la performance environnementale, pour chaque produit.

Consultez les fiches produits de vos futurs achats pour en connaitre toutes les caractéristiques.

Analyser attentivement les mentions environnementales qui vantent le caractère naturel, durable ou écologique d’un produit. Elles doivent être précises et vérifiables. Consultez notamment la composition du produit sur son étiquette ou son emballage ou sa fiche. 

Évitez les emballages et suremballages. Les emballages et suremballages sont sources de nombreux déchets. Pour réduire leur quantité, de nombreuses actions sont réalisables : utiliser des emballages éco-responsables, biosourcés, recyclables ; privilégier les produits en vrac en utilisant vos propres contenants ; réutiliser les cartons vides…

Si vous avez ou pensez avoir rencontré un problème de consommation avec une entreprise, vous pouvez le signaler en quelques clics sur la plate-forme SignalConso ou depuis votre application mobile sur Android et IPhone .