Accueil du portailParticuliers › Banque : quelles différences entre compte individuel, compte joint et compte indivis ?

Banque : quelles différences entre compte individuel, compte joint et compte indivis ?

26/05/2017

Vous souhaitez ouvrir un compte en banque ? Savez-vous quel type de compte convient le mieux à vos besoins ? Explications sur le compte individuel, compte joint ou compte indivis.

©Phovoir.fr

Compte individuel, compte joint, compte indivis : définitions

Compte individuel

Le compte individuel appartient à une seule personne. Les opérations (retrait, dépôt…) ne peuvent être effectuées que par le titulaire du compte, sauf s’il donne procuration à une autre personne.

Lire aussi : Changer de banque est devenu plus facile

 

Compte joint

Le compte joint est un compte bancaire appartenant à plusieurs cotitulaires. Les opérations (retrait, dépôt…) peuvent être effectués par chacun des cotitulaires.

Lire aussi : Comparez gratuitement et simplement les tarifs bancaires

Compte indivis

Le compte indivis, appelé aussi compte en indivision, est un compte bancaire appartenant à plusieurs cotitulaires, sur lequel toutes les opérations (retrait, dépôt…) doivent être validées par tous les cotitulaires.

Lire aussi : Découvert bancaire : quels frais peuvent vous être facturés ?

Les différences

  Compte individuel Compte joint Compte indivis ou compte en division
Qui peut ouvrir le compte ? Toute personne peut demander à la banque l'ouverture d'un compte individuel. Au minimum deux personnes liées ou non par un lien de parenté, le nombre maximum de cotitulaires peut être imposé par la banque. Les cotitulaires doivent être présents pour l'ouverture du compte. Au minimum deux personnes, le nombre maximum de cotitulaires peut être imposé par la banque. Les cotitulaires doivent être présents pour l'ouverture du compte.

Qui peut effectuer un retrait ou un dépôt sur le compte ?

Le titulaire. Chacun des cotitulaires. Les dépôts et retraits ne peuvent être effectués sans la signature de tous les cotitulaires.
Qui peut utiliser les moyens de paiement ? Le titulaire. Chacun des cotitulaires, à l'exception des cartes bancaires qui sont personnelles. Les moyens de paiement sont limités car tous les cotitulaires doivent donner expressément leur accord pour toutes les opérations.
A quels noms sont les relevés de compte, les courriers et les chéquiers ? Le titulaire. Le nom des cotitulaires est espacé par un "ou". Exemple : Mme ou Mr. Le nom des cotitulaires est espacé par un "et". Exemple : Mme et Mr.

Qui est responsable en cas d’incident de paiement ?

Le titulaire. Les cotitulaires sont solidairement responsables. Les cotitulaires sont solidairement responsables.

Lire aussi : Assurance, banque, commerce... : plus de 150 modèles de lettres pour régler vos litiges

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    29/12/2017

    Le 1er janvier marque chaque année des changements en matière de fiscalité pour les particuliers. Découvrez les mesures phares de ce début d'année !

  • 19/09/2017

    Le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) est accessible à tout contribuable ayant son domicile fiscal en France. A quoi sert-il ? Comment fonctionne-t-il ? Explications.

  • 01/09/2017

    Livret A, épargne populaire, plan épargne logement... : les livrets d'épargne réglementés voient leurs modalités fixées par l'Etat. Quels sont leur taux de rémunération ? Quelles sommes pouvez-vous y placer ? Votre argent est-il disponible à tout moment ? Comparatif des conditions de ces différents comptes.

  • ©Phovoir.fr

    23/08/2017

    Depuis 2014, une offre bancaire spécifique est mise en place pour les personnes en situation de fragilité financière afin de limiter les frais en cas d’incident de paiement.

  • ©Fotolia.com

    10/08/2017

    Le livret A est un livret d’épargne très apprécié des Français : selon l’Insee, 75,8 % des Français en possèdent un. Comment cela fonctionne ? Quel est le taux pratiqué ? Explications.

  • 12/07/2017

    Le taux de l’usure correspond au taux maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils accordent un crédit. Ce taux varie en fonction du type de prêts. Il est fixé à la fin de chaque trimestre pour le trimestre suivant par la Banque de France et publié au Journal officiel. Retour sur ces seuils qui visent à protéger l’emprunteur d’éventuels abus.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !