Accueil du portailParticuliers › Changer de banque devient plus facile à compter du 6 février

Changer de banque devient plus facile à compter du 6 février

06/02/2017

Le 6 février entre en vigueur le nouveau dispositif de mobilité bancaire automatisé, institué en application de la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques. Changer de banque plus facilement, rapidement et à moindre coût, cela devient possible.

 

Un interlocuteur unique, la banque d’accueil

Un consommateur qui souhaite changer de banque et qui a des prélèvements réguliers sur son compte bancaire, opérés par divers établissements (services des impôts, mutuelle, fournisseurs d’électricité, associations...) sera désormais déchargé de toute formalité administrative s’agissant du changement de domiciliation de ses prélèvements et virements récurrents. 

En application du décret n°2016-73 du 29 janvier 2016 relatif au service d'aide à la mobilité bancaire qui entre en vigueur le 6 février 2017, les relations se feront directement de banque à banque, le consommateur donnant à sa nouvelle banque un mandat pour accomplir les démarches nécessaires : information de l'ancienne banque de la volonté du client de fermer son compte, changements de domiciliation des prélèvements récurrents...

Une plateforme interbancaire d’échange automatisé d’informations

La banque recevra donc mandat de son nouveau client, déchargé de toute formalité administrative, pour accomplir, dans un délai de 12 jours ouvrés à compter de la réception de toutes les pièces requises, les démarches « banque à banque » nécessaires au changement de domiciliation de ses prélèvements et virements récurrents. Et ce, via l’ouverture d’une plateforme interbancaire d’échange automatisé d’informations entre les différents établissements concernés (banques de départ, d'arrivée, banques des émetteurs de virements et prélèvements).

Lire aussi : Comparez gratuitement et simplement les tarifs bancaires

 

Un mécanisme d'alerte

Ce dispositif est accompagné d’un mécanisme d’alerte, qui doit permettre au client d’être informé par sa banque d’origine - dans de brefs délais et par tout moyen approprié - des cas, en principe marginaux, d’opérations de prélèvements ou de virements qui se présenteraient sur le compte clos, durant un délai de 13 mois suivant la clôture de son compte.

Une importante mobilisation de l’ensemble des services concernés

Ce nouveau dispositif implique une importante mobilisation de l’ensemble des services concernés.

Tout opérateur émetteur de virements récurrents ou prélèvements (administrations, entreprises et associations), auquel sa banque a adressé la nouvelle domiciliation bancaire d’un usager ayant recouru au service de mobilité bancaire, est tenu dans un délai de 10 jours d’informer ce dernier de la prise en compte de ces modifications.

Le décret n°2016-73 du 29 janvier 2016 prévoit aussi le cas du transfert de domiciliation d'un compte dans un établissement bancaire situé dans un autre Etat membre de l'Union européenne.

Lire aussi : Nouveau dispositif de mobilité bancaire : en quoi les entreprises et les associations sont concernées ?

 

Jusqu'à présent, un faible taux de mobilité bancaire

Jusqu'à présent, la France enregistre un faible taux de mobilité bancaire, par rapport aux autres pays européens. En 2014, 50 millions de personnes physiques âgées de plus de 18 ans détiennent 80 millions de comptes de dépôt/paiement en France. La même année, 4,5% des Français ont changé de banque contre 10% en moyenne en Europe.

Source :  Rapport Inès Mercereau sur la portabilité du compte bancaire - Novembre 2014 [PDF; 1,6 Mo]


Publié initialement le 03/02/2017 - Mis à jour le 06/02/2017

Legifrance.gouv.fr

Décret n°2016-73 du 29 janvier 2016 relatif au service d'aide à la mobilité bancaire mentionné à l'article L. 312-1-7 du code monétaire et financier et aux plans d'épargne-logement inactifs mentionnés à l'article L. 312-20 du même code [JORF n°0026 du 31 janvier 2016]

L'article 3 de ce décret entre en vigueur le 6 février 2017.

Legifrance.gouv.fr

L'essentiel de la Loi pour la croissance et l'activité

Espace Loi croissance activité

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia

    14/06/2017

    Vous avez effectué un crédit immobilier ou un crédit conso ? En plus de la somme empruntée, vous avez des frais. Il s’agit du taux annuel effectif global (TAEG, anciennement TEG). Quel est la différence avec le taux nominal (ou taux débiteur) ? De quoi se compose-t-il ? Combien peut-il vous coûter ?

  • ©Fotolia

    12/06/2017

    Quand vous souscrivez un prêt immobilier, l'assurance n'est pas obligatoire, mais l’établissement prêteur peut l'exiger, en particulier pour les risques liés au décès et à l'invalidité. Vous n'êtes toutefois pas obligé(e) d'accepter l'assurance proposée par le prêteur. Retour sur les possibilités qui s'offrent à vous.

  • ©Fotolia

    18/05/2017

    Vous souhaitez connaître le prix au mètre carré d'un logement ou d'un terrain ? Vous le saurez avec le simulateur en ligne Patrim sur impots.gouv.fr. Il est ouvert à tous depuis le 2 mai 2017.

  • © Fotolia

    25/04/2017

    Vous avez sans doute déjà entendu parler des obligations ? Peut-être vous a-t-on déjà même proposé d’investir dans le marché obligataire ? Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comment procéder ? Quels sont les risques ?

  • 17/03/2017

    La protection des emprunteurs immobiliers est renforcée depuis le 1er juillet 2016 dans le cadre d’une harmonisation européenne de l’octroi du crédit immobilier et du crédit hypothécaire.

  • 23/02/2017

    Chaque année, en France, une personne sur dix présentant un « risque aggravé de santé » (cancer, diabète, hépatite, obésité, tabagisme…) demande une assurance de prêt. Vous êtes concerné ? La convention Aeras a été créée en 2007 et modifiée en 2015 pour vous faciliter l’accès au crédit et renforcer la confidentialité des informations médicales, grâce notamment à la mise en place du droit à l’oubli.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Vous êtes un particulier

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !