Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Vidéo : analyses des couches pour bébés

Le Service commun des laboratoires (SCL) et la DGCCRF vous expliquent en vidéo comment le protocole de recherche et d’analyse de substances dans les couches pour bébés a été élaboré.

Vidéo : analyses des couches pour bébés - PDF, 171 Ko

La DGCCRF a pour mission de s’assurer de la sécurité des biens et services des produits commercialisés. Dès 2017, la DGCCRF a initié une enquête de recherche de substances dans le secteur des couches pour bébés, conjointement à sa saisine de l’ANSES, en partenariat avec la Direction générale de la santé du ministère de la santé et la direction générale de la prévention des risques du ministère de la transition écologique et solidaire.

Une collaboration élargie à plusieurs partenaires pour élaborer un protocole d’analyses efficace

Les travaux initiés en 2017 sur les couches pour bébés ont été poursuivis alors que la presse s’était déjà fait l’écho des conclusions publiées en 2018 de l’enquête sur les protections féminines, menée en 2017, sur laquelle s’était appuyée l’ANSES dans le cadre d’une précédente saisine.

En collaboration avec les bureaux de la DGCCRF et de l’ANSES, et à la suite des observations formulées par le groupe Hygiène (groupe de professionnels), des travaux ont été menés pour définir le protocole analytique le plus représentatif possible des situations d’utilisation des couches. Des études complémentaires ont été réalisées à l’aide d’un simulant d’urine, afin de se rapprocher le plus possible des conditions réelles d’utilisation.

Plusieurs protocoles analytiques ont ainsi été mis au point au fur et à mesure des échanges avec les différentes parties prenantes : professionnels, ANSES, DGCCRF. Par exemple, il a ainsi été décidé d’utiliser comme liquide d’extraction un produit contenant de l’urée. Ou encore, une presse à miel a été acquise pour… presser les couches imbibées et en extraire le liquide d’imprégnation.

Un protocole analytique en 3 phases

Phase 1 : composition des couches sèches

La première phase de ce protocole a consisté à analyser la composition des couches sèches. Pour cela les couches sont découpées, puis plongées dans de l’azote liquide pour les broyer, enfin l’ajout de solvants à ce broyat permet de déceler les différentes substances.

Phase 2 : composition des couches avec l’ajout d’urine synthétique

Dans cette deuxième phase, une urine synthétique a été ajoutée au broyat.

Phase 3 : composition des couches avec l’ajout d’un simulant d’urine dans les quantités et durées d’utilisations attendues

Cette troisième phase reprend les conditions d’utilisation les plus proches du réel. Les couches sont imprégnées de simulant d’urine pour un volume équivalent au volume libéré par un enfant avec un temps d’imprégnation correspondant au temps de port d’une couche par un bébé.

Pour ces différents protocoles analytiques, les liquides sont ensuite extraits, filtrés, puis font l’objet de nombreuses analyses : résidus de pesticides, phtalates, dioxines, furanes et PCB, AOX/EOX, colorants azoïques, formaldéhyde.

La méthode utilisée, également retenue par l’ANSES, a été développée par le SCL, qui l’a mise à disposition de la communauté scientifique et des professionnels via une publication : « Stratégie d’investigation du Service Commun des Laboratoires sur la sécurité des couches pour bébé » par la Société des Experts Chimistes Français.

Plus de 9 000 résultats ont été envoyés à l’ANSES  et ont permis d’aboutir à une étude de risque.

Des travaux scientifiques qui ont mené à des actions concrètes

Au regard des résultats des analyses produites par le SCL et la DGCCRF, l’ANSES a émis des recommandations sur la base desquelles le Gouvernement a demandé, début 2019, aux professionnels de prendre dans les meilleurs délais les mesures garantissant la sécurité des produits mis sur le marché[1]. Au-delà de ces actions, la France porte au niveau européen la mise en place d’une réglementation spécifique pour ces produits, en vue d’interdire ou de restreindre la présence de substances chimiques préoccupantes dans le cadre de la réglementation européenne des produits chimiques REACH.

Le bilan des analyses de l’enquête menée de 2019 à début 2020 a été publié le 02/07/2020 (communiqué de presse).


[1] Voir les communiqués de presse du 23 janvier et du 8 février 2019 (liens infra).

Partager la page