Accueil du portailDGCCRF › Piles bouton : prévenir l’ingestion et adopter les bons réflexes en cas d’accident
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Piles bouton : prévenir l’ingestion et adopter les bons réflexes en cas d’accident

20/12/2018

©Anses/DGCCRF

Face aux nombreux cas d’ingestion de piles bouton par de très jeunes enfants (avant 6 ans, le plus souvent), responsables de graves conséquences, parfois mortelles, les autorités sanitaires alertent à nouveau sur ce risque sanitaire méconnu et sensibilisent les parents, les personnes ayant la garde d’enfants et les professionnels de santé sur les premiers réflexes à adopter en cas d’accident.

©Anses/DGCCRF

De nombreux objets du quotidien, tels que les télécommandes d’appareils audiovisuels, télécommandes domotiques, calculatrices, montres, appareils photos, audioprothèses, ou encore certains jouets électriques, etc., contiennent des piles bouton : ce sont des piles plates rondes et de petite taille.

En cette période de Noël, il convient d’être particulièrement vigilant. Une pile avalée peut entraîner très rapidement la formation de lésions potentiellement mortelles. En cas d’ingestion, MÊME SUPPOSEE, n’attendez pas, chaque minute compte ! :

  • appelez IMMEDIATEMENT un Centre antipoison ou le 15 qui vous indiquera la marche à suivre,
  • conduisez votre enfant dans le service d’urgence indiqué par le Centre antipoison, qui lui transmettra le protocole à suivre.

Il est essentiel que l’entourage des jeunes enfants adopte les bons réflexes afin de prévenir les risques et de réagir sans délai en cas d’ingestion, même supposée, de piles bouton.

Afin de prévenir tout risque d’ingestion, il est important de respecter les consignes suivantes :

  • conserver les piles bouton hors de portée d’un enfant qu’elles soient encore emballées ou
    usagées ;
  • vérifier que le compartiment à piles des objets qui en contiennent est bien sécurisé et ne peut pas être ouvert facilement. Dans le cas contraire, ne pas laisser l’objet contenant les piles bouton à portée d’un enfant ;
  • privilégier l’achat d’appareils dont le compartiment à piles est sécurisé (exemple, présence d’une vis ou d’un dispositif de blocage nécessitant une manipulation pour l’ouvrir).

Des accidents sont régulièrement signalés

Les Centres antipoison signalent très régulièrement des accidents liés à l’ingestion de ces piles bouton qui peuvent entraîner des complications médicales graves parfois mortelles : brûlure et perforation œsophagienne, hémorragie brutale et imprévisible, perforation des voies respiratoires. A partir de leurs données, ils ont réalisé une étude rétrospective publiée en 2017. Entre janvier 1999 et juin 2015 : 4030 cas ont été étudiés, tous âges confondus, deux enfants sont décédés et 21 cas graves ont été observés. Cette étude souligne une augmentation significative des cas d’ingestion présentant des signes cliniques, passant de 7 % des cas en 1999 à 18 % en 2015. Ceci est vraisemblablement dû à l’augmentation du nombre d’ingestions des piles de grande taille. Une étude prospective réalisée sur deux ans entre juin 2016 et juin 2018 est en cours d’analyse mais trois décès d’enfants sont d’ores et déjà à déplorer sur cette période.

Les pouvoirs publics agissent pour renforcer la sécurité des enfants

La Direction générale de la Santé (DGS), la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), mènent actuellement plusieurs actions afin de renforcer la sécurité des enfants :

  • sensibilisation et information des professionnels de santé, des professionnels de la petite enfance et des parents sur les produits susceptibles de contenir des piles bouton et les réflexes à adopter dans l’urgence en cas d’ingestion.
  • actions auprès des professionnels et des industriels concernés par la mise sur le marché de piles ou de produits contenant des piles bouton (secteur de la grande distribution, industriels, les associations de consommateurs) afin de dégager en partenariat avec ces derniers, des voies pour renforcer la prévention.
  • sensibilisation des autres pays membres de l’Union européenne dans le cadre du réseau européen sur la sécurité des consommateurs.
  • contrôles de la DGCCRF sur les emballages de piles bouton et poursuite des contrôles de la DGCCRF sur la sécurité des jouets, notamment concernant l’accessibilité des piles.

 

D'autres actualités pouvant vous intéresser

  • ©Fotolia.com

    31/12/2018

    Bonne nouvelle : depuis le 3 décembre 2018,  vous pouvez acheter des biens et services à un e-commerçant basé dans un autre pays de l’UE dans les mêmes conditions que des clients domiciliés dans ce pays.

  • ©MS / Stock.Adobe.com

    28/12/2018

    Promotions, bonnes affaires, prix cassés… les soldes sont de retour ! Cette année, elles débutent le 9 janvier au matin pour s’achever le 19 février dans la soirée. Attention, certains départements font exception à cette règle.

  • © Pixabay

    05/12/2018

    L’expérimentation animale portant sur les produits cosmétiques est interdite par la réglementation européenne. Par conséquent, l’allégation « non testé sur les animaux » est abusive et ne doit pas figurer sur ces produits.

  • ©Pixabay

    23/11/2018

    À compter du 30 mars 2019, le Royaume-Uni sort de l’Union européenne et devient un pays tiers. Quelles seront les conséquences pour le consommateur français ? Revue de détail.

  • ©Ministère de l’Economie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics/Sircom

    23/11/2018

    La médiation de la consommation vient de rendre public son rapport d’activité 2016-2017. L’occasion de revenir sur les trois premières années d’existence de ce dispositif de résolution amiable des litiges.

  • 19/11/2018

    Comme chaque année, la DGCCRF met à la disposition des consommateurs une brochure de conseils pour réussir les fêtes de fin d’année.