Imprimer la page

L’essor des produits équitables

Les consommateurs se tournent de plus en plus vers des produits qu’ils espèrent plus respectueux de l’environnement, de leur santé et de leurs conditions sociales de production. Dans ce contexte, les produits issus du commerce équitable ont connu ces dernières années un fort essor.

©AdobeStock

L’enquête menée par la DGCCRF courant 2019 et début 2020 avait pour objectif de contrôler la loyauté des allégations utilisées par les professionnels pour les produits issus du commerce équitable, dans les domaines alimentaire et non alimentaire. Elle a permis de relever quelques irrégularités et de sensibiliser les acteurs aux enjeux de la règlementation.

L’essor des produits équitables - PDF, 252 Ko

Le commerce équitable est un système d'échange dont l'objectif est de proposer une plus grande équité dans le commerce conventionnel. Elle se fonde notamment, selon ses tenants, sur la réappropriation des échanges marchands par ceux qui les pratiquent. Cette démarche consiste à utiliser le commerce comme un levier de développement et de réduction des inégalités, en veillant à une rétribution plus élevée des acteurs de la filière. À cette perspective économique, s'ajoutent parfois des préoccupations éthiques, sociales et environnementales.

Le marché du commerce équitable s’est développé dans tous les secteurs…

Ces dépenses par habitant ont été multipliées par 13,3 en 15 ans

Une précédente enquête générale sur le commerce équitable effectuée par la DGCCRF en 2004-2005 avait permis de relever 17 filières de démarches équitables, pour un chiffre d’affaires global de 98 millions d’euros. Cela représentait alors 1,6 € de dépenses par an et par habitant, dont 90 % de produits alimentaires (café, thé, chocolat, riz, jus de fruit, ananas, banane) et 10 % de produits de l’artisanat (vêtements, tapis, poteries, articles en bois, cuir, métal). Le commerce équitable ne concernait alors que le commerce Nord/Sud.
Depuis 2014, et les modifications introduites par la loi« ESS [1], et pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs pour des produits locaux et responsables,  l’offre de produits s’est considérablement développée, et partant, a  généré une croissance globale du marché.

A cet égard, le chiffre d’affaires actuel du commerce équitable est de 1,5 milliards euros en 2020, soit 21,4 € par an et par habitant. Un tiers du commerce équitable est désormais le fait de filières françaises (Nord/Nord), le reste étant constitué de filières internationales, étant précisé que la dernière enquête, conduite en 2019 et 2020, a permis de recenser une trentaine de démarches équitables.

Cette nouvelle enquête a montré aussi que les produits équitables ne sont pas seulement proposés aux consommateurs dans les rayons des grandes et moyennes surfaces et dans les boutiques spécialisées ou les marchés d’artisanat locaux, mais dans les foires et salons, les festivals, et dans les boutiques en ligne. Les enquêteurs ont ainsi contrôlé plusieurs sites Internet marchands et non marchands de produits alimentaires et non alimentaires.

Les contrôles de la DGCCRF ont permis de relever des irrégularités chez 8 % des professionnels visités. La moitié d’entre elles était relative au non-respect de la réglementation encadrant le commerce équitable (allégations trompeuses ou non justifiées). L’autre moitié des anomalies constatées concerne des manquements ou infractions à d’autres réglementations : information précontractuelle, emploi de la langue française, information sur les prix et les conditions générales de vente, obligations en matière d’étiquetage de sécurité des produits, dates limites de consommation…

L’offre de produits équitable concerne aussi les produits industriels

L’enquête a permis de constater que la majorité des produits alimentaires (café, thé, chocolat) commercialisés avec la mention « commerce équitable » le sont par des grandes et moyennes surfaces et font référence à un label, comme le label « Fairtrade - Max Havelaar » ou « Fair for life ». Ce sont également des produits issus du commerce Nord/Sud.

Mais une offre nouvelle de produits équitables « Nord-Nord » s’est également développée, qui est aussi «made in France ». Elle émane par exemple de groupements de producteurs de produits laitiers ou carnés mais aussi de producteurs de céréales et de fruits et légumes. Cette caractéristique locale des produits semble plus marquée dans les départements ruraux.

Bien que minoritaire, l’offre de produits équitables non alimentaires s’est également développée et concerne les produits textiles comme les tee-shirts, les produits en laine (écharpes, pulls), mais aussi les articles en cuir, tapis, bâtonnets d’encens, produits cosmétiques (huile de ricin et crème à la fleur d’oranger), jouets, instruments de musique, matelas en latex ou vaisselle.

…et a entraîné une multiplication des labels

Les contrôles ont également mis au jour l’extrême diversité des labels de commerce équitable, qui recouvre également une diversité de standards, ce qui ne contribue pas à leur bonne compréhension par le consommateur.

Qu’est-ce qu’un label équitable ?
Un label équitable est un signe distinctif qui permet au consommateur d’avoir, grâce à un logo facilement reconnaissable, une information sur la catégorisation du produit comme relevant du commerce équitable.

En effet, le label affiche le respect des principes de commerce équitable, tels que définis par les organisations de commerce équitable, par l’entreprise qui appose le logo de ce label sur son produit, étant précisé que le commerce équitable s’intéresse à l’ensemble du processus de production et de commercialisation.

S’agissant des labels de commerce équitable, chaque label implique la définition d’un cahier des charges conforme aux principes du commerce équitable et la mise en œuvre de contrôles internes ou externes (notamment par un organisme certificateur) sur l’ensemble de la chaîne.

Cependant, il peut exister des différences entre les niveaux d’exigence des organisations. Les cahiers des charges sont ainsi très variables : si le label « Fair for life » créé par « Ecocert » requiert, pour les produits composés, au moins 80% des ingrédients agricoles certifiés pour les produits alimentaires, ce taux est d’au moins 50 % pour « Naturland Fair ». D’autres labels ne fixent pas de seuils[2] du tout, comme par exemple « Fair Trade – Max Havelaar », pour lequel la règle est d’une autre nature : « tous les ingrédients qui peuvent être certifiés doivent l’être » (règle dite en anglais du « all that can be »)

Les labels ne concernant qu’un seul ingrédient
En outre, alors que le commerce équitable s’intéresse aux conditions – équitables – de l’ensemble de la filière, de nouveaux labels (comme « cocoa program » ou « cocoa life ») ne font référence qu’à un seul ingrédient utilisé dans le processus de production du produit manufacturé, par exemple, le cacao dans la fabrication du chocolat.

Ces labels sont parfois utilisés par des multinationales qui mettent en place des programmes de développement durable dans leurs chaînes d’approvisionnement. Ces programmes n’ont pas toujours de cahiers des charges certifiés par un organisme comme les labels du commerce équitable. Ces labels ont deux types de référence :

  • « Fair trade segregated » : ce qui signifie une séparation des matières premières le long de la filière, afin de garantir que tous les produits livrés à l’utilisateur final proviennent uniquement de sources certifiées « commerce équitable ». Ce procédé repose sur la traçabilité physique du ou des ingrédients certifiés équitables. Il autorise néanmoins, pour la fabrication du produit fini, le mélange des produits certifiés avec d’autres non certifiés ;
  • « Fair trade mass balance » (ou bilan de masse équitable) : vise à garantir, sur la base d’éléments documentaires, l’utilisation dans le produit final d’une quantité d’ingrédient équivalente à la celle qui a été achetée certifiée équitable par l’entreprise. Ce procédé repose sur la traçabilité documentaire du ou des ingrédients certifiés équitables.

Si, aujourd’hui, une très grande majorité de l’offre de commerce équitable est composée de produits garantis par un label, il existe cependant d’autres opérateurs, au sein de filières intégrées, qui proposent des produits sans labels répondant néanmoins aux principes du commerce équitable.

Toutefois, l’enquête a montré que désormais la plupart des produits sont labellisés, même ceux vendus dans les boutiques des réseaux de distribution des filières intégrées. Les changements opérés en quelques années sont donc également structurels

La réglementation s’est adaptée à l’essor du marché du commerce équitable….

La France est l’un des rares pays où le commerce équitable est défini légalement. Toutefois cette réglementation prend place dans un système organisé par les opérateurs du commerce équitable eux-mêmes. Ces opérateurs, regroupés au sein de fédérations ou d’associations (dont certaines au niveau mondial) ont défini les principes du commerce équitable. Ces principes servent de base pour la rédaction des spécifications des cahiers des charges des opérateurs de commerce équitable, dont le respect peut, ou non, être contrôlé par des organismes certificateurs et portés à la connaissance des consommateurs par un logo apposé sur le produit.

La définition du commerce équitable a varié dans le temps, l’article 60 de la loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises[3] (dite loi PME) définissait simplement le commerce équitable comme celui qui « organise des échanges de biens et de services entre des pays développés et des producteurs désavantagés situés dans des pays en développement ».
Ne visant que les échanges avec les pays en développement, cet article limitait donc le commerce équitable aux échanges Nord/Sud.

La loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire[4] (dite loi « ESS ») a étendu le commerce équitable aux échanges Nord/Nord.

L’article 94 de la loi sur l’Economie Sociale et Solidaire de 2014  a en effet supprimé la référence aux échanges avec les pays en développement, mais il a surtout précisé les conditions requises pour utiliser la mention « commerce équitable » établies selon 6 grands principes :

  1. Des prix justes et rémunérateurs pour les producteurs
  2. Un partenariat commercial sur la durée
  3. Le renforcement des organisations de producteurs avec une gouvernance démocratique
  4. Le versement d’un montant supplémentaire pour financer des projets et des dynamiques collectives
  5. La transparence et la traçabilité des filières
  6. La sensibilisation des consommateurs à des modes de production socialement et écologiquement durable.

Le décret du 17 septembre 2015 relatif au commerce équitable[5] a précisé quelques éléments relatifs au contrat, notamment le fait que celui-ci peut prévoir une période d’essai d’un an. Le texte indique également que le prix versé par l’acheteur doit permettre de couvrir les coûts de production, de verser une rémunération suffisante mais aussi de dégager une marge permettant aux travailleurs de réaliser des investissements nécessaires à l’amélioration de l’efficacité de leur outil de production.
 
En 2019, l’article 173 de la loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises[6], dite loi PACTE, a précisé que l’utilisation du terme « équitable » dans la dénomination de vente d’un produit est désormais réservée aux produits effectivement issus du commerce équitable.

…mais elle est encore méconnue.

Selon le collectif Commerce Equitable France rassemblant les principaux acteurs du commerce équitable, en 2019, 70 % des produits du commerce équitable vendus en France sont des produits alimentaires. Les produits contrôlés lors de l’enquête de la DGCCRF auprès de 593 établissements ont donc porté principalement sur ces produits. Par ordre d’importance décroissante, cette enquête a concerné le café (29 %), les produits à base de cacao (23,5 %), les thés et infusions (8,5 %), les produits à base de céréales (6,5 %) dont produits de boulangerie et les fruits secs ou exotiques (5 %).

Concernant le secteur du non alimentaire, les produits contrôlés par la DGCCRF ont été : les cosmétiques (41,5 %), les produits textiles (13 %), les produits d’entretien de la maison (6 %), les articles de décoration et d’ameublement (5,5 %), les arts de la table (6,5 %) et les jouets (4,5 %).

La moitié des anomalies constatées lors des contrôles a trait directement au non-respect de la réglementation sur le commerce équitable (allégations trompeuses ou non justifiées).

Deux tiers des entreprises contrôlées étaient des distributeurs, dont la moitié d’entre eux étaient des magasins spécialisés. Dans la plupart des cas, il est apparu que les distributeurs faisaient confiance à leurs fournisseurs pour justifier du caractère équitable des produits vendus, dans le cas où le produit disposait d’un label. Lorsque le produit vendu ne disposait pas d’un label connu, de nombreux distributeurs (par exemple, un boucher charcutier pour du safran, ou un site internet pour des produits textiles ou du café), ignorant la réglementation sur le commerce équitable, mettaient en avant ce caractère équitable sans aucune justification.

Les centrales d’achat qui adhèrent à une association nationale ou internationale de commerce (filières intégrées) respectent majoritairement la réglementation relative au commerce équitable, même si elles peuvent quelquefois méconnaître la réglementation sur l’information précontractuelle ou l’étiquetage du produit ou des réglementations spécifiques (IGP).

En revanche, les contrôles auprès des autres centrales d’achat/importateurs non adhérents à des organisations de commerce équitable ont révélé des anomalies dans l’application de la réglementation protectrice du commerce équitable.
De même, le contrôle de certains fabricants revendiquant les termes « commerce équitable » pour leurs produits a montré la méconnaissance de ces professionnels quant à cette réglementation.

Enfin, les investigations ont parfois révélé une certaine confusion entre « commerce équitable » et « origine biologique »., Etre certifié « bio » ne suffit pas à être équitable car il convient en outre pour cela de respecter les principes et les conditions propres au commerce équitable. Pourtant, certains professionnels se fournissant en produits certifiés biologiques considèrent à tort que cela les autorise à mettre en avant une caractéristique équitable des produits alors qu’aucune justification de ce caractère équitable n’est fournie.

Sur la base des infractions et manquements relevés, les enquêteurs de la DGCCRF ont rédigé 77 avertissements, 23 injonctions et 2 procès-verbaux pénaux. Ces procès-verbaux sont établis en cas de pratique commerciale trompeuse, définie à l’article L. 121-2 du code de la consommation. Les sanctions sont prévues à l’article L. 132-2 du même code : emprisonnement de deux ans et amende de 300 000€ ;


[1] Loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire  (dite loi « ESS »),

[2] Ainsi une glace au chocolat peut être labellisée équitable « Max Havelaar » avec seulement le cacao équitable et pas les autres produits (lait, œufs, sucre…)

[3] n° 2005-882

[4] n° 2014-856

[5] n° 2015-1157

[6] n° 2019-486

Partager la page