Imprimer la page

Contrôle de la contamination radioactive des denrées d’origine végétale

Dans le cadre de la surveillance et du contrôle de la contamination radioactive des denrées d’origine végétale, la DGCCRF en 2016 a prélevé pour analyse 226 échantillons. Seuls 5 d’entre eux présentaient un niveau de radioactivité en césium 137 supérieur à 100 Bq/kg.

© Pixabay

Dans le cadre de la surveillance et du contrôle de la contamination radioactive des denrées d’origine végétale, la DGCCRF en 2016 a prélevé pour analyse 226 échantillons. Seuls 5 d’entre eux présentaient un niveau de radioactivité en césium 137 supérieur à 100 Bq/kg.

L’accident de Tchernobyl survenu en 1986 a conduit les autorités françaises à mettre en place des contrôles pour vérifier les niveaux de contamination radioactive des denrées d’origine végétale mises sur le marché français, qu’elles soient cultivées ou fabriquées en France ou bien importées sur le territoire national.

Les objectifs de l’enquête

  • denrées produites en France : participer à l’action de veille des autorités françaises Depuis 2009, cette surveillance est mutualisée avec l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et la Direction générale de l’alimentation (DGAl - ministère de l’agriculture).
  • denrées importées/introduites : répondre aux obligations européennes (règlement EURATOM n° 733/2008) en procédant au contrôle de la conformité des denrées avec les niveaux maximums admissibles fixés par ce règlement.

5 denrées sur 226 analysées présentent une activité en césium 137 supérieure à 100 Bq/kg

La présence de césium 134 et 137) a été recherchée sur une grande diversité de denrées. Au total, 226 analyses ont été réalisées dans le cadre de ce plan (191 par les laboratoires du SCL1 et 35 par l'IRSN).

Les résultats sont les suivants :

  • la présence de césium 134 n’est plus détectée ;
  • concernant le césium 137 : les denrées analysées n’ont pas révélé de contamination radioactive supérieure à 100 Bq/kg sauf pour 5 denrées importées/introduites : 3 champignons2 et 2 myrtilles3, dont les activités restent néanmoins inférieures au niveau maximum admissible de 600 Bq/kg fixé par le règlement n° 733/20084. Par ailleurs, de faibles activités en césium 137 (entre 10 et 100 Bq/kg) ont été détectées dans certains aliments  :
  • des cèpes frais produits dans le Cantal ;
  • des champignons importés/introduits provenant très majoritairement des pays de l’Est (Roumanie, Bulgarie, Pologne, Lituanie et de Macédoine) ;
  • un fruit (myrtille) originaire d’Ukraine.

En vue d’établir des certificats d’exportation, des demandeurs privés ont sollicité le SCL pour analyser des échantillons. Aucun cas de contamination supérieure à 10 Bq/kg n’a été révélé.

Ce plan de surveillance et de contrôle sera reconduit pour garantir aux consommateurs des produits exempts de contamination radioactive.[1]Service commun des laboratoires de la DGCCRF et de la DGDDI.
[2]Une girolle en provenance de Russie, une autre girolle d’origine indéterminée et un pied de mouton de Macédoine.
[3]En provenance de Pologne et d’Ukraine.
[4]règlement (CE) n° 733/2008 du Conseil du 15 juillet 2008 relatif aux conditions d’importation de  produits agricoles originaires des pays tiers à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Tchernobyl

Partager la page