Trier les résultats par
Afficher les extraits

L'adhésion à une salle de sport ou de remise en forme

Comment bien choisir sa salle de remise en forme ? Elles séduisent de plus en plus de consommateurs avec des formules attrayantes, permettant d’accéder tous les jours, à de nombreuses disciplines sportives. Avant de signer votre contrat d’adhésion, lisez toutes les conditions ! Voici quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises.

Crédit photo : ©Fotolia

L'adhésion à une salle de sport ou de remise en forme - PDF, 570 Ko

En France, la taille du marché du fitness est estimée à 2,5 Mds €  (+ 20 % en dix ans) générés par environ 4 200 clubs. La France occupe la troisième place européenne sur le marché du fitness avec 5,71 millions de Français inscrits dans un club, derrière l’Angleterre et l’Allemagne. Les enquêteurs de la DGCCRF procèdent régulièrement à l’examen des supports commerciaux et des conditions d’abonnement au regard  des dispositions en matière de protection économique du consommateur.

Avant de vous engager

  • Information du consommateur

Afin de prendre une décision éclairée, le responsable de salle de remise en forme doit communiquer avant tout engagement au consommateur, de manière lisible et compréhensible, les informations relatives :

• aux caractéristiques essentielles du service (contenu du service proposé, à la durée de l’engagement, aux conditions générales de vente, de résiliation, au règlement intérieur…) ;

• aux prix des prestations délivrées ;

• à l’identité du professionnel ;

• à la possibilité de recourir à un médiateur de la consommation dans les conditions prévues à cet effet.

Par ailleurs, le règlement intérieur et les prix, toutes taxes comprises, des prestations proposées doivent être affichés, de manière visible et lisible, dans l’établissement.

Concernant la souscription d’un contrat par correspondance (internet, courrier…), le consommateur doit obtenir les mêmes renseignements.

Le contrat d’adhésion

  • Les formules d’adhésion

Le professionnel vous proposera plusieurs formules d’adhésion :

  • abonnement pour une durée limitée ou non ;
  • formule de courte durée, par ticket à la séance.

Une copie de contrat d’adhésion signé ainsi qu’une note lorsque le prix de  la prestation est supérieur ou égal à 25 euros doivent vous être remises.

Sachez que le contrat devient ferme et définitif dès que vous apposez votre signature.

  • Droit de rétractation

Lors de la souscription d’un contrat à distance, vous disposez d’un délai de rétractation de quatorze jours à compter du lendemain de la conclusion du contrat en renvoyant le formulaire type (de préférence par courrier recommandé avec avis de réception).

Des clauses abusives dans les contrats

La pratique la plus souvent relevée par les enquêteurs est la présence de clauses abusives dans les contrats d’abonnement remis au consommateur : dégagement de la responsabilité du professionnel en cas d’accident ou de vol, modification unilatérale par le professionnel des horaires, tarifs ou prestations proposés, impossibilité pour le consommateur de résilier le contrat d’abonnement pour des raisons de santé ou professionnelles[1].

Les pratiques commerciales trompeuses

Les principales pratiques commerciales trompeuses couramment relevées concernent le non-respect des conditions mises en avant dans les publicités : prestations présentées dans les annonces publicitaires mais non dispensées, mise en avant d’un tarif promotionnel alors qu’il s’agit en réalité d’offres valables toute  l’année (l’offre promotionnelle peut également être plus onéreuse que l’offre habituelle), prix attractifs dans les publicités mais rarement pratiqués car soumis à de nombreuses restrictions, omission des frais d’inscription/dossier sur de nombreuses annonces de prix, indication d’un prix correspondant uniquement au premier mois d’abonnement avec pour les mois suivants une augmentation.

Recours en cas de litige

Vous demandez la résiliation de votre abonnement temporairement (problème de santé, grossesse…) ou définitivement (déménagement, interdiction de pratiquer une activité sportive). Reportez-vous à votre contrat et vérifiez  les clauses qui vous autorisent à suspendre temporairement ou définitivement votre abonnement.

Ne prenez pas l’initiative de faire opposition au paiement. Les motifs d’opposition sont en effet strictement définis : vous devez payer le professionnel et contester ensuite.

Recherchez une solution amiable

La première démarche à effectuer est de trouver une solution amiable avec le responsable de la salle de sport et souvent cela suffit pour régler le différend. Si aucune solution n’est trouvée, une lettre recommandée avec un avis de réception devra être envoyée.

Si vous trouvez que la réponse n’est pas satisfaisante vous pouvez recourir à un autre mode de règlement amiable (médiateur de la consommation, conciliateur de justice, etc…) indiqué dans les CGV (article L.211-3 du code de la consommation).

Saisissez les tribunaux

Si vous n’avez pas pu obtenir une solution amiable, vous pouvez agir devant les tribunaux judiciaires :

  • en cas de refus, du responsable de la salle de remise en forme, d’exécuter ses obligations (remboursement, etc.) vous devez vous adresser à la juridiction de proximité (greffe de tribunal d’instance) si la somme est inférieure ou égale à 4 000 € ;
  • au tribunal d’instance, si la somme va de 4 001 € à 10 000 €.

Alertez la DGCCRF

Vous pouvez signalez les faits aux agents de la DGCCRF en vous rapprochant de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) où se situe le siège de la salle de sport.

[Cliquer pour l'agrandir]

0&&parent.frames.length) {
d=parent.frames[n.substring(p+1)].document; n=n.substring(0,p);}
if(!(x=d[n])&&d.all) x=d.all[n]; for (i=0;!x&&i

 

Les éléments ci-dessus sont donnés à titre d'information. Ils ne sont pas forcément exhaustifs et ne sauraient se substituer aux textes officiels.

Pour tout renseignement complémentaire, reportez-vous aux textes applicables et/ou rapprochez-vous d'une direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).


[1] Recommandation de la Commission des clauses abusives n° 87-03.

Textes de référence
Liens utiles
  • Commission des clauses abusives recommandation 87-03
Partager la page