Bois de chauffage

Moins cher et plus écologique : de plus en plus de consommateurs choisissent de se chauffer au bois. Voici les quelques conseils d’achat de la DGCCRF.

Illustation d'un poêle ainsi que du bois et du pellet
©AdobeStock

Bois de chauffage - PDF, 1 Mo

Inserts, chaudières à bois, poêles à granulés, etc., beaucoup de foyers optent pour le bois pour se chauffer.

Les différents bois de chauffage

Les bûches de bois traditionnel

Les bûches de bois traditionnel correspondent à 100  % de bois français.

On distingue deux catégories de bois (ou essence) en fonction de leur utilisation :

  • Le bois « mou » ou tendre est issu d’arbres résineux : le sapin le cèdre, l’épicéa. Ce type de bois a l’avantage de prendre feu très rapidement, mais il dispose de qualités calorifiques pauvres. Les feuillus tendres comme le peuplier et le saule brûlent vite, il faut les réserver au démarrage du feu.
  • Le bois dur désigne généralement les arbres de type feuillus : l’hêtre, le charme, le chêne, l’orme et le noyer conviennent parfaitement. À l’exception du châtaignier, qui éclate en brûlant. Son utilisation est très pratique car sa densité importante lui permet de brûler pendant de longue période. En chauffage domestique, le bois dur est l’option la plus confortable.

Les granulés de bois ou pellets

Les granulés de bois sont des petits bâtonnets cylindriques issus du compactage des résidus de scieries, comme les sciures et copeaux, sans colle ni additif. Le marché connaît actuellement une forte croissance qui s’accompagne d’une relative hausse des prix.

Les bûches compressées

Les bûches compressées sont fabriquées à partir de résidus de scierie. Elles peuvent être des bûches de jour fabriquées à base de sciure et qui permettent une montée en température très rapide ou des bûches de nuit, fabriquées à base d’écorce.

Où acheter son bois

Plusieurs sources d’approvisionnement sont possibles :

  • sites internet d’annonces de particuliers ou plateformes d’intermédiation spécialisées dans le bois de chauffage ;
  • commerce de détail de charbons et combustibles  et distributeurs de bois de chauffage  : distributeurs spécialisés, magasins de bricolage, stations-services…;
  • agriculteurs ;
  • exploitants forestiers.

Les particuliers peuvent parfois se procurer du bois de chauffage directement auprès des communes par voie d’affouage (la mairie accorde à ses administrés une partie du bois de la forêt communale pour leur usage domestique).

Attention

Des professionnels se font passer pour des particuliers. Ils s’approvisionnent auprès d’exploitants forestiers et débitent le bois en bûches et le vendent.

Ne pas négliger les techniques de séchage du bois

La majorité des professionnels calcule la durée de séchage du bois à partir de la date d’abattage de l’arbre, mais un calcul à partir de la date de fente serait plus pertinent.

Séchage naturel

Le bois une fois débité en bûches, doit passer 2 ans à l’abri dans un endroit bien ventilé où l’air circule, mais surtout pas sous une bâche en plastique qui favorise la condensation car elle redonne de l’humidité au bois. Quand le séchage s’effectue à l’air libre, la durée est variable selon l’essence du bois : 2 ans pour le chêne ou 1 an pour le charme.

Le consommateur est censé faire sécher le bois environ 6 mois à réception de celui-ci.
Le stockage du bois à l’abri est important. S’il est exposé aux intempéries, il sera trop humide pour chauffer correctement.

Séchage par traitement à l’étuve

Le bois est souvent séché par les professionnels par un traitement à l’étuve beaucoup plus rapide qu’un séchage naturel.

Les labels et certification pour le bois énergie

Il n’y a pas de référenciel commun, mais la profession s’est organisée en créant une marque collective France bois bûche dans une démarche de qualité. Il existe également différents labels et certifications. Pour en savoir plus, consultez le site de l’ONF.  https://www.onf-energie-bois.com/labels-normes-certifications-comment-s-y-retrouver

Les points de vigilance

Les quantités livrées de bois

Attention à la longueur des bûches que vous achetez et vérifiez qu’elles correspondent à la longueur annoncée.

la mesure retenue pour la vente du bois

Le bois de chauffage s’achète au m3 ou dm3. Le stère n’est plus considéré comme unité de mesure légale pouvant être employé dans la vente de bois.

Le taux d’humidité

Lorsque le consommateur effectue ses achats de bois, plusieurs choix de classe d’humidité lui sont proposés :

  • pour le bois vendu sous forme de bûche, le taux d’humidité doit être inférieur à 20 %.
  • pour le bois vendu sous forme de granulés (ou pellets) le taux d’humidité ne doit pas excéder 10 %.

La facturation

Doivent figurer sur les factures  :

  • l’essence vendue ;
  • la longueur de la bûche ;
  • l’affichage du taux d’humidité qui sera complété par la mention : « prêt à l’emploi », si le bois est sec ou « à sécher avant l’emploi » dans le cas contraire ;
  • le temps de séchage optimal.

Les éléments ci-dessus sont donnés à titre d'information. Ils ne sont pas forcément exhaustifs et ne sauraient se substituer aux textes officiels.

Pour signaler un problème de consommation à une entreprise et se renseigner sur ses droits :


signal.conso.gouv.fr

Pour être alerté des produits dangereux :


rappel.conso.gouv.fr

Pour les personnes sourdes et malentendantes téléchargement de l’application gratuite ACCEO :


acce-o.fr/client/dgccrf

Pour contacter la DGCCRF :


0809 540 550
DGCCRF - RéponseConso - B.P.60
34935 Montpellier Cedex