Cabines de bronzage : les points de vigilance

Le bronzage artificiel augmente le risque de cancers cutanés. En 2018, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (ANSES) a encore rappelé le risque avéré de cancer de la peau du fait des UV, naturels ou artificiels, et a recommandé de faire cesser l’exposition de la population aux UV artificiels à des fins esthétiques.

© Fotolia

L’essentiel

  • Le bronzage artificiel augmente le risque de cancers cutanés, et les autorités sanitaires recommandent de limiter son usage.
  • La réglementation française impose des contrôles stricts, des déclarations obligatoires, des formations pour les professionnels, et interdit les offres incitatives pour limiter les risques pour la santé.
  • La prudence est de mise si vous décidez de pratiquer les UV artificiels. Respectez les mesures de protection telles que le port de lunettes et le suivi des avertissements sanitaires, et n’hésitez pas à consulter un médecin en cas de symptômes.

En principe, sont prévus :

  • des contrôles des appareils et de leur traçabilité par des organismes de contrôle technique ;
  • des déclarations par les professionnels de tous leurs appareils auprès des préfectures (achat, cession et destruction) ;
  • un contrôle des machines tous les deux ans par des organismes techniques référencés à cet effet ;
  • des avertissements sanitaires obligatoires de mise en garde sur les risques pour la santé à proximité des appareils et dans les offres publicitaires ;
  • des formations obligatoires pour les professionnels délivrées par des organismes dédiés ;
  • des interdictions d’offres tarifaires préférentielles ou promotionnelles pour des séances UV afin de limiter les offres incitant à consommer davantage.

Concrètement, vous devez :

  • porter des lunettes de protection des yeux  mises à disposition par le professionnel ;
  • trouver près des machines des avertissements obligatoires affichés c’est à dire des informations sur les précautions d’exposition et les risques liés à l’usage des émetteurs d’UV ;
  • respecter ces mises en garde. Par exemple : bien suivre les recommandations concernant la durée, les intervalles et les distances d’exposition à la lampe ;
  • enlever les cosmétiques bien avant l’exposition et n’appliquer aucun produit sur la peau avant la séance de bronzage ;
  • espacer les séances suffisamment en respectant un délai de 48 heures minimum entre deux séances ;
  • consulter un médecin si des cloques persistantes, des blessures ou des rougeurs se développent sur la peau, ou en cas d’antécédents de pathologie cutanée.

Surtout, vous ne devez pas :

  • vous exposer en cas de prise de médicaments susceptibles d’être photo-sensibilisants : au moindre doute, consultez votre médecin avant toute séance ;
  • vous exposer au soleil et aux lampes d’un appareil de bronzage le même jour ;
  • dépasser la durée d’exposition prévue en fonction de votre type de peau. Attention à votre phototype : plus votre peau et vos yeux sont clairs, plus l’exposition est risquée ;
  • trouver des offres incitatives comme des offres promotionnelles ou préférentielles.
    Exemples : sont interdits les forfaits illimités ou encore les tarifs dégressifs comme 10 séances achetées = 3 séances offertes.

Contrairement à ce qui est parfois affirmé :

  • le bronzage artificiel ne prépare pas  la peau au soleil ;
  • le bronzage artificiel n’est pas bon pour la santé ; il n’évite pas la dépression saisonnière ;
  • le bronzage artificiel ne contribue pas ou peu à la production de vitamine D ;
  • les UV artificiels ne sont pas moins nocifs pour la santé que les UV naturels ;
  • la crème solaire n’est pas suffisante pour protéger la peau ;
  • les peaux noires ou foncées ont également besoin de protection ;
  • une peau bronzée peut toujours attraper des coups de soleil.

Textes de référence

Les éléments ci-dessus sont donnés à titre d'information. Ils ne sont pas forcément exhaustifs et ne sauraient se substituer aux textes officiels.

Pour signaler un problème de consommation à une entreprise et se renseigner sur ses droits :


signal.conso.gouv.fr

Pour être alerté des produits dangereux :


rappel.conso.gouv.fr

Pour contacter la DGCCRF :


0809 540 550
DGCCRF - RéponseConso - B.P.60
34935 Montpellier Cedex

Pour les personnes sourdes et malentendantes téléchargement de l’application gratuite ACCEO :


acce-o.fr/client/dgccrf