Accueil du portailDGCCRF › Accidents et risques
Logo DGCCRF

 

 

Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Accidents et risques - 01/01/2009

L'aire de jeu est un espace où l'enfant fait l'apprentissage du risque. Cependant, les risques liés à une mauvaise conception des équipements et de l'aire ou à leur mauvais entretien ne sont pas acceptables. Tous les ans, pourtant, plusieurs enfants meurent sur une aire de jeux à cause de la défectuosité des équipements ou des sites. Tous les ans aussi, plusieurs centaines d'enfants y sont victimes d'accidents graves nécessitant une hospitalisation. À ces cas tragiques s'ajoutent d'innombrables accidents, heureusement moins dramatiques, mais trop souvent dus au mauvais entretien des équipements ou des aires. Ces accidents peuvent, et doivent, être évités.

Il est certain que tous les risques ne sont pas évitables. À tout moment des chutes sont possibles depuis les équipements de jeux et chercher à les empêcher serait illusoire. En revanche, il est possible d'en limiter les conséquences.Tel est le but de la réglementation : empêcher les accidents évitables et limiter les conséquences de ceux qui ne le sont pas. Il est aussi important de rappeler que l'apprentissage du risque doit se faire sous la surveillance des adultes qui accompagnent les enfants, parents et éducateurs.Il leur appartient de vérifier que les équipements sont bien adaptés à l'âge des enfants et que ces derniers n'en font pas un usage anormal.

Risques liés à l'équipement

Blessures légères
Brûlures
Chocs
Chutes
Coincements
Ecrasements
Intoxication

Risques liés à l'aire

Chutes et heurts
Intoxication
Plaies et coupures
Accidents liés à l'environnement de l'aire

Risques liés à l'équipement

Blessures légères

Les blessures légères, comme les égratignures, et à un degré supérieur les coupures et les plaies, sont principalement dues aux pointes et aux boulons non protégés, aux arêtes saillantes, aux bavures, aux surfaces rugueuses, aux échardes.

Brûlures

Les brûlures sont principalement dues à l'utilisation du métal. Elles peuvent aussi provenir d'un frottement. Elles sont aussi liées à l'exposition prolongée du métal au soleil. Au contact d'un élément brûlant, l'enfant lâche prise mais, lancé sur la glissière surchauffée d'un toboggan, l'enfant doit subir la brûlure jusqu'à la sortie de la glissière et sa blessure sera d'autant plus forte qu'il ne pourra pas interrompre sa glissade.

Chocs

Toutes sortes de chocs surviennent sur les aires collectives de jeux. Les enfants utilisent souvent les jeux de manière surprenante mais néanmoins prévisible comme remonter la glissière d'un toboggan à l'envers. Des heurts sont alors possibles avec des enfants descendant la glissière. D'autres chocs peuvent provenir d'une interaction entre enfants utilisant des équipements trop proches les uns des autres. Des chocs à la tête occasionnés par des éléments de balancement non protégés peuvent avoir des conséquences très graves.

Chutes

L'apprentissage du risque se fait rarement sans chute. C'est le cas, par exemple, quand les enfants utilisent des structures à grimper. Le risque de chute s'apprécie en fonction de la hauteur de l'équipement et de l'âge de l'enfant. Les chutes sont aggravées par les bousculades. En l'absence de protection comme les mains courantes ou les gardes-corps, les chutes peuvent avoir des conséquences très graves. Ces conséquences peuvent être encore aggravées si le sol de réception est inadapté.

Coincements

Des coincements de doigts surviennent dans certaines petites ouvertures qu'elles soient fixes ou mobiles. Il y a risque de mutilation si l'enfant reste suspendu par un doigt alors qu'il est entraîné dans une chute. Les coincements de doigts peuvent aussi provenir d'angles trop étroits.

Les coincements de pieds, et parfois de la jambe entière, proviennent aussi d'ouvertures ou d'angles. Ces coincements peuvent avoir des conséquences diverses comme l'effet de garrot, une torsion, une luxation ou une fracture.

Les coincements des membres peuvent être redoutables lorsque l'enfant est entraîné dans un mouvement passif. Un bras peut être happé par une roue et l'enfant ne peut se dégager seul. Un bras ou une jambe peuvent aussi être coincés par un élément formant un angle lorsque l'enfant est entraîné dans une chute ou une glissade.

Les coincements de tête proviennent d'ouvertures trop étroites comme les barreaux, les mailles de filet, les angles trop petits. Dans ces situations, le coincement de tête entraîne la panique chez l'enfant tant qu'il n'a pas été dégagé. Le coincement de tête peut entraîner la mort de l'enfant par pendaison ou par strangulation lorsque son corps est dans le vide. C'est le cas lorsque le corps de l'enfant glisse d'une plate-forme en hauteur et que sa tête reste coincée entre deux éléments de la structure. C'est aussi le cas lorsque la tête est prise entre les cordes d'un pont suspendu qui, trop lâches, se sont croisées.

Le risque le plus grave avec le coincement de tête, le corps dans le vide, est la strangulation par une partie du vêtement. Les enfants portent souvent des anoraks munis de cordons pour resserrer la capuche. En hiver, ils portent aussi souvent des écharpes. Les cordons et les écharpes peuvent rester accrochés sur tout ce qui est saillant et en angle, particulièrement lors de chutes. La strangulation d'un enfant, par un cordon resté accroché en haut du toboggan, alors que son corps est lancé sur la glissière, est malheureusement l'accident mortel le plus courant.

Une partie de vêtement, des cheveux longs, peuvent aussi être happés par les éléments rotatifs de certains équipements mal protégés. Ils peuvent provoquer strangulation ou plaie importante au cuir chevelu.

Le coincement du corps est moins redoutable que le coincement de tête. Il risque toutefois de provoquer chez l'enfant soit une réaction de panique soit une crise de claustrophobie notamment dans les tunnels trop étroits.

Écrasements

Le risque d'écrasement de l'enfant qui peut être mortel tient principalement à l'instabilité de l'équipement mal implanté, mal fixé ou mal entretenu. Il peut aussi provenir d'équipements comme les buses en ciment qui ne sont pas des équipements d'aires de jeux mais que l'on trouve malheureusement parfois sur certaines aires de jeux.

Intoxication

Certains traitements utilisés pour la conservation du bois peuvent être source de danger. Des substances nocives peuvent, notamment sous l'effet de la pluie ou de certaines variations de température, remonter à la surface du bois et présenter des risques d'intoxication ou d'allergie par contact avec la peau, les muqueuses ou les yeux ou encore par ingestion pour les plus petits qui portent couramment la main à la bouche.

Risques liés à l'aire

Chutes et heurts

L'aire de jeu, surtout si elle est mal conçue ou mal entretenue, peut être une importante source de chutes et de heurts. C'est ainsi que des bouches d'égout mal enterrées peuvent provoquer la chute d'enfants en train de courir. Si la présence d'arbres sur une aire est très agréable, elle n'est pas sans danger. Leurs branches incitant à grimper peuvent être à l'origine de chutes. Les arbres peuvent aussi présenter des racines saillantes créant autant d'obstacles indésirables.

Intoxications

L'aménagement paysagé de l'aire peut être une source de danger pour les enfants. Un enfant, surtout petit, portera facilement à la bouche des baies ou des feuilles nocives. C'est pour cette raison que la présence de certaines plantes est à éviter sur une aire de jeu.

Plaies et coupures

Les bancs, les poubelles, les clôtures peuvent provoquer plaies et coupures s'ils sont dégradés et mal entretenus. Les plantes à épines ou à feuilles piquantes présentent le même type de risques.

Accidents liés à l'environnement de l'aire

L'environnement de l'aire peut être source de danger si l'aire n'est pas suffisamment protégée ou suffisamment éloignée des voies de circulation ou des plans d'eau. Le risque d'accidents de la route, voire de noyades, ne peut alors être écarté. Les heurts avec des vélos que rien n'empêche de pénétrer sur l'aire, le risque de morsure par des chiens insuffisamment tenus à l'écart des enfants, sont aussi à prendre en compte.

Vous êtes une collectivité locale

Partagez cet article !