Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Alimentation : comment lire les étiquettes nutritionnelles ?

Glucides, acides gras, sodium... Les étiquettes des aliments de tous les jours comportent de nombreuses informations sur leur contenu, qu'il n'est pas toujours aisé de comprendre. Explications.

Quels renseignements doivent apparaître sur les étiquettes ?

Les règles d'étiquetage des produits alimentaires varient selon le mode de conditionnement des denrées alimentaires (emballés ou non).

L'étiquetage des denrées alimentaires doit comporter un certain nombre d'informations pour permettre au consommateur de savoir précisément ce qu'il mange. La liste des mentions obligatoires comprend 3 parties principales :

  • l'identité de la denrée (dénomination de vente, liste des ingrédients, pays d'origine...) et son bon usage (date limite de consommation (DLC), mode d'emploi...)
  • ses caractéristiques nutritionnelles (informations sur le contenu en nutriments et en énergie de l'aliment, correspondant à l'étiquetage nutritionnel)
  • les allégations générales, nutritionnelles et de santé figurant éventuellement sur les emballages alimentaires.

Lire aussi : Quelle réglementation pour l'origine géographique des produits alimentaires ?

Comment lire les informations liées au contenu nutritionnel ?

Depuis décembre 2016, la déclaration nutritionnelle est obligatoire sur les denrées préemballées.

La règlementation impose des critères stricts de présentation de la déclaration nutritionnelle pour permettre au consommateur de comparer les denrées entre elles. Elle prend la forme d'un tableau des valeurs nutritionnelles présentant une information uniformisée. On y trouve les indications portant sur la valeur énergétique des aliments ainsi que les teneurs en matières grasses, glucides, protéines et sel, exprimés pour 100 g ou pour 100 ml (qui correspondent au minimum réglementaire). Toutefois, les fabricants peuvent étiqueter les valeurs nutritionnelles par portion si le nombre de portions contenues dans l'emballage est indiqué (par exemple par biscuit dans un paquet de biscuit ) et en pourcentage des apports de référence (pour 100g et/ou par portion).

Les valeurs nutritionnelles sont établies soit par une analyse de l'aliment par le fabricant, soit par des calculs (à partir des valeurs moyennes des ingrédients ou de la table de composition des aliments).

 

La déclaration  nutritionnelle obligatoire
Mention nutritionnelle unité de mesure
Valeur énergétique en kilocalorie/ kilojoule (*)
Matières grasses en gramme
dont  
Acides gras saturés en gramme
Glucides en gramme
dont  
Sucres en gramme
Protéines en gramme
Sel en gramme

La déclaration nutritionnelle peut être complétée par d'autres éléments comme les vitamines, sels minéraux, acides gras mono-insaturés ou polyinsaturés, etc. sous réserve qu'ils soient présents en quantité significative pour ne pas induire le consommateur en erreur.

(*) Le kilojoule (KJ) est l'unité internationale de mesure de l'énergie.

Lire aussi : AOP, IGP, STG : les labels de qualité dans l'alimentation

Qu'en est-il des allégations nutritionnelles ?

Les allégations nutritionnelles sont aussi strictement encadrées par la règlementation. Il en existe 2 types : les allégations générales et les allégations de santé.

Les allégations générales

Ce sont des mentions liées à la fabrication du produit. Elles affirment ou suggèrent qu'un aliment possède des caractéristiques particulières liées à son origine, sa nature, sa composition, ses propriétés nutritionnelles, sa production, etc. Il s'agit par exemple des allégations suivantes : « frais », « sans colorant, ni additif », « maison », « artisanal », « fermier », « du terroir », etc.

Les allégations de santé

Elles correspondent aux mentions liées au contenu nutritionnel du produit. Figurant sur certains emballages alimentaires ou dans les publicités, elles suggèrent qu'une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques pour la santé de par :

  • l'énergie qu'elle fournit (valeur calorique), à un degré moindre ou plus élevé, ou ne fournit pas
  • et/ou les nutriments et autres substances qu'elle contient, en proportion moindre ou plus élevée, ou ne contient pas.

Il s'agit par exemple des mentions « faible teneur en graisse », « sans sucre ajouté » ou « riche en fibre ».

Consulter la liste des principales allégations nutritionnelles

Lire aussi : [Vidéo] Colorants, édulcorants, conservateurs... : tout savoir sur les additifs alimentaires

Le système d'étiquetage Nutri-Score

Pour rendre les informations nutritionnelles plus claires et plus lisibles, depuis avril 2017, le logo Nutri- Score peut être apposé sur la face avant des emballages. Il s'agit d'un système d'étiquetage nutritionnel complémentaire à la déclaration nutritionnelle obligatoire fixée par la réglementation européenne. Le système Nutri-Score est basé sur une échelle de 5 couleurs (du vert foncé au orange foncé) et associant des lettres allant de A  (« meilleure qualité nutritionnelle ») à E (« moins bonne qualité nutritionnelle) pour optimiser l'accessibilité et la compréhension de l'information nutritionnelle par le consommateur.

Le Nutri-Score prend en compte pour 100 grammes de produit, la teneur :

  • en nutriments et aliments à favoriser : fibres, protéines, fruits et légumes;
  • en nutriments à limiter : énergie, acides gras saturés, sucres, sel.

Après calcul, le score obtenu pour un produit permet de lui attribuer une lettre et une couleur.

L'apposition du logo Nutri-Score est facultative. Elle repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs.

En savoir plus sur Nutri-Score

Lire aussi : Les gestes simples pour consommer plus responsable

Ce que dit la loi
Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page