Accueil du portailEntreprisesComment mettre en place la participation dans votre entreprise ?

Comment mettre en place la participation dans votre entreprise ?

La participation est un accord d’épargne salariale permettant de redistribuer aux salariés une partie des bénéfices de l’entreprise. Quelles entreprises sont concernées ? Comment la mettre en place ce dispositif au sein de votre entreprise ?

Vidéo : Faciliter le développement de l'épargne salariale

La participation, qu’est-ce que c’est ?

La participation est un dispositif d’épargne salariale prévoyant la redistribution au profit des salariés d’une partie des bénéfices qu’ils ont contribué, par leur travail, à réaliser dans l’entreprise.

Ce dispositif est obligatoire pour toutes les entreprises employant au moins 50 salariés, pendant 12 mois (consécutifs ou non) au cours des 3 derniers exercices et ce quelle que soit la nature de leur activité et leur forme juridique.

Lire aussi : Épargne salariale : comment fonctionne l'intéressement ?

Comment instaurer un accord de participation dans votre entreprise ?

Entreprises assujetties à un régime obligatoire de participation

La participation est mise en place par voie d’accord entre l’entreprise et les salariés ou leurs représentants. L’accord de participation peut être conclu selon les modalités suivantes :

Selon le droit commun de la négociation collective

Dans le cadre d’une convention ou d’un accord collectif conclu au niveau professionnel ou au niveau de la branche.

Selon des modalités spécifiques

  • soit entre le chef d’entreprise et les représentants d’organisations syndicales représentatives
  • soit au sein du comité d’entreprise, entre le chef d’entreprise et la délégation du personnel
  • soit à la suite d’une ratification à la majorité des deux tiers des salariés.

En l’absence d’accord dans les entreprises tenues légalement d’instaurer un régime de participation, un régime d’autorité est imposé à l’entreprise. Ce régime d’autorité est mis en place à l’initiative de l’Inspection du Travail si aucun accord n’a été conclu dans le délai d’un an suivant la clôture de l’exercice au titre duquel sont nés les droits des salariés.

Entreprises mettant en place une participation volontaire

Les entreprises non assujetties à la participation et qui souhaitent mettre en place ce dispositif doivent conclure un accord dans les mêmes conditions que celles qui sont légalement tenues d’appliquer un régime de participation aux résultats.

En cas d’échec des négociations, les entreprises peuvent décider d’appliquer unilatéralement un régime de participation conforme aux dispositions légales.

Lire aussi : Comment mettre en place l'intéressement dans votre entreprise ?

Quel est le contenu obligatoire d’un accord de participation ?

Pour être valable, tout accord de participation doit contenir un certain nombre de clauses obligatoires. Ces clauses listent les conditions permettant au salarié de bénéficier de la somme qui lui est due au titre de la participation :

  • La date de conclusion, de prise d’effet et la durée pour laquelle il est conclu.
  • La formule servant de base de calcul à la réserve spéciale de participation (RSP) ou à défaut la clause d'équivalence avec le droit commun lorsqu'il s'agit d'un accord dérogeant à la formule de calcul légale.
  • La durée d’indisponibilité des droits des bénéficiaires et les cas de déblocages anticipés.
  • Les conditions et délais dans lesquels les bénéficiaires peuvent demander, lors de chaque répartition, la disponibilité immédiate de tout ou partie de leur participation.
  • Les conditions et délais dans lesquels les bénéficiaires peuvent choisir la ou les affectations des sommes leur revenant au titre de la participation (en précisant qu'à défaut de choix exprimé par eux, la moitié de ces sommes sera affectée d'office dans un PERCO lorsqu'il a été mis en place dans l'entreprise).
  • Les modalités et plafonds de la répartition de la réserve entre les bénéficiaires.
  • La nature et les modalités de gestion des droits des bénéficiaires.

Le ministère du travail met à disposition des entrepreneurs un imprimé-type qui reprend point par point les clauses obligatoires devant figurer dans un accord de participation.

Le choix de la formule de calcul et les modalités de répartition restent entièrement à la main des partenaires sociaux.

Accédez au modèle type d'aide à la négociation d'un accord de participation [PDF - 199,47 Ko]

Quel est le montant des sommes affectées à la participation ?

Le montant des sommes versées au titre de la participation est aléatoire. Il ne peut pas être déterminé a priori car il résulte des bénéfices réalisés par l'entreprise pendant l'exercice considéré. Il peut varier d'une année sur l'autre.

Toutefois, le montant maximum versé par l’entreprise ne doit pas excéder 75 % du plafond de la sécurité sociale par an et par salarié, soit 30 393 € en 2019.

Une formule de calcul fixé par le Code du Travail permet de calculer le montant de la réserve spéciale de participation (RSP) à distribuer aux salariés dans le cadre de leur participation aux bénéfices de l'entreprise :

 RSP = ½ [B – 5 % C] x [S/VA]

B représente le bénéfice net de l’entreprise

Il s’agit du bénéfice de l’entreprise diminué de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu correspondant.

C représente les capitaux propres de l’entreprise

Les capitaux propres comprennent notamment le capital, les primes liées au capital social, les réserves. Le taux de 5 % servant au calcul de la rémunération de capitaux propres doit être considéré comme un taux annuel. Il varie en fonction de la durée de l'exercice comptable.

S représente les salaires de l’entreprise

Les salaires à retenir sont les salaires brut déterminés selon les règles prévues pour le calcul des cotisations de Sécurité sociale. Peuvent s'y ajouter :

  • Les indemnités de congés payés versées pour le compte de l'employeur par des caisses agréées.
  • Le montant des salaires correspondant à leur activité dans l'entreprise utilisatrice des salariés de groupements d'employeurs mis à disposition de l'entreprise (ce montant est communiqué à l'entreprise par les groupements d'employeurs).
  • Les rémunérations qu'auraient perçus les salariés pour certaines périodes d'absence (congés maternité, congés d'adoption, accident du travail ou maladie professionnelle) dans les cas où l'employeur ne maintient pas intégralement les salaires.

VA représente la valeur ajoutée de l’entreprise

La valeur ajoutée est déterminée en faisant le total des postes du compte de résultats suivants :

  • charges de personnel
  • impôts, taxes et versements assimilés (à l'exception des taxes sur le chiffre d'affaires)
  • charges financières
  • dotations de l'exercice aux amortissements
  • dotations de l'exercice aux provisions (à l'exclusion des dotations figurant dans les charges exceptionnelles)
  • résultats courants avant impôts

Le montant de la réserve spéciale de participation peut être déterminé d'après un mode de calcul différent de la formule légale à condition que :

  1. le résultat obtenu soit au moins équivalent à celui de la formule légale (principe d'équivalence)
  2. et au plus égal à l'un des plafonds suivants, choisi par les partenaires signataires :
  • la moitié du bénéfice net comptable
  • le bénéfice net comptable diminué de 5 % des capitaux propres
  • le bénéfice net fiscal diminué de 5 % des capitaux propres
  • la moitié du bénéfice net fiscal.

Supplément de participation

Afin de corriger le décalage éventuel entre l'affichage de bons résultats de l'entreprise et un montant de participation qui ne reflèterait pas la bonne performance de l'entreprise, le chef d'entreprise peut décider de verser aux salariés un supplément de participation au titre du dernier exercice clos.

Lire aussi :  L'épargne salariale : comment ça fonctionne ?

Accords de participation : comment s’effectue la répartition entre les salariés ?

Les sommes versées sur la réserve spéciale de participation sont réparties entre tous les salariés de l’entreprise selon les critères de répartition suivants :

  • soit de façon uniforme entre chaque salarié
  • soit en proportion des salaires
  • soit en proportion du temps de présence dans l’entreprise
  • soit par la combinaison des 3 critères ci-dessus.

Les dates limites du versement de la participation sont fixées au plus tard le dernier jour du 5ème mois suivant la clôture de l’exercice (soit avant le 1er juin pour un exercice conforme à l’année civile).

Lire aussi : Le plan d'épargne entreprise (PEE) : comment ça marche ?

Accords de participation : Comment les salariés peuvent t-ils disposer des fonds ?

Les salariés peuvent disposer immédiatement de la somme qui leur a été attribué sous réserve d’en faire la demande dans un délai de 15 jours à compter de la date à laquelle ils ont été informé du montant dont ils bénéficient.

À défaut d’en faire la demande, les sommes acquises au titre la participation peuvent être affectées par les bénéficiaires à l'un des 2 placements suivants :

Les fonds sont alors bloqués pendant 5 ans au minimum sauf cas de déblocage anticipé prévus par le Code du Travail.

À l'issu de la période d'indisponibilité, les fonds peuvent être placés par les salariés sur leur compte épargne-temps.

Lire aussi : Le plan d'épargne pour la retraite collectif : comment ça marche ?

Quels sont les avantages fiscaux et sociaux de la participation ?

Régime fiscal et social de la participation
Avantages fiscaux Avantages sociaux
Déduction du bénéfice imposable Exonération de cotisations sociales
Exonération de la taxe et des participations sur les salaires (taxe sur les salaires, taxe d'apprentissage, contributions additionnelles). Suppression du forfait social pour les entreprises employant moins de 50 salariés
Possibilité, sous conditions, de constituer en franchise d'impôt une provision pour investissement égale à 50 % de la fraction des sommes portées à la réserve spéciale de participation et déduites du bénéfice imposable.  

Lire aussi : TPE / PME : nouvelles mesures pour favoriser l'épargne salariale

 

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia.com

    09/08/2019

    Gobelets, sacs, touillettes, cotons-tiges, pailles...Chaque année, les pays de l'Union européenne produisent près de 25 millions de tonnes de déchets en plastique. Pour interdire la production et la consommation de ces matières plastiques polluantes pour l'environnement et qui mettent des dizaines d'années à disparaître, plusieurs textes ont été votés ces dernières années aux niveaux français et européens. On fait le point sur la mise en oeuvre des différentes interdictions.  

  • ©axe_olga / Stock.Adobe.com

    09/08/2019

    L'immatriculation d'une entreprise entraîne obligatoirement l'attribution de numéros dits « SIREN » et « SIRET ». À quoi servent-ils ? Comment les obtenir ?

  • © Fotolia

    06/08/2019

    Les entreprises qui recrutent un salarié en contrat d'apprentissage peuvent bénéficier, sous conditions, de différentes aides à l'embauche, qui sont par ailleurs cumulables. Quelles sont ces aides ? À quelles conditions les obtenir ? Le point sur ces incitations au recrutement d'apprentis.

  • 31/07/2019

    Vous créez une entreprise ? Votre entreprise s’agrandit ? Vous changez d’activité principale ? En tant qu’entrepreneur, vous pouvez être amené à déterminer la convention collective qui s’applique ou non à votre activité. Quelques conseils pour éviter de vous tromper.

  • 31/07/2019

    Savez-vous qu’avec le télétravail, vous pourriez améliorer la productivité de vos salariés d’entre 5 à 30 % ? Le télétravail consiste à réaliser un travail qui aurait pu être effectué dans les locaux de l’employeur, mais qui a lieu hors de ces locaux de façon régulière grâce aux technologies de l’information (internet, téléphone mobile…). Vous souhaitez le mettre en place dans votre entreprise ? Voici comment !

  • ©nd3000 / Stock.Adobe.com

    31/07/2019

    Saviez-vous qu’en tant qu’employeur, vous êtes tenus d’afficher au sein de vos locaux un certain nombre d’informations pour vos salariés ? Saviez-vous également que dans certains cas cette obligation d’affichage peut être remplacée par une obligation d’information par tout autre moyen garantissant un accès équivalent, par exemple sur le site intranet de votre entreprise ? On fait le point sur vos différentes obligations !

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !