Bercy infos particuliers

Comment acheter des actions ?

Vous souhaitez diversifier votre épargne et êtes à la recherche d’un placement plus rémunérateur que les livrets d’épargne réglementés ? Acheter des actions peut s’avérer un choix judicieux. Toutefois, il ne s'agit pas d'une activité sans risque et avant de se lancer, il est indispensable de comprendre le fonctionnement de la bourse et ses aléas. Comment investir en bourse ? Quelles règles de prudence respecter ? On vous explique !

Une action : c'est quoi ?

Une action est une part du capital d’une entreprise. En achetant des actions, vous investissez dans une entreprise et percevez des dividendes si celle-ci réalise des bénéfices.

Vous pouvez acquérir des actions sur deux types de marché :

  • Le marché primaire : marché sur lequel une entreprise est introduite en bourse et propose pour la première fois des actions à un prix d’émission fixé par l’entreprise en accord avec les autorités chargées de réguler le marché.
  • Le marché secondaire : marché sur lequel s’échangent des actions entre investisseurs à un prix fluctuant selon l’offre et la demande. Vous ne pouvez y acheter des actions que si un autre investisseur les propose à la vente.

En résumé, vous achetez des actions « neuves » sur le marché primaire et des actions d’« occasion » sur le marché secondaire.

S’il est important de distinguer ces deux marchés, il faut garder à l’esprit qu’ils sont étroitement liés. En effet, les actions neuves du marché primaire ont vocation à devenir des actions d’occasion sur le marché secondaire : leur valeur est donc destinée à fluctuer selon l’offre et la demande.

Achat d’actions : les questions à se poser

Avant de vous lancer dans l’achat d’actions, assurez-vous que ce type d’investissement vous convient en vous posant plusieurs questions :

  • Êtes-vous prêt à accepter la notion de risque et exposer votre épargne à des pertes ?

Malgré toutes les promesses de rentabilité que l'on peut vous faire, acheter des actions comporte toujours un risque et vous ne pouvez jamais avoir la certitude de retrouver l’ensemble de la somme investie.

  • Êtes-vous en capacité de placer cette épargne sur un temps long ?

Placer une partie de son épargne sur des actions nécessite de pouvoir attendre qu’elles prennent de la valeur pour les revendre. Vous êtes donc lié aux fluctuations boursières et l’Autorité des marchés financiers recommande de se projeter sur un placement d’une durée de cinq ans minimum.

  • Quel temps êtes-vous prêt à consacrer au suivi de votre investissement ?

L’achat d’action peut se faire soit par achat direct soit par le biais de placements collectifs.

Dans le cadre d’un achat direct, vous décidez seul des actions que vous achetez et devez alors suivre scrupuleusement l’actualité économique afin de faire des placements pertinents et anticiper le moment adéquat pour vendre et acheter.

Dans le cadre d’un placement collectif, vous investissez dans un fonds ou une SICAV (société d’investissement à capital variable) et détenez alors une part d’un portefeuille déjà constitué, regroupant des actions de différentes entreprises. Le portefeuille est géré par un professionnel.

Achat d’actions : quelles démarches effectuer ?

Pour acheter des actions, vous devez vous rapprocher de l’intermédiaire financier de votre choix (banque ou courtiers en ligne) et solliciter l’ouverture d’un compte-titres, d’un plan d’épargne en action (PEA) ou encore d’une assurance-vie s’il s’agit d’un placement collectif. C’est sur ces supports que seront réunies vos actions.

Si vous faites le choix de l’achat direct, vous devez ensuite passer un ordre de bourse à votre intermédiaire financier, c’est-à-dire une requête d’achat ou de vente pour une action spécifique.

Si vous optez pour un placement collectif, votre interlocuteur privilégié reste votre intermédiaire financier, auprès duquel vous devez vous rapprocher afin d’acheter une ou plusieurs parts dans un fonds de placement ou d’une SICAV.

Achat d’actions : combien ça coute ?

Quand détenir un livret A n’engendre aucun frais, l’achat d’actions lui a un coût.

En effet, compte-titres, PEA comme contrat d’assurance-vie s’accompagnent de frais de tenue de compte. Il est alors indispensable de comparer les offres qui vous sont faites, puisqu’il s’agit de conditions contractuelles.

Par ailleurs, des frais de courtages sont facturés pour chaque ordre de bourse. En ce qui concerne l’achat de parts au sein d’un placement collectif, vous devez vous acquittez de droits d’entrée et de frais courants.

L’ensemble de ces coûts annexes se doit d’être pris en compte dans votre projet d’épargne.

Quelle fiscalité pour vos actions ?

Les dividendes et les plus-values réalisées à l’occasion de la vente d’une action sont imposables. Ils sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % (incluant 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu et 17,2 % au titre des prélèvements sociaux).

Toutefois, si cela s’avère plus intéressant, vous pouvez opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Cette option s’appliquera alors à l’ensemble de vos revenus de placement (intérêts de livret épargne, dividendes d’actions, etc.).

Notez qu'en optant pour le barème progressif de l'impôt sur le revenu, vos dividendes et plus-values restent soumis à 17,2% de prélèvements sociaux.

En savoir plus sur les actions

Investir en action sur le site de l'Autorité des marchés financiers

Thématiques :

Ce sujet vous intéresse ? Chaque mardi avec la lettre Bercy infos Particuliers, ne manquez aucune info pratique sur vos droits et obligations en matière de fiscalité, épargne, consommation …

Partager la page