Accueil du portailParticuliersChocolat au lait, gianduja, chocolat noir... comment bien choisir son chocolat ?

Chocolat au lait, gianduja, chocolat noir... comment bien choisir son chocolat ?

par Bercy Infos,

le 12/04/2019 –

Chocolat, chocolat au lait, gianduja, chocolat noir... Qu'est-ce qu'il y a derrière ces qualificatifs ? La loi définit de façon précise toutes ces appellations. Comment s'y retrouver ?

© Phovoir.fr

Le droit d’utiliser l’appellation « chocolat » dépend de la teneur minimale en cacao, qui influe sur l’intensité de la saveur.

À l’exception des bonbons en chocolat qui en sont exonérés, la proportion de cacao doit obligatoirement figurer sur les étiquetages.

En France, la composition des produits de chocolat et de cacao est définie par le décret n°76-692 du 13 juillet 1976. Les principales catégories de chocolat définies par ce décret sont :

Produit de cacao et chocolat : définition légale

Caractéristiques des produits de cacao et de chocolat

Dénomination

Définition

Caractéristiques

Beurre de cacao

Matière grasse obtenue à partir de fèves de cacao ou de parties de fèves de cacao

Teneur en acides gras libres inférieur à 1,75 %

Teneur en insaponifiables inférieur à 0,5 %, (sauf dans le cas du beurre de cacao de pression inférieur à 0,35 %) à

Cacao en poudre, cacao

Produit obtenu par la transformation en poudre de fèves de cacao nettoyées, décortiquées et torréfiées

Teneur en beurre de cacao, calculée d'après le poids de la matière sèche, supérieure à 20 %

Teneur en eau inférieur à 9 %

Cacao maigre en poudre, cacao maigre, cacao fortement dégraissé en poudre, cacao fortement dégraissé

Cacao en poudre

Teneur en beurre de cacao, calculée d'après le poids de la matière sèche, inférieure à 20 %.

Chocolat en poudre

Produit consistant en un mélange de cacao en poudre et de sucres

Teneur en cacao en poudre supérieur à 32 %

Chocolat de ménage en poudre, cacao sucré, cacao en poudre sucré

produit consistant en un mélange de cacao en poudre et de sucres

Teneur en cacao en poudre supérieur à 25 %

Complétées par les mentions "maigre" ou "fortement dégraissé" : teneur en beurre de cacao, calculée d'après le poids de la matière sèche, inférieure à 20 %.

Lire aussi : AOP-AOC, IGP, AB... : les labels de qualité dans l'alimentation

Chocolats : définition légale

Caractéristiques des chocolats

Dénomination

Définition

Caractéristiques

Chocolat

Produit obtenu à partir de produits de cacao et de sucres

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 35 %, dont plus de 18 % de beurre de cacao et plus de 14 % de cacao sec dégraissé

Chocolat "vermicelle" ou "en flocons"

Produit présenté sous forme de granulés ou de flocons

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 32 %, dont pas moins de 12 % de beurre de cacao et pas moins de 14 % de cacao sec dégraissé

Chocolat "de couverture"

 

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 35 %, dont pas moins de 31 % de beurre de cacao et pas moins de 2,5 % de cacao sec dégraissé

Chocolat aux noisettes "gianduja" (ou l'un des dérivés du mot : "gianduja")

Produit obtenu, à partir de chocolat et de noisette finement broyée.

Peuvent être ajouté du lait et/ou de la matière sèche de lait provenant de l'évaporation du lait et des amandes, des noisettes et autres variétés de noix, entières ou en morceaux.

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 32 %, dont un minimum de 8 % de cacao sec dégraissé,

Teneur en noisettes : entre 20 % et 40 % du produit

Teneur en matière sèche de lait inférieur à 5 %

Teneur en amandes, noisettes et autres variétés de noix, dans une proportion telle que le poids de ces additions, ajouté à celui des noisettes broyées, inférieur à 60 % du poids total du produit.

Les chiffres-clés

  • la France se situe au 7ème rang européen de consommation de chocolat par habitant, soit environ 7 kg par an (en 2016)
  • en 2016 c’est 380 000 tonnes de produits de chocolat et de cacao qui ont été commercialisées en France, dont 10 % à Noël et 5 % à Pâques
  • 80 % des ventes sont faites via la grande distribution et 20 % via des chocolateries et magasins spécialisés
  • le chocolat préféré des Français reste le chocolat noir

Lire aussi : [Vidéo] Colorants, édulcorants, conservateurs… : tout savoir sur les additifs alimentaires

Chocolats au lait : définition légale

Caractéristiques des chocolats au lait

Chocolat au lait

Produit obtenu à partir de produits de cacao, de sucres et de lait ou produits de lait

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 25 %

Teneur en matière sèche de lait supérieur à 14 % provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique

Teneur en cacao sec dégraissé supérieur à 2,5 %

Teneur en matière grasse lactique supérieur à 3,5 %

Teneur en matière grasse totale (provenant de beurre de cacao et de matière grasse lactique).supérieur à 25 %

Chocolat "à la crème"

 

Teneur minimale en matière grasse lactique de 5,5 %

Chocolat "au lait écrémé"

 

Teneur en matière grasse lactique inférieur à 1 %

Chocolat au lait "vermicelle" ou "en flocons"

Produit présenté sous forme de granulés ou de flocons

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 20 %

Teneur en matière sèche de lait supérieur à 12 % provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique

Teneur en matière sèche totale supérieur à 12 % et teneur en matière grasse totale (beurre de cacao et matière grasse lactique) supérieur à 12 %

Chocolat au lait "de couverture"

 

Teneur minimale en matière grasse totale de 31 % (beurre de cacao et matière grasse lactique)

Chocolat au lait "aux noisettes gianduja" (ou l'un des dérivés du mot : "gianduja")

Produit obtenu, à partir de chocolat au lait et de noisette finement broyée.

Peuvent être ajouté des amandes, des noisettes et autres variétés de noix, entières ou en morceaux.

Teneur minimale en matière sèche de lait est de 10 %, provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique

Teneur en noisettes : entre 15 % et 40 % du produit

Teneur en amandes, noisettes et autres variétés de noix, dans une proportion telle que le poids de ces additions, ajouté à celui des noisettes broyées, ne dépasse pas 60 % du poids total du produit.

Chocolat de ménage au lait

Produit obtenu à partir de produits de cacao, de sucres et de lait ou produits de lai

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 20 %

Teneur en matière sèche de lait supérieur à 20 % provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique

Teneur en cacao sec dégraissé supérieur à 2,5 %

Teneur en matière grasse lactique supérieur à 5 %

Teneur en matière grasse totale supérieur à 25 % (beurre de cacao et matière grasse lactique)

Lire aussi : Étiquetage des vins, comment s'y retrouver ?

Chocolat blanc : définition légale

Caractéristiques du chocolat blanc

Chocolat blanc

Produit obtenu à partir de beurre de cacao, de lait ou produits de lait et de sucres

Teneur en beurre de cacao supérieur à 20 %

Teneur en matière sèche de lait supérieur à 14 % provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique

Teneur en matière grasse lactique supérieur à 3,5 %

Lire aussi : Comprendre les labels bios

Autres produits de chocolat : définition légale

Caractéristiques des autres produits de chocolat

Chocolat fourré

Produit fourré dont la partie extérieure est constituée de Chocolat, Chocolat au lait, Chocolat de ménage au lait ou Chocolat blanc

La partie extérieure constituée de chocolat des produits portant cette dénomination ne représente pas moins de 25 % du poids total du produit.

La dénomination ne s'applique pas aux produits dont l'intérieur est constitué de produits de la boulangerie, de pâtisserie, de biscuit ou d'une glace de consommation.

Chocolate a la taza

Produit obtenu à partir de produits de cacao, de sucres et de farine ou d'amidon de blé, de riz ou de maïs

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 35 %

Dont teneur en beurre de cacao supérieur à 18 %

Dont teneur en cacao sec dégraissé supérieur à 14 %

Dont teneur en farine ou amidon inférieur à 8 %

Chocolate familiar a la taza

Produit obtenu à partir de produits de cacao, de sucres et de farine ou d'amidon de blé, de riz ou de maïs

Teneur en matière sèche de cacao supérieur à 30 %

Dont teneur en beurre de cacao supérieur à 18 %

Dont teneur en cacao sec dégraissé supérieur à 12 %

Dont teneur en farine ou amidon inférieur à 18 %

 

Bonbon de chocolat ou praline

- soit de chocolat fourré

- soit d'un seul chocolat ou d'une juxtaposition ou d'un mélange de chocolat, Gianduja, chocolat au lait, à la crème, au lait écrémé, au lait Gianduja, Chocolat de ménage au lait et/ou Chocolat blanc

Teneur minimale en chocolat : 25 % du poids total du produit.

Les cas des truffes

L’appellation « truffes » ne peut s’appliquer qu’à une spécialité au chocolat, de la taille d’une bouchée, dans laquelle le chocolat représente au moins 25 % du poids total du produit et les matières grasses proviennent exclusivement de chocolat ou de cacao et de produits laitiers.

Si des matières grasses végétales sont incorporées au produit, le producteur doit obligatoirement utiliser  l’appellation « truffes fantaisies », ces deux termes devant alors être inscrits en caractères identiques (cette disposition ne vise cependant pas les matières grasses végétales qui seraient introduites par le biais d’ingrédients incorporés pour leurs qualités gustatives : fruits secs, tels qu’amandes ou noisettes, par exemple).

Lire aussi : Repas de fêtes : comment bien choisir ses produits ?

Chocolat noir, extra... : définition légale

Lorsque la dénomination "chocolat", "chocolat au lait" ou "chocolat de couverture" est complétée par un critère de qualité, tel que "noir", "extra"...,  la teneur en cacao doit être plus élevé.

De plus, les dénominations de certains types de chocolat à tenue accrue en cacao peuvent être complétées par des mentions ou des qualificatifs de supériorité (par exemple, « noir », « extra », etc.).

Caractéristiques des chocolats "noir", "extra"...

Dénomination

Caractéristiques

Chocolat « noir », « extra »… (un critère de qualité complète la mention)

Au moins 43 % de matière sèche totale de cacao, dont au moins 26 % de beurre de cacao

Chocolat au lait « extra »… (un critère de qualité complète la mention)

Au moins 30 % de matière sèche totale de cacao et au moins 18 % de matière sèche de lait provenant de la déshydratation partielle ou totale de lait entier, de lait partiellement ou totalement écrémé, de crème, de crème partiellement ou totalement déshydratée, de beurre ou de matière grasse lactique, dont au moins 4,5 % de matière grasse lactique ;

Chocolat de couverture « noir », « extra »… (un critère de qualité complète la mention)

Au moins 16 % de cacao sec dégraissé

les autres mentions sur l'étiquette du chocolat

Pour les produits vendus préemballés, 3 mentions sont obligatoires :

  • la référence explicite au traitement de congélation-décongélation éventuellement subi
  • la mention « Ne pas recongeler » (si le produit a été congelé) à proximité de leur dénomination de vente
  • une date de durabilité minimale sous la forme « À consommer de préférence avant fin… », suivie des conditions de conservation

Pour les produits vendus en vrac, s’il a été procédé au préalable à une congélation, la mention « Décongelé » doit obligatoirement figurer à proximité de la dénomination de vente.

D’autres procédés de conservation des chocolats par le froid peuvent être utilisés afin de préserver leurs qualités gustatives. Dans tous les cas, une bonne information du consommateur doit être assurée sur le traitement subi ainsi que sur les conditions et la durée de conservation des produits.

 Lire aussi : Quelle réglementation pour l’origine géographique des produits alimentaires ?

Initialement publié le 14/12/2017

Partagez cet article !

Thématiques :

Consommation

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    06/08/2019

    Vous êtes propriétaire du logement que vous occupez mais vous avez des ressources financières limitées et vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation pour des raisons autres qu'énergétiques. Savez-vous que vous pouvez obtenir, sous condition, des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ? Comment en bénéficier ? Et pour quelle finalité ? On vous explique tout.

  • 01/08/2019

    Afin d’encourager les citoyens à acheter une voiture plus propre, une prime à la conversion (à la casse) a été mise en place. Cette dernière est versée, sous condition, lors de l'achat ou de la location d'un véhicule peu polluant si, dans le même temps, le véhicule mis à la casse est un ancien véhicule diesel ou essence. Mais qui peut la demander ? Comment fonctionne-t-elle précisément ? Toutes les réponses.

  • © Fotolia.com

    25/07/2019

    Vous êtes étudiant et vous recherchez un appartement ou allez bientôt emménager ? Comment mettre toutes les chances de votre côté ? Et surtout, savez-vous quels sont vos droits ? Voici nos conseils avant de signer le contrat de location.

  • ©BercyPhoto G.Gree

    25/07/2019

    Chaque année, notamment lors de la rentrée, vous êtes nombreux à vouloir vous inscrire à une salle de sport ! Tour d’horizon des points sur lesquels rester vigilant pour bien choisir sa salle de sport.

  • © Phovoir.fr

    24/07/2019

    Les produits alimentaires vendus dans un conditionnement doivent indiquer un délai pour la consommation : la date limite de consommation (DLC) ou la date de durabilité minimale (DDM). Mais savez-vous réellement ce que signifient ces termes ? On fait le point.

  • ©Jackin / Stock.Adobe.com

    23/07/2019

    Prix d’une heure de conduite, frais de présentation à un examen, frais de dossier… Les auto-écoles vous facturent de nombreux frais. Mais en ont-elles le droit ? Les prix sont-ils réglementés ? Toutes les réponses.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !