Accueil du portailEntreprisesImposition des entreprises : qu’est-ce que le régime réel simplifié ?

Imposition des entreprises : qu’est-ce que le régime réel simplifié ?

par Bercy Infos,

le 02/04/2019 –

Le régime réel simplifié (RSI) est un des régimes d'imposition des entreprises. Le régime d'imposition des entreprises varie en fonction du chiffre d'affaires et de l'activité de l'entreprise. Quelles sont les conditions pour bénéficier du régime réel simplifié (RSI) ? Quelles sont les obligations comptables de ce régime ? Explications.

© Fotolia

Quelle est la différence entre le régime simplifié d'imposition (RSI) et le régime réel normal (RN) ?

Le régime simplifié d'imposition (RSI) et le régime réel normal (RN) s'appliquent aux bénéfices réalisés au cours de l'exercice et à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

C'est principalement le détail demandé lors du remplissage des obligations comptables qui différencie ces 2 régimes d'imposition.

Lire aussi : Micro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises

Quelles sont les obligations comptables liées au régime réel simplifié (RSI) ?

Les entreprises soumises au régime d'imposition réel simplifié doivent tenir une comptabilité classique : un bilan, un compte de résultat et des annexes. Des dispositions particulières s’appliquent pour alléger vos obligations comptables :

  • le livre journal n’enregistre journellement que les recettes encaissées et les dépenses payées
  • les créances et les dettes sont constatées à la clôture de l’exercice
  • le bilan fourni à l’administration fiscale est un bilan simplifié

Lire aussi : Entreprises : quelles sont vos obligations comptables ?

Quelles sont les conditions pour bénéficier du régime réel simplifié (RSI) ?

Le régime réel simplifié est le régime d’imposition de droit commun appliqué aux entreprises soumises à l’impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés dont le chiffre d’affaires est :

  • compris entre 170 000 € et 789 000 € pour les activités de commerce et de fourniture de logement (hôtels, chambres d'hôtes, gîtes ruraux, meublés de tourisme)
  • compris entre 70 000 € et 238 000 € pour les entreprises de prestation de services (*)

(*) Bulletin officiel des finances publiques

Que se passe-t-il en dehors de ces seuils et plafonds ?

En-dessous des seuils indiqués ci-dessous, vous pouvez opter pour le régime de la micro-entreprise.

En savoir plus sur le régime de la micro-entreprise

Au-dessus des plafonds ci-dessus, vous devez opter pour le régime réel normal.

En savoir plus sur le régime réel normal

 Lire aussi : Impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu : quelle imposition selon son statut ?

En cas de dépassement des seuils de chiffre d'affaires, que se passe-t-il ?

Si le chiffre d'affaires des entreprises concernées dépasse les seuils des 789 000 € ou 238 000 €, le régime simplifié d'imposition demeure applicable la 1ère année suivant celle du dépassement à condition qu'il s'agisse du 1er dépassement.

Par exemple, si votre entreprise dépasse en 2018 le seuil de 789 000 €, elle reste soumise au régime simplifié en 2019. Elle relèvera du régime normal d’imposition en 2020.

Toutefois, en cas de dépassements consécutifs des seuils (en N-1, puis en N), le régime réel normal s'applique dès la 1ère année suivant celle du dépassement (N+1).

Lire aussi : Micro-entreprise : que se passe-t-il quand on dépasse le seuil de chiffre d'affaires ?

Régime réel simplifié d'imposition (RSI) et régime simplifié de TVA

Les entreprises soumises au régime simplifié bénéficient également d’un régime de TVA simplifié sous réserve de respecter les conditions suivantes :

  • avoir un CAHT annuel compris entre 33 200  et 238 000 € pour les prestations de services et les professions libérales relevant des BNC et des BIC
  • avoir un CAHT annuel compris entre 82 800  et 789 000 pour les activités de commerce et d'hébergement
  • le montant annuel de la TVA exigible ne dépasse pas 15 000 €

Les entreprises relevant du RSI doivent payer 2 acomptes en juin et en décembre de chaque année et télétransmettre au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai, une déclaration récapitulant l'ensemble des opérations imposables l'année civile précédente et servant de base de calcul au montant des acomptes.

Lire aussi : TVA : quel régime concerne votre entreprise ?

Publié initialement le 24/04/2017

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 12/07/2019

    L’examen de comptabilité est un dispositif qui permet à l'administration fiscale de réaliser des opérations de contrôle à distance, à partir de la comptabilité remise par l'entreprise sous forme dématérialisée. Retour sur cette procédure.

  • 11/07/2019

    Le régime réel normal est un régime d'imposition qui s’applique sur les bénéfices et sur la TVA. Qui sont les entreprises concernées ? Comment le régime réel normal fonctionne-t-il ? Comment changer de régime ?

  • © Fotolia.com

    03/07/2019

    Produits, prestations, services… Votre entreprise est soumise à la taxe sur la valeur ajoutée lorsqu’elle réalise une prestation ou vend un produit. Comment cela fonctionne ? Toutes les réponses.

  • 24/06/2019

    Afin de répondre aux besoins des entreprises en matière d’actualité sur les échanges commerciaux, la réglementation et les procédures douanières, la Douane propose une lettre d’information à paraître tous les trois mois.

  • © Phovoir.fr

    21/06/2019

    Le versement transport (VT) est une contribution locale des employeurs, recouvrée par l’Urssaf afin de financer les transports en commun dans les régions, les départements et les communes. Mais qui est concerné par ce versement ? Sous quelles conditions ? Toutes les réponses à vos questions.

  • ©Pixabay

    13/06/2019

    La taxe sur les activités commerciales saisonnières non salariées est impôt local susceptible d’être institué sur délibération des communes sur leurs territoires. Qui est concerné ? Quel est le mode de calcul de cette taxe ?

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !