Accueil du portailEntreprises › Impôt sur les sociétés, comment ça marche ?

Impôt sur les sociétés, comment ça marche ?

18/10/2017

L'impôt sur les sociétés est une taxe concentrée sur les bénéfices d'une entreprise. Quelle sont ses modalités ? Quel taux applicable ?

Nouveautés à compter de 2018

La loi de finances pour 2018 modifie le taux de l'impôt sur les sociétés, pour l'abaisser à 28% dès 2018, avec un objectif à  25% en 2022.

L'impôt sur les sociétés, qu'est-ce que c'est ?

L'impôt sur les entreprises (également appelé impôt sur les bénéfices) est une taxe prélevée sur le résultat annuel des entreprises. L'impôt sur les sociétés s’applique aux entreprises à partir d'un certain seuil de bénéfices. Son taux varie en fonction du type d’entreprise et de son niveau de résultat. L’impôt sur les sociétés fonctionne avec un système de tranches.

Lire aussi : 2 types d’imposition au choix pour votre entreprise : l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenuMicro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises

 

Qui est soumis à l'IS ?

L'impôt sur les sociétés concerne les entreprises exploitant en France, c'est-à-dire qui réalisent leur activité commerciale habituelle sur le territoire. Les bénéfices réalisés à l'étranger ne sont donc pas soumis à l'IS. Il existe deux types d'imposition à l'IS, l'imposition obligatoire et l'imposition optionnelle. La distinction entre ces deux modes d'imposition est liée à la forme même de l'entreprise.

Lire aussi : La fiscalité de l'entreprise en 5 questions | Associations, quelle fiscalité vous concerne ?

 

L'imposition à titre obligatoire

L'impôt sur les sociétés est obligatoire dans 2 types de cas :

Lire aussi : Entreprises : quels impôts doivent être payés en ligne ?

 

L'imposition à titre optionnel

L'imposition à l'IS est optionnel, c'est-à-dire facultatif pour les cas suivants :

Si vous êtes concernés par l'un des cas mentionnés ci-dessus et que vous souhaitez opter pour le régime de l'impôt sur les sociétés, ce choix sera définitif.

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

 

Quel taux pour votre entreprise ?

À partir de 2018, le taux de l'IS est ramené à 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500.000 euros.

Les petites et moyennes entreprise (PME) qui réalisent moins de 7,63 millions d'euros de chiffre d'affaires bénéficient d'un taux d'imposition réduit à 15 % sur la tranche de leurs bénéfices inférieurs à 38 120 euros.

2018 2019 2020 2021 2022
28% pour les 500 000 premiers euros  de bénéfices, 33,33% au-delà 28 % pour les
500 000 premiers euros
de bénéfice (toutes
entreprises) ; 31 %
au-delà
28% 26,5% 25%

Lire aussi : [à venir] Fiscalité des entreprises : ce qui va changer à partir de 2018

Le Projet de loi de finance (PLF) 2018


 

Impots.gouv.fr

Environ le tiers des entreprises françaises relève de l'impôt sur les sociétés, soit approximativement 1,4 million d'entreprises aujourd'hui. L'impôt sur les sociétés concerne principalement les bénéfices de certaines sociétés et personnes morales.

L'impôt sur les sociétés

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © CC0 Creative Commons

    16/01/2018

    La taxe intérieure de consommation sur le charbon est une taxe qui s'inscrit dans la politique de fiscalité carbone de la France. La TICC représente une source de revenus importante qui permet notamment d'allouer des fonds à la transition énergétique.

  • © Fotolia.com

    15/01/2018

    La cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE) est la deuxième composante de la contribution économique territoriale (CET) due par les entreprises et les travailleurs indépendants qui génèrent un certain montant de chiffre d’affaires, et qui est affectée aux collectivités territoriales (communes, départements, régions). Mais comment fonctionne cette cotisation ? Qui en est redevable ? Explications.

  • © Ordre des experts-comptables

    08/01/2018

    La déclaration sociale nominative (DSN) s'est progressivement substituée aux déclarations sociales demandées au titre de l’emploi des salariés. Quelles sont les entreprises concernées ? Comment fonctionne la DSN ? Explications.

  • © Fotolia.com

    04/01/2018

    La contribution au service public de l'électricité est une taxe énergétique. Quel est son champ d’application ? Qui en est redevable ?

  • © Phovoir.fr

    04/01/2018

    La cotisation foncière des entreprises (CFE) est due par les professionnels qui au 1er janvier de l'année d'imposition exercent à titre habituel une activité non salariée.  La date limite de paiement pour la CFE et/ou l'IFER est fixée au 15 décembre de chaque année.

  • © Creative Commons CC0

    02/01/2018

    Vous vous êtes lancé dans l'aventure de la micro-entreprise et vous souhaitez suspendre temporairement votre activité ? C'est possible ! On vous explique tout sur la cessation temporaire d'activité.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes une entreprise

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !