Bercy se mobilise pour les Jeux olympiques et paralympiques 2024

La France accueillera les Jeux olympiques en 2024, du 26 juillet au 11 août. Une première en cent ans ! Elle organisera aussi les premiers Jeux paralympiques d’été de son histoire, du 28 août au 8 septembre 2024. Au-delà des performances sportives exceptionnelles et de la fête populaire, les Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de Paris 2024 seront une occasion historique, pour la France, de faire rayonner son savoir-faire, sa créativité, son ouverture et son patrimoine unique.

Actualités

©jcfeliu - stock.adobe.com

Les engagements du ministère

Les différentes directions du ministère de l'Économie et des Finances sont mobilisées pour assurer la bonne tenue de ces deux événements majeurs. Tour d'horizon de ces engagements.

Protéger les Français, les visiteurs et les consommateurs

Sécuriser les Jeux, protéger les touristes et les consommateurs, lutter contre la fraude et les trafics : des enjeux clés pour lesquels l’ensemble des directions du ministère se mobilise.

La direction générale des Douanes et Droits indirects (DGDDI) : 7 000 agents mobilisés pour sécuriser les importations des matériels accompagnant les délégations et réaliser des contrôles pour lutter contre les trafics, notamment de contrefaçon associée à la marque JOP.

La direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) : 900 agents chargés de lutter contre les fraudes. En amont des JOP, ils réalisent des contrôles d’établissements pour s'assurer de la protection des consommateurs et des touristes lors de leurs achats, y compris en ligne, et de la loyauté des prestations de transport, d’hôtellerie ou de restauration. Pendant les Jeux, ils seront chargés d’informer les consommateurs et les touristes sur leurs droits.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) : 300 agents et renforts chargés de s’assurer du bon fonctionnement des outils de fréquence pour garantir leur utilisation. Quatre milliards de téléspectateurs sont attendus lors de ces Jeux.

Tracfin, le service de renseignement financier du ministère : 200 agents mobilisés pour identifier les menaces en matière de financement du terrorisme et d’actions violentes, mais aussi surveiller et enquêter sur les flux financiers clandestins liés, par exemple, aux locations immobilières de tourisme ou à la circulation de substances illicites sur le territoire.

16 millions

Nombre de visiteurs attendus lors des JOP 2024

4 milliards

Nombre estimé de téléspectateurs

Pendant les Jeux 2024, le Trocadéro (Paris) sera aménagé pour accueillir le public

Garantir le bon usage des deniers publics

À l’heure où l’État investit plus d’un milliard d’euros dans la construction et la rénovation d’ouvrages olympiques, Bercy se mobilise afin de garantir un cadre budgétaire sérieux et ambitieux.

La direction du Budget (DB) : elle siège aux conseils d’administration du Comité d’organisation des Jeux (COJOP) et de la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO) et s'assure de prévenir tout risque budgétaire lié à l’organisation de l’évènement, la construction, la rénovation et l’entretien des ouvrages.

La direction des achats de l’État (DAE) : elle accompagne les administrations dans la passation de marchés publics dans la perspective des JOP et évaluera les marchés à l’issue des Jeux.

La direction des Affaires juridiques (DAJ) : elle apporte son soutien pour sécuriser les aspects juridiques.

Contribuer à une organisation efficace

L’Agence des participations de l’État, le Secrétariat général, l’Agence française anticorruption, le Contrôle général économique et financier, et le Médiateur des entreprises sont également mobilisés pour contribuer à une organisation efficace des Jeux aux côtés de :

  • La direction générale des Finances publiques (DGFiP) : elle contribue au bon déploiement des infrastructures olympiques.
  • La direction générale du Trésor (DGT) : elle est également impliquée dans le soutien au déploiement des infrastructures.
  • L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) : il évalue l’impact économique, social et environnemental des JOP et éclaire les décideurs publics et les citoyens sur les effets à long terme de cet évènement.

©dusanpetkovic1 - stock.adobe.com

Contribuer à un héritage durable pour l’économie

Les Jeux représentent une forte opportunité économique et sociale pour la France, avec plusieurs milliards d’euros de retombées économiques attendues réparties entre le tourisme, la construction de milliers de logements et l'organisation dans les métiers de la sécurité et de la propreté notamment. 

La France est par ailleurs dotée d'une Filière Sport particulièrement riche, avec 128 000 entreprises concernées par les Jeux (commerces, production de biens et d’équipements, pratique sportive…).  

Les directions de Bercy, et notamment la direction générale des Entreprises (DGE), profitent des JOP pour valoriser ces entreprises et favoriser leur essor économique. Cette dernière agit pour :

  • maximiser les retombés économiques des JOP pour les entreprises françaises,
  • structurer la filière de l’économie du sport,
  • accélérer la mise en accessibilité des établissements privés recevant du public (commerces, hôtels, cafés, restaurants), avec le déploiement du fonds territorial d’accessibilité,
  • soutenir le développement de la filière Tech via l’accompagnement des start-up dans des projets de e-sport ou permettant d’améliorer la pratique sportive.

À propos de la MICAF

Dans le cadre des JOP de Paris 2024, la Mission interministérielle de coordination anti-fraude (MICAF) conduit un travail de coordination en lien avec la Délégation interministérielle aux Jeux olympiques et paralympiques (DIJOP) et les directions centrales concernées (DGFiP, DGDDI, DGTravail, URSSAF-CN), s’agissant de la lutte contre le travail illégal, les fraudes fiscales connexes et la contrefaçon.

Cette coordination vise plus particulièrement l’échange de renseignements et la mise en place de contrôles concertés aux niveaux national et local.

©BercyPhoto Hamilton de Oliveira

La Douane en route pour les JOP 2024 !

De la création dans les années 1950 des brigades douanières de haute montagne aux athlètes de la Douane, en passant par les associations sportives, Bercy se mobilise depuis toujours en faveur du sport et des sportifs.

L'Équipe de France Douane (EFD) existe depuis 2010. Composée de 40 athlètes, elle est répartie entre des sportifs d'été et d'hiver, dont certains sont qualifiés pour participer aux Jeux olympiques de Paris 2024.

L'Équipe de France Douane (EFD) en images

Douane Française

Je suis Clément Bessaguet, je fais du tir depuis 2006. On va à Marseille, au stand de tir auquel je m'entraîne depuis 2013. Je suis venu à Marseille car la fédération a mis des cibles électroniques sur Marseille, sur le club du CTPN.

Au niveau de l'entraînement, tous les matins, c'est du tir. Et ensuite j'ai de la kiné un petit peu. Et après la préparation physique tous les après-midi.

J'adore le sport donc j'essaie de ramener tout ça dans le tir pour être de plus en plus fort.

Les qualités physiques :

il faut vraiment être tonique, vraiment pour bouger le moins impossible et garder un très bon équilibre peu importe ce qu’il se passe.

Ensuite les qualités mentales : c'est le contrôle de ses émotions. Parce qu’il y a plein de sport quand on s'énerve, on peut être meilleur. Dans le tir, c'est tout le contraire, si on s'énerve ou si on perd un peu de sang-froid, on fait n'importe quoi. Donc il faut vraiment essayer de se canaliser pour être performant et être très lucide sur le tir.

Le lien entre mon sport et la douane, pour ceux qui sont sur le terrain, c'est peut-être l'arme à feu. C'est un lien assez fort je pense avec une grande partie des douaniers. C'est la persévérance. C'est vraiment être à fond dans mon travail, parce que c'est mon travail au final.

Avant, j'avais vraiment une carrière professionnelle et une carrière sportive, parce que j'étais dans l'électricité. Je travaillais quand même presque tous les jours et je m'entraînais le soir après le travail.

Parfois quand je pouvais avoir un jour de disponible, je m’entraînais la journée entière pour rattraper le temps perdu.

Depuis les Jeux de Tokyo, j'ai eu mon contrat à la douane, détaché à 100 %. Ça a clairement tout changé, parce qu’avant j'étais vraiment très fatigué, je m'entraînais beaucoup moins. Ça se voit d'ailleurs sur mes résultats, puisque maintenant, en m’entraînant tous les jours, je fais des super résultats que je n'ai jamais fait avant. Je m'entraîne tous les jours quand je pars loin en compétition. Tout ça, c'est grâce à la douane.

J’ai fait champion d'Europe l’an dernier, j'ai gagné le quota pour les Jeux de Paris 2024. Dans la foulée, j'ai été le deuxième champion du monde. Cette année, j'ai encore été deuxième champion du monde. Je suis certain de faire les Jeux de Paris 2024.

On a un grand centre de tir national, de la fédération, situé à Châteauroux. Et dans ma préparation jusqu'aux Jeux, on va essayer d'y aller une fois par mois en stage pour vraiment s'imprégner de ce stand-là et peut être avoir un petit avantage sur nos autres concurrents.

Douane Française

Je m'appelle Alexandra Louis-Marie. J'ai commencé l'escrime catégorie épée en regardant Zorro à l'âge de six ans. Bonjour, bienvenue chez moi. Tolly, on dit bonjour. Vous allez suivre aujourd'hui ma journée.

Je fais souvent du pain de mie complet avec de la viande de grison ou du poulet. Normalement, j’ai du fromage blanc et l'incontournable Actimel. On va à la salle où je m'entraîne, la salle d’armes de Levallois.

Je commence par une leçon individuelle. Je suis obligée de travailler un point faible à moi. C'est la fente, mon allongement du bras. Ensuite, j'enchaîne avec la préparation physique. Je travaille du cardio, de l'explosivité et mon agilité. Je finis avec les assauts.

Je vais tirer contre mes partenaires pour améliorer mon jeu ou le consolider.

Les qualités physiques que requiert l'escrime sont de la réactivité, du changement entre rythme lent et rythme rapide. Avoir des qualités mentales : avoir confiance en soi, savoir gérer le stress en compétition.

J'ai fait trois fois championne de France individuelle, deux fois championne de France par équipe, vice-championne d’Europe par équipe et championne du monde par équipe. J'ai gagné une Coupe du monde en 2019, j'ai fait deuxième aussi. J’ai fait double championne d'Europe en individuel et par équipe en juin 2023. Et actuellement, je suis classée sixième mondiale.

On va voir mon kiné. Il y a six semaines de cela, je me suis fait une entorse. Du coup il va me faire un strap pour que ma cheville puisse tenir, parce que je ne suis pas rétablie à 100 %.

J'ai intégré l'Équipe de France Douane en janvier 2021. J'étais toujours intéressée par les douanes, par cette administration. Au début, quand je suis arrivée à l'INSEP, je savais que les douanes avaient des contrats réservés aux sportifs de haut niveau. Tout naturellement, je me suis rapprochée d'eux.

Signer un contrat avec la douane m'a permis tout d'abord de pouvoir prendre un appartement, mon indépendance. Et surtout de faire mon sport à 100 %, c'est-à-dire que je travaille pas à côté.

J'ai la chance d'avoir pu finir mes études, et de me consacrer à 100 % à ma passion. J'ai des échéances qui arrivent très rapidement. J'ai une coupe du monde qui se déroulera à Vancouver, une compétition en janvier à Doha. Ensuite, j'enchaîne à Barcelone en février, à Budapest en mars.

Les Jeux Olympiques arrivent bientôt. En somme, vu que je m'entraîne bien, je suis assez sereine dans ma tête et je reste quand même concentrée.

Douane Française

L'Équipe de France douane a été créée en 2010. Aujourd'hui, l'équipe de France douane compte 40 athlètes de haut niveau répartis quasiment de manière égale en sportifs hiver et en sportifs été.

Les sportifs hiver sont historiquement ou à l'origine de l'équipe de France Douane. On a le ski alpin, le ski fond, le biathlon. On a des disciplines un peu plus récentes : le freestyle et ensuite le judo. On a aujourd'hui 6 athlètes. On a l'escrime, on a retrouvé de la voile, on a de l'athlétisme, discipline de base. On a du tir sportif, du kite foil qui va arriver.

Lorsqu'un athlète souhait intégrer l'équipe de France douane, les athlètes sont engagés sur des contrats à durée déterminée, des contrats d'un an renouvelable. Et chaque année on essaie de renouveler ce contrat par le biais d'un amenant pour les accompagner sur une durée d'une Olympiade minimum.

Je pense que le sport a déjà des valeurs communes avec la douane : la performance, l'engagement, ça c'est vraiment important. Ces valeurs-là elles sont défendues tout au long de la carrière des sportifs, de toute façon c'est un gage de réussite pour eux. Ils essayent vraiment de travailler ça, je pense que c'est vraiment ce lien très fort de travailler ensemble puisqu'on puise notre force le collectif puisqu'on a quand même pas mal de disciplines individuelles. Ils puisent cette force au sein du collectif et de pouvoir l'exprimer à titre individuel donc c'est vraiment des valeurs que l'on peut retrouver nous aussi au niveau de la douane puisqu'on a des similitudes en termes de placement, de positionnement, d'entraînement entre guillemets pour pouvoir évoluer à ce niveau-là.

On les a vraiment dans des conditions qui sont très favorables pour nous. Ca permet aussi de les approcher, de leur parler et de leur exprimer tout le soutien qu'on peut leur apporter, et eux aussi de nous questionner un petit peu sur les métiers de la douane, les valeurs de la douane, c'est très important pour la cohésion.