Imprimer la page

Paul RAMADIER

Ministre des finances et des affaires économiques et financières durant 486 jours

dans le cabinet MOLLET (14 février 1956 - 13 juin 1957).

Sources CAEF

Archives

Une part très importante des archives du cabinet de Paul Ramadier, ministre des Affaires économiques et financières du 14 février 1956 au 13 juin 1957, est consacrée à la réorganisation du secteur des assurances (gestion des entreprises nationalisées, assurance maladie, assurance automobile, réforme du statut et des privilèges des courtiers-jurés d'assurances maritimes, prévention et réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les territoires d'outre-mer).
Un autre volet bien représenté est la réorganisation administrative des services et des organismes intervenant dans le commerce extérieur ; les restrictions et la surveillance des importations ; les aides financières à l'exportation ; le fonctionnement de l'Office des changes.
Les relations commerciales et financières avec les pays étrangers et les pays de l'ancien Empire colonial français occupent une place non négligeable, et notamment la gestion de la crise égyptienne liée à la nationalisation de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez par le général Nasser.
Enfin, la politique industrielle est également représentée avec les aides à l'industrie et au tourisme, tandis que le volet agricole porte essentiellement sur la production sucrière.

Voir l'inventaire détaillé.1A-0000409/1 à 1A-0000410/1 1A-0000409/1 à 1A-0000410/1

Communicabilité : en application du code du patrimoine

Bibliothèque

Centre d'histoire de l'Europe du vingtième siècle (Paris). - Paul Ramadier : la République et le socialisme : actes du colloque..., Paris, 8-9 décembre 1988. Bruxelles : Ed. complexe, 1990. 520 p. ; 22 cm. 140.221 PAU 1990

Sources complémentaires

Archives départementales de l'Aveyron, sous-série 52 J, fonds Paul Ramadier.

Résumé de l'action ministérielle

A la tête d'un "super ministère" qui coiffe, outre les traditionnelles administrations économiques et financières, le plan, l'industrie et l'agriculture, Paul RAMADIER, porté par la croissance, joue l'expansion par la consommation : il favorise l'instauration de la troisième semaine de congés payés et la création du fonds national de solidarité en faveur des vieillards économiquement faibles, dont il prévoit que le financement sera assuré par les recettes de la vignette automobile. Pour financer les dépenses militaires exceptionnelles provoquées par la guerre d'Algérie, il fait adopter le 30 juin 1956 un train fiscal (augmentation - de 10% - de l'impôt sur les sociétés, des droits de succession et de la TVA sur les produits de luxe) puis lance en septembre 1956 un emprunt national 5%, d'une durée de 15 ans et indexé sur le cours moyen des actions à la Bourse. A l'extérieur, il participe à la fondation du Marché commun et d'Euratom, dans le cadre des négociations qui aboutissent à la signature du traité de Rome (25 mars 1957).

Retour à la chronologie IVe République

Paul Ramadier

© Archives Documentation française

17 mars 1888 La Rochelle (Charente-Maritime)
14 octobre 1961 Rodez (Aveyron)

Milieu Familial

  • Fils de Charles-Joseph, médecin-aliéniste, et de Marie-Alix-Adélaïde-Rosalie RAMADIER
  • Épouse le 25 septembre 1911 Marguerite CERRI.
  • Deux enfants : Jean-Paul (né en 1913), administrateur de la France d'outre-mer, et Claude (né en 1917), ingénieur.

Études

Lycée de Rodez (Aveyron), facultés de droit et des lettres de Toulouse (Haute-Garonne) et de Paris
Doctorat en droit (1911), diplôme d'études supérieures de lettres.

Carrière professionnelle

  • Avocat à la Cour d'appel de Paris (1908)
  • Journaliste, il collabore à l'Humanité.

Mandats électifs

  • Famille politique : socialistes
  • Maire de Decazeville (Aveyron, 1919-1941, 1945-1959)
  • Conseiller général du canton de Decazeville (Aveyron, 1928-1961)
  • Député de l'Aveyron (1928-1940, 1945-1951, 1956-1958).

Responsabilités exercées

  • Attaché au cabinet d'Albert THOMAS, ministre de l'armement (1916)
  • Sous-secrétaire d'État aux travaux publics et aux mines (1936-1938)
  • Ministre du travail (1938)
  • Ministre du ravitaillement (1944-1945)
  • Ministre de la justice (1946-1947)
  • Président du Conseil (1947)
  • Ministre d'État (1948)
  • Ministre de la défense nationale (1948-1949)
  • Président du Bureau international du travail (1951).
Partager la page