Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Lucien LAMOUREUX

Ministre du budget puis des finances durant 346 jours

dans les cabinets DALADIER (31 janvier - 26 octobre 1933) [Budget]
et REYNAUD (21 mars - 5 juin 1940), [Finances].
 

Sources CAEF

Archives

Le CAEF conserve un dossier de l'époque du gouvernement Daladier.

1A-0000401/1 : Règlement de questions monétaires : note pour le Ministre, correspondance. - 1933

 

Sources complémentaires

Bibliothèquen municipale de Vichy, Ms L 1 à 12.

 

Résumé de l'action ministérielle

1933 : Lucien LAMOUREUX accentue la politique d'économie visant à établir l'équilibre budgétaire. La loi du 28 février 1933 majore de 10% l'impôt général sur le revenu, augmente les droits de timbre et diminue les traitements des fonctionnaires ; ce texte se signale aussi par l'introduction dans le droit fiscal français du principe de la publicité des impositions. Dans un tout autre registre, Lucien LAMOUREUX signale son premier séjour au ministère des finances par le rétablissement de la Loterie nationale, supprimée depuis près de cent ans, et dont il est prévu d'affecter les recettes à la Caisse de solidarité contre les calamités agricoles et au financement de la retraite du combattant.

1940 : ultime ministre des finances d'une République dont il accompagne la chute de la drôle de guerre à la guerre-éclair, Lucien LAMOUREUX fait transférer au Maroc et au Canada l'or de la Banque de France. Il procède aussi à d'importantes restructurations administratives : le haut commissariat à l'économie nationale est intégré au ministère des finances (décret du 15 avril 1940), la Caisse centrale du Trésor public est supprimée et ses services répartis entre l'agence comptable centrale du Trésor et la paierie générale de la Seine.

Retour à la chronologie IIIe République 

Portrait de Lucien Lamoureux

© Keystone

16 septembre 1888 Viplaix (Allier)
5 août 1970 Lauzier-le-Vieux (Allier)

 

Milieu Familial

  • Fils d'Étienne (1854-1939), bûcheron, menuisier puis député de l'Allier, et de Marie RAGON (1865-1950), institutrice
  • Épouse le 7 septembre 1920 Marie-Madeleine DIOUX (1899-1979).

 

Études

  • Faculté de droit de Paris
  • Doctorat en droit (1914).

 

Carrière professionnelle

  • Avocat au barreau de Paris (1919).

 

Mandats électifs

  • Famille politique : radicaux
  • Conseiller général du canton de Vichy (Allier, 1950-1961)
  • Député de l'Allier (1919-1940).

 

Responsabilités exercées

  • Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts (1926)
  • Ministre des colonies (1930, 1934)
  • Ministre du travail et de la prévoyance sociale (1933-1934)
  • Ministre du commerce et de l'industrie (1934).

 

Écrits autobiographie

  • Mes souvenirs (1963).

 

Partager la page