Accueil du portailEntreprisesEntreprises soumises à l'impôt sur le revenu : comment opter pour l'impôt sur les sociétés ?

Entreprises soumises à l'impôt sur le revenu : comment opter pour l'impôt sur les sociétés ?

par Bercy Infos,

le 27/12/2018 –

Les entreprises ayant été soumises par défaut à l’impôt sur le revenu peuvent opter pour l’impôt sur les sociétés. Comment s’opère le changement de type d’imposition ? Quelles conséquences sur le bénéfice imposable ?

©Kurhan / Stock.Adobe.com

Quelles entreprises peuvent opter pour l'impôt sur les sociétés ?

De par leur statut juridique, certaines entreprises relèvent obligatoirement du régime des sociétés de personnes : l'impôt sur le revenu. Elles ont toutefois la possibilité de choisir sur option, c’est-à-dire de manière facultative, d’être assujetties à l’impôt sur les sociétés (IS). Les entreprises concernées sont les suivantes :

  • l'EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ;
  • l'EURL avec un associé personne physique
  • la SNC (société civile en nom collectif)
  • la SCP (société civile professionnelle)
  • les sociétés en participation

L’entrepreneur individuel ayant choisi le statut de l’EIRL doit avoir au préalable déposé une déclaration d’affection du patrimoine au registre de publicité légale.

Les EIRL relevant du régime fiscal de la micro-entreprise, souhaitant être assujettis à l’IS, doivent au préalable déclarer leur activité selon un régime réel d’imposition.

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ? | Micro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises

Comment opter pour l’impôt sur les sociétés ?

L'option pour l'IS peut être exercée :

  • sur décision de l'exploitant en cas d'exercice en entreprise individuelle
  • ou pour les sociétés, dans les conditions prévues par les statuts ou à défaut sur accord à l'unanimité des associés si les statuts ne prévoient aucune modalité d'exercice particulière de l'option

Il est possible de déposer une demande d'option pour l'impôt sur les sociétés :

  • au moment de la création de votre entreprise, en cochant la case prévue à cet effet sur le formulaire de création d’entreprise déposé au centre de formalité des entreprises (CFE) compétent (formulaire PO pour les entreprises individuelles ou formulaire MO [PDF - 612,25 Ko] pour les sociétés)
  • après la création de votre entreprise, en notifiant votre demande d'option pour l'IS au service des impôts des entreprises (SIE) de votre établissement principal. Cette demande doit être faîte au plus tard avant la fin du 3ème mois de l’exercice au titre duquel vous souhaitez que votre entreprise soit soumise à l’IS

Exemple

Une SNC clôture un exercice le 30 juin de l'année N. Elle souhaite être assujettie à l'IS au 1er juillet de la même année. Elle doit notifier son option au SIE dont elle dépend avant le 30 septembre de l'année N.

Les entrepreneurs individuels transformés en EIRL doivent transmettre leur demande à leur SIE dans les 3 mois suivant cette transformation.

La demande d'option doit indiquer :

  • la désignation de l'entreprise et l'adresse du siège social
  • les noms, prénoms et adresse de l'exploitant (entreprise individuelle) ou de chacun des associés en cas d'exercice en société

Révocabilité de l'option pour l'IS

Depuis 2019, il existe un droit de révocation de l'option pour l'impôt sur les sociétés.

Cette option doit être révoquée au plus tard à la fin du mois précédant la date limite de versement du 1er acompte d'IS et du 5ème exercice suivant celui au titre duquel elle a été exercée.

 Lire aussi : Impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés : quelle imposition selon son statut ? | Changer de régime d’imposition comment ça marche ?

Quelles conséquences sur l’imposition du bénéfice imposable ?

En optant pour l’impôt sur les sociétés (IS), votre entreprise devient imposable en tant qu’entité juridique sur les bénéfices réalisés en France au cours de l’exercice annuel.

Le taux de l’impôt sur les sociétés est un taux fixe fonctionnant par palier en fonction du type d’entreprise et de son niveau de résultat.

La loi de finances pour 2018 a modifié le taux de l’impôt sur les sociétés en le ramenant à 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et de 33,33 % au-delà.

Les petites et moyennes entreprises dont le chiffre d'affaire est inférieur à 7,63 millions d'euros peuvent bénéficier d'un taux réduit de 15 % sur la tranche de leurs bénéfices inférieurs à 38 120 €.

Le bénéfice net de votre entreprise, déduction faite de la rémunération des dirigeants doit être déclaré sur le formulaire de l’impôt sur les sociétés.

La rémunération des dirigeants et les dividendes reçus doivent être déclarés sur la déclaration personnelle de revenus dans les cases prévues à cet effet : « traitements et salaires » et « revenus de valeurs et capitaux mobiliers ».

En savoir plus sur le fonctionnement de l'impôt sur les sociétés

Lire aussi : Quelle fiscalité pour les chefs d’entreprise ? | Entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés, comment opter pour l’impôt sur le revenu ?

Publié initialement le 17/05/2018

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    23/05/2019

    La cotisation foncière des entreprises (CFE) est due par les professionnels exerçant à titre habituel une activité non salariée au 1er janvier de l'année d'imposition. 

  • © Fotolia.com

    22/05/2019

    Votre activité est soumise à l'impôt sur le revenu ? Quel impôt devrez-vous payer malgré l'année blanche ? Qu'est-ce qu'un revenu exceptionnel et comment le déclarer ? Tour d'horizon des principales nouveautés fiscales concernant les revenus 2018.

  • © Phovoir.fr

    07/05/2019

    Les revenus des exploitants agricoles sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices agricoles (BA). Ils relèvent de 3 régimes d’imposition possibles : micro-BA, réel normal ou réel simplifié.

  • 25/04/2019

    Le résultat fiscal ne doit pas être confondu avec le résultat comptable de l'entreprise. Il permet de déterminer la base imposable pour l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenu. Voici, en 4 étapes, comment procéder pour calculer votre résultat fiscal.

  • @Fotolia.com

    24/04/2019

    Le versement libératoire de l’impôt sur le revenu pour les micro-entrepreneurs permet de régler cet impôt tout au long de l’année, à mesure de l'encaissement du chiffre d'affaires. Comment fonctionne cette option de paiement ? Quelles sont les conditions de sa mise en œuvre ? Explications.

  • © Fotolia.com

    24/04/2019

    Le statut fiscal du dirigeant varie en fonction du statut juridique de son activité (EURL, SARL, SA…) et du type d'imposition choisi pour son entreprise (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés). Panorama des principales dispositions fiscales applicables à votre situation.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !