Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Transition agricole

Accélérer la transition agro-écologique au service d’une alimentation saine, sûre, durable, locale et de qualité pour tous

Pour atteindre cette ambition, il est nécessaire d’investir sur l’accélération de la transition agro-écologique du système agricole et alimentaire et d’assurer une meilleure reconnaissance des services rendus par l’agriculture.

Description de la mesure

5 axes ont été identifiés :

  • développer une alimentation saine, sûre, durable, de qualité et locale dans les cantines scolaires des petites communes
  • structurer les filières locales notamment au travers des projets alimentaires territoriaux (PAT)
  • accélérer la structuration et le développement de filières performantes permettant de répondre aux attentes sociétales et d'assurer une meilleure rémunération du producteur
  • promouvoir et accompagner la performance environnementale
  • faire de l’agroécologie l’un des leviers du renouvellement des générations et de l’emploi dans les secteurs agricole et alimentaire.

Exemples de projets

  • Soutenir les agriculteurs qui souhaitent adapter leur système d’exploitation agricole pour réduire l'impact environnemental.
  • Aider à la création ou à la reprise de 1 000 restaurants écoresponsables dans les communes rurales, en favorisant un virage vers la transition écologique et l’alimentation durable du secteur.

Coût et financement

400 millions d'euros seront consacrés à cette mesure.

Calendrier de mise en œuvre

Appels à projets sur les années 2021 et 2022


Filières animales : modernisation, sécurité sanitaire et bien-être animal

La souveraineté alimentaire passe par la modernisation des filières pour gagner en compétitivité tout en réduisant leur exposition aux crises sanitaires de demain. Cette modernisation est aussi essentielle face aux attentes croissantes des Français sur les sujets de bien-être animal et environnementaux. Elle est également essentielle pour préserver l’emploi dans nos territoires.

Description de la mesure

Cette mesure se décline en 3 actions :

  • le soutien apporté à l’élevage, sous la forme d’un « Pacte biosécurité – bien-être animal » avec les régions visant à accompagner les éleveurs et à leur permettre d’investir pour renforcer la prévention des maladies animales, pour renforcer la formation à la biosécurité en élevage, pour soutenir la recherche, tout en permettant d'améliorer des conditions d'élevage au regard du bien-être animal
  • l’amélioration de la situation de l’outil d’abattage en actionnant 4 leviers : le soutien aux investissements, le renforcement de la gouvernance, le renforcement du dialogue territorial et l’amélioration de la connaissance du secteur
  • l'accompagnement de la prise en charge des animaux abandonnés ou en fin de vie, à travers le soutien à certains types de refuges, la facilitation d’accès aux soins vétérinaires de ces animaux lorsqu'ils sont adoptés (stérilisation et soins), ainsi que des animaux détenus par des personnes démunies pour éviter tout abandon.

Exemples de projets

  • Aide à la construction de clôtures pour protéger les élevages (y compris en plein air) de façon à éviter les contacts avec la faune sauvage, potentiellement vectrice de maladies animales.
  • Création d’abattoirs interrégionaux et collectifs dans des bassins de production où l’offre d’abattage est inexistante ou inadaptée à la structuration de filières locales.
  • Aide sous forme d'un appel à projet pour des refuges sous convention avec des communes et des associations.

Coût et financement

Sur les années 2021-2022, 250 millions d'euros seront mobilisés.

Calendrier de mise en œuvre

La mesure sera déployée à partir du début de l'année 2021.

Retour à la page d'accueil Écologie

Partager la page