Accueil du portailParticuliersPropriétaires : quelles charges pouvez-vous récupérer sur votre locataire ?

Propriétaires : quelles charges pouvez-vous récupérer sur votre locataire ?

13/07/2018

En tant que bailleur, le propriétaire d’un logement peut récupérer une partie des charges qu’il règle sur le bien qu’il loue auprès de son locataire. Quelles sont les dépenses concernées ? Comment en obtenir le remboursement ?

© Fotolia.com

Quelles sont les charges que vous pouvez récupérer sur votre locataire ?

Les charges que vous pouvez facturer à votre locataire sont les charges dites locatives. En location vide, comme en location meublée*, la liste de ces charges est fixée de manière réglementaire. Les dépenses ne figurant pas dans cette liste ne peuvent pas être répercutées sur votre locataire.

Les charges récupérables se répartissent en 3 grandes catégories de dépenses :

  • les dépenses des services liées au logement et à l’usage de l’immeuble ;
  • les frais d’entretien courant et de petites réparations dans les parties communes de l’immeuble ;
  • les taxes locatives.

(*) Logements meublés dont les baux ont été signés depuis le 27 mars 2014, à moins que le contrat n'y fasse référence avant cette date.

Lire aussi : Taxe foncière sur le bâti : mode de calcul et réductions

Ascenseurs et monte-charge

Vous pouvez facturer à votre locataire les frais liés à l’électricité ainsi que ceux liés au contrat d'entretien de l'ascenseur (vérification réglementaire, fourniture de produits ou de petits matériaux d'entretien, menues réparations de la cabine, des paliers et des fusibles).

Eau froide, eau chaude et chauffage collectif

Certaines dépenses relatives à la consommation d’eau et au chauffage sont récupérables. Sont notamment concernées :

  • l’eau froide et chaude des locataires ;
  • l’eau nécessaire à l’entretien courant des parties communes, y compris la station d’épuration ;
  • l’eau nécessaire à l’entretien courant des espaces extérieurs ;
  • les produits nécessaires à l’exploitation, à l’entretien et au traitement de l’eau ;
  • la fourniture d’énergie quelle que soit sa nature ;
  • les frais d’entretien courant et de menues réparations des équipements de production d’eau chaude ou de chauffage ;
  • les frais de location d’entretien et l’exploitation des compteurs généraux et individuels.

Installations individuelles

Les dépenses à la charge du locataire concernent essentiellement le chauffage et la production d’eau chaude ainsi que la distribution d’eau dans les parties privatives.

L’entretien des parties communes intérieures

Vous pouvez vous faire rembourser par votre locataire certains frais engagés pour l’entretien des parties communes. Il est en ainsi du coût :

  • de l’électricité ;
  • de la fourniture de produits d’entretien (balais et petit matériel, sel) ;
  • de l’entretien de la minuterie, des tapis, de vide-ordures ;
  • de la réparation des appareils d’entretien de propreté tels que l’aspirateur ;
  • des frais de personnel d’entretien.

Les espaces verts

Les dépenses relatives à l’entretien et à l’exploitation des espaces extérieurs (voies de circulation, aires de stationnement, abords et espaces verts, aires et équipements de jeux) peuvent être récupérées sur votre locataire. Il s’agit notamment :

  • des opérations de coupe, désherbage, sarclage, ratissage, nettoyage et arrosage ;
  • de l’achat des produits de jardinage (engrais, graines, fleurs, plants, plantes de remplacement à l’exception de celles utilisées pour la réfection des massifs, haies, produits bactéricides et insecticides).

Les taxes locatives

Vous pouvez répercuter sur votre locataire les taxes et redevances suivantes :

Lire aussi : Estimez votre bien avec Patrim

Comment récupérer les charges locatives ?

La provision sur charges

Si le logement est loué vide, le locataire paie chaque mois ou tous les trimestres une « provision sur charges » en même temps que son loyer. Le montant de cette provision est calculé en fonction des chiffres arrêtés lors de la précédente régularisation de charges ou du budget prévisionnel si le logement est en copropriété. Il doit être mentionné dans le contrat de bail. La provision payée par le locataire est régularisée chaque année en fonction des dépenses réelles.

Si le logement est loué meublé le locataire paie soit une provision sur charges comme pour les logements loués vides ou des charges forfaitaires au propriétaire, calculées en fonction de l'indice de référence des loyers.

Attention

Les charges locatives figurant dans le contrat de bail sous forme de forfait n'ont pas à être régularisées pour les baux signés depuis le 27 mars 2014. Vous ne pouvez pas réclamer de complément à votre locataire si la somme versée est inférieure aux dépenses réelles.

 La régularisation annuelle

Vous devez adresser à votre locataire un décompte des charges un mois avant la régularisation annuelle des charges locatives. Chaque poste de dépense doit être renseigné, ce qui incombe au propriétaire et au locataire, ainsi que le mode de répartition entre les locataires (si le logement est situé dans un immeuble collectif). Ce document doit permettre au locataire de vérifier que les charges qui lui sont réclamées lui sont bien imputables et de comprendre les variations susceptibles de se produire d'une année sur l'autre.

Le décompte des charges permet de calculer le différentiel entre la provision déjà versée par le locataire et les dépenses effectives engagées par le propriétaire pendant l’année.

Vous pouvez demander un complément de charges, si la provision est inférieure au montant exact des charges locatives. Dans le cas contraire, vous devez reverser le trop-perçu à votre locataire.

Important

À compter de l'envoi du décompte des charges, toutes les pièces justificatives (factures, contrat d'entretien...) doivent être tenues pendant 6 mois à disposition du locataire.

 Lire aussi : Tout savoir sur les taxes sur les logements vacants

Ce que dit la loi

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Creative Commons CC0

    17/09/2018

    Les vins font l'objet d'une réglementation très stricte permettant d'assurer la traçabilité des produits. Les étiquettes sont une source d'informations précieuse pour le consommateur. Décryptage.

  • 07/09/2018

    Les dons au profit des associations ouvrent droit à une réduction d'impôt sur le revenu de 66 % voire 75 % du montant versé, selon l’association choisie, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Retour sur ce dispositif fiscal et sa prise en compte dans le cadre du prélèvement à la source.

  • 07/09/2018

    Les dépenses engagées pour l'emploi d'un salarié à domicile ouvrent droit à un crédit d'impôt spécifique. Quelles sont les activités concernées ? Quel est le montant du crédit d’impôt ?

  • © Pixabay

    04/09/2018

    Employer un salarié à domicile, faire garder et scolariser ses enfants, investir dans l’immobilier locatif… il existe plusieurs dispositifs d'allègements fiscaux pour certaines dépenses engagées pour vous ou l'un des membres de votre foyer fiscal. Tour d’horizon des principaux crédits et réductions d’impôt dont vous pouvez (peut-être) bénéficier.

  • ©Creative Commons CC0

    31/08/2018

    Les arnaques concernant les offres bancaires telles qu’une offre de crédit, ou le dépôt d’argent sur un livret d’épargne, peuvent être très élaborées, et il est facile de tomber dans le piège, restez donc vigilants ! Tous nos conseils.

  • 28/08/2018

    Vous êtes étudiant et allez bientôt emménager dans votre nouvel appartement ? Savez-vous quels sont vos droits ? Soyez attentif et suivez tous nos conseils avant de signer le contrat de location.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !