Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Placements : qu’est-ce qu’une obligation ?

Vous avez sans doute déjà entendu parler des obligations ? Peut-être vous a-t-on déjà même proposé d’investir dans le marché obligataire ? Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comment procéder ? Quels sont les risques ?

Qu’est-ce qu’une obligation ?

Une obligation est un morceau de dette émis par une entreprise, une collectivité territoriale ou un État. Lorsque l’un de ceux-ci souhaite se financer, les montants requis peuvent nécessiter l’intervention de nombreux créanciers. Vous pouvez devenir l’un de ces créanciers en « achetant » une obligation, c’est-à-dire une partie de cette dette. En plus du capital qui vous sera restitué à échéance fixe (en général, entre 5 à 30 ans), le débiteur s’engage à vous rémunérer périodiquement (tous les ans, ou tous les trimestres notamment) selon un taux d’intérêt fixe ou variable.

Exemple : une entreprise a besoin d’emprunter 10 millions d’euros. Elle décide de passer par un emprunt obligataire à taux fixe. Elle divise cet emprunt en 1 000 parts de 10 000 €. Chaque obligation coûtera donc 10 000 €. Le taux d’intérêt est fixé à 5 % et la durée de l’emprunt fixée à 10 ans. Vous pouvez décider d’acquérir une de ces obligations.

Si la périodicité de rémunération est annuelle, vous recevrez donc 500 € par an pendant dix ans. Au bout de la dixième année, l’émetteur vous remboursera une dernière échéance de 500 € ainsi que vos 10 000 € de départ. Votre revenu s’élèvera à  5 000 € (500 € x  10 ans).

Vocabulaire des obligations

Le prix d’émission correspond au prix de l’obligation au moment de son émission.

Le capital de départ est appelé « valeur nominale ».

Le cours de l’obligation correspond au prix auquel s’échange l’obligation.

La durée de la vie d'une obligation correspond à sa maturité.

Le taux d’intérêt qui vous rémunère est appelé un coupon.

Le prix de remboursement correspond au remboursement de l’obligation à son échéance.

Lire aussi : Tout savoir sur la réduction d'impôt sur le revenu « Madelin »

Quels sont les différents types d'obligations ?

Il existe plusieurs types d’obligations que l’on peut différencier selon les modalités de versement des coupon ou encore selon la durée de vie de l’obligation :

  • Les obligations à taux fixe : le montant du coupon et la périodicité du versement des intérêts sont fixés dès l’émission de l’obligation. La rémunération est donc constante jusqu’à l’échéance de l’obligation.
  • Les obligations à taux variable : le montant du coupon dépend de l’évolution d’un taux du marché (par exemple un taux interbancaire tel que l’Euribor) auquel s’ajoute un taux fixe. L’évolution de ce taux de marché varie à intervalles réguliers.
  • Les obligations à coupon zéro : les obligations à coupon zéro ne génèrent pas de coupons durant toute leur durée de vie.
  • Les obligations à coupon unique : le montant du coupon est capitalisé et versé en une seule fois à l’échéance de l’obligation.
  • Les obligations convertibles en actions : ces obligations peuvent être échangées contre des actions de la société émettrice selon des modalités prévues dès l’émission de l’obligation.

Lire aussi : Placements financiers : comment éviter les arnaques ?

Comment acquérir une obligation ?

Vous pouvez acheter une obligation (c’est-à-dire acheter un titre justifiant qu’en échange de la somme que vous avez prêtée, vous serez rémunéré durant un temps donné) auprès d’un intermédiaire financier agréé. Il peut s’agir de votre conseiller bancaire.

Les obligations peuvent être émises sur le marché dit primaire, c’est-à-dire acquises directement auprès de l’émetteur, ou sur le marché dit secondaire (en bourse), c’est-à-dire auprès d’investisseurs revendant des obligations acquises sur le marché primaire.

A noter : L’achat d’obligations sur le marché secondaire peut donner lieu à des frais de transaction, ce qui n’est pas le cas dans le marché primaire.

Lire aussi : Ce qu'il faut retenir sur l'assurance vie

Obligations : quels sont les risques ?

Le risque principal du créancier est de ne pas se voir restituer la somme prêtée en cas de faillite du débiteur ! C’est pourquoi, on peut assimiler le taux d’intérêt à la part de risque prise par l’investisseur : plus le taux d’intérêt est rémunérateur, plus l’investissement est risqué. Par conséquent,  si vous souhaitez maximiser les chances de vous faire rembourser la totalité du prêt que vous avez concédé, préférez des taux d’intérêt (coupons) moins élevés !

Attention, d’autres risques existent (risque de baisse de la valeur de l’obligation en cas de revente avant l’échéance, risque de défaut de repreneur en cas de revente de l’obligation...). Consultez ces risques sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Lire aussi : Livret A : comment ça marche ?

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page