Accueil du portailParticuliersComprendre l'action de groupe en 5 questions

Comprendre l'action de groupe en 5 questions

28/06/2017

Mesure phare de la loi Consommation du 17 mars 2014, la procédure d’action de groupe offre une voie d’action devant les tribunaux pour défendre les intérêts des consommateurs. Retour en 5 questions sur cette procédure collective de réparation d'un préjudice direct ou indirect.

©Fotolia

1. Qu'est-ce que l'action de groupe ?

Cette procédure de réparation des préjudices matériels subis par plusieurs consommateurs du fait d’un même professionnel s’inscrit dans un effort de rééquilibrage des pouvoirs entre consommateurs et professionnels. Elle a pour objectif le respect des droits des consommateurs et le règlement efficace des litiges qu’ils rencontrent dans leurs actes de consommation.

L’action de groupe est une procédure de poursuite collective qui permet aux victimes d’un même préjudice de la part d'une entreprise ou d’un professionnel, de se regrouper et de se défendre collectivement devant les tribunaux. Les plaignants peuvent ainsi se défendre avec un seul dossier et un seul avocat.

Lire aussi : Qu'est-ce que l'action de groupe ? | Toutes les infos Consommation – Se protéger

2. Dans quels domaines puis-je engager une action de groupe ?

Les questions de consommation sont au cœur de l'action de groupe. La loi du 17 mars 2014 relative à la consommation qui l'a instituée permet à des consommateurs, victimes d'un même préjudice de la part d'un professionnel, de se regrouper et d'agir en justice. Elle a été récemment élargie aux questions de santé, de discrimination (notamment au travail), d'environnement et de protection des données personnelles.

Elle s'applique aussi aux préjudices causés par des pratiques anticoncurrentielles.

3. Comment obtenir réparation d'un préjudice par l'action de groupe ?

Vous êtes victime d'un préjudice direct ou indirect en matière de consommation et vous souhaitez obtenir réparation ? Vous pouvez vous tourner vers l'action de groupe si les 3 conditions suivantes sont respectées :

  • au moins 2 consommateurs doivent estimer avoir subi un préjudice résultant du même manquement d'un professionnel ;
  • seules les associations nationales agréées de défense des consommateurs peuvent agir et introduire en justice une action de groupe ;
  • l'action de groupe vise à réparer un préjudice matériel pour des litiges relevant de la consommation ou de la concurrence.

15 associations nationales de consommateurs agréées ont mission d’introduire l’action devant les tribunaux de grande instance.

4. Quelles sont les 2 étapes de la procédure de réparation ?

1re étape : le jugement sur la responsabilité

Le juge doit se prononcer sur la recevabilité de l'action, la responsabilité de l'entreprise ou du professionnel, les critères d'indemnisation, la définition du groupe des usagers à l'égard desquels la responsabilité de l'auteur des dommages est engagée, les critères de rattachement au groupe d'autres consommateurs concernés.

Dans la décision qui tranche la responsabilité du professionnel, il est prévu des mesures de publicité permettant aux victimes potentielles ayant subi le même dommage de rejoindre le groupe dans un délai compris entre six mois et cinq ans.

2de étape : la mise en œuvre du jugement

La mise en œuvre du jugement s'effectue sous les auspices du juge qui a statué sur la responsabilité. Les victimes sont indemnisées en réparation du préjudice soit directement par le professionnel ou l'entreprise, ou par l'association de consommateurs.

5. Comment accélérer l'indemnisation des victimes ?

Dans le souci d’un règlement amiable des litiges et une accélération de l’indemnisation des victimes d’un même dommage, le magistrat, avec l’accord des parties, peut solliciter l’intervention d’un médiateur dont la mission ne peut excéder six mois.

Action de groupe : mode d'emploi

Lire aussi : Litiges de consommation : vers une généralisation de la médiation | Litiges avec une entreprise ou un fournisseur : les démarches à suivre


Actualisé le 09/03/2018

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Fotolia

    13/07/2018

    Vous vous apprêtez à passer quelques nuits à l'hôtel et vous vous posez des questions sur vos droits ? Annulation, vol de vos effets personnels, facture... : voici ce que vous devez savoir en cas de litige.

  • ©Airbus Group

    13/07/2018

    Le surbooking, ou surréservation, est une pratique des compagnies aériennes qui consiste à vendre plus de billets que de places disponibles. Vous partez en vacances en avion ? Vous pourriez être concerné par cette pratique et vous voir refuser l’embarquement. Dans ce cas, quels sont vos droits ?

  • 13/07/2018

    En tant que bailleur, le propriétaire d’un logement peut récupérer une partie des charges qu’il règle sur le bien qu’il loue auprès de son locataire. Quelles sont les dépenses concernées ? Comment en obtenir le remboursement ?

  • 03/07/2018

    Vous avez souscrit un contrat d'assurance habitation, un contrat d'assurance automobile ou de complémentaire santé et vous souhaitez le résilier. En avez-vous le droit ? A quel moment prévenir votre assureur ? Quand la résiliation sera-t-elle effective ? Explications.

  • 27/06/2018

    C'est les soldes ! Si vous souhaitez effectuer vos achats en ligne, suivez les conseils de la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) pour ne pas vous faire arnaquer.

  • ©Creative Commons CC0

    26/06/2018

    L’été est là et les vacances approchent. La direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vous aide à réussir vos vacances, avec un ensemble de conseils pratiques pour préparer ou organiser vos déplacements et voyages, votre hébergement, être vigilant au niveau de la restauration, de la santé, des achats et des loisirs.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes un particulier

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !