Accueil du portailEntreprisesFonctionnement de la taxe sur les véhicules des sociétés (TVS)

Fonctionnement de la taxe sur les véhicules des sociétés (TVS)

par Bercy Infos,

le 26/12/2018 –

Toutes les sociétés qui en France, possèdent ou utilisent des voitures particulières ou à usage multiple, sont redevables du paiement de la taxe sur les véhicules des sociétés (TVS). Quel est son fonctionnement ? Quelles sont les sociétés concernées et pour quels types de véhicules ? Explications.

©European Union

Taxe sur les véhicules des sociétés (TVS) : quelles sont les sociétés concernées ?

La TVS est une taxe payée par toutes les sociétés à but lucratif ayant leur siège social en France ou un établissement en France et qui possèdent, utilisent, ou louent des voitures particulières (pour le transport de passagers) ou à usage multiple (pour le transport de personnes). Elle est applicable quelle que soit la nature ou la forme juridique de la société (commerciale ou civile) ou le mode d'imposition (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés).

En revanche, elle ne concerne pas les personnes morales sans but lucratif et non constituées sous forme de société au sens juridique (associations, sociétés sportives par exemple).

Lire aussi : Comment déduire les frais de déplacement du résultat fiscal de votre entreprise ? | Plan vélo : ce qu’il faut retenir de l’indemnité kilométrique

Quels sont les véhicules concernés par la TVS ?

Pour que la TVS s’applique il faut que le véhicule soit possédé ou utilisé par la société :

  • le véhicule est possédé par la société : c’est-à-dire immatriculé au nom de la société en France ;
  • le véhicule est utilisé en France par la société : cela concerne les véhicules utilisés par la société (même s’ils ne sont pas immatriculés en France), ainsi que les véhicules loués ou mis à sa disposition. L’utilisation de ces véhicules concerne aussi bien les salariés, que les associés et dirigeants, même si le véhicule est immatriculé au nom d’une personne physique et pour lequel la société procède à un remboursement des frais kilométriques.

Mais seuls les véhicules disposant des caractéristiques techniques suivantes sont au final soumis à la TVS :

  • les véhicules immatriculés dans la catégorie « VP » : avec la mention VP inscrite sur le certificat d'immatriculation (carte grise) ;
  • les véhicules à usages multiples classés en catégorie « N1 » et destinés au transport de voyageurs et de leurs bagages ou de leurs biens : dans les faits il s’agit de véhicules dont la carte grise porte la mention camionnette ou CTTE mais qui disposent de plusieurs rangs de places assises.

À savoir

La TVS concerne donc des véhicules principalement utilisés au transport de personnes (autre que le transport à titre commercial). À l'inverse, les véhicules conçus techniquement pour un usage exclusivement commercial ou industriel n’entrent pas dans le champ de la TVS :

  • par exemple, les véhicules utilitaires de type fourgon ou camionnette utilisés pour les transports de marchandises, ne sont pas soumis à la TVS ;
  • il en est de même des véhicules de tourismes exclusivement destinés à un usage agricole.

Dans certaines conditions, et en fonction des propriétés techniques de certains véhicules, des exonérations à la TVS peuvent être appliquées. Cela peut être également le cas pour des véhicules pris en location brièvement, soit pour des véhicules fonctionnant avec des énergies propres.

Pour connaître les cas d’exonération de la TVS, vous pouvez vous rendre sur le site service-public.fr, en cliquant sur le lien suivant :

Quels sont les véhicules exonérés de TVS ?

Lire aussi : Frais de transport des salariés : quelles sont vos obligations ? | Titres-restaurant : les 5 informations à connaître

Quel est le montant de la TVS ?

La TVS est calculée de façon trimestrielle et dépend du nombre de véhicules possédés ou utilisés par la société au premier jour de chaque trimestre, ou loués pour plus de trente jours au cours du trimestre.

Le montant de la taxe pour chaque véhicule est calculé sur la base de deux composantes :

  • un tarif qui dépend soit du taux d'émission de CO2, soit de la puissance fiscale (selon la date de mise en circulation du véhicule) ;
  • un tarif basé sur les émissions de polluants atmosphériques.

Le détail du barème applicable aux deux tarifs est consultable sur la notice du formulaire n°2855 disponible sur le site impots.gouv.fr.

À savoir

Concernant les véhicules possédés ou pris en location par les salariés ou les dirigeants bénéficiant du remboursement des frais kilométriques :

  • un abattement de 15 000 € est appliqué sur le montant total de la taxe due sur l'ensemble de ces véhicules.

Lire aussi : Entreprises : tout ce que vous devez savoir sur les chèques-vacances

Quelles sont les modalités d’imposition de la TVS ?

Les modalités d’imposition de la TVS sont déterminées par l’article 1010 du Code général des impôts et ont été modifiées par l’article 19 de la loi n° 2016-1827 du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017.

La période d'imposition est annuelle et entraîne une déclaration et un paiement en janvier N+1 au titre de la période du 1er janvier au 31 décembre de l'année N.

Changement de période d'imposition

Depuis 2018, la période d'imposition de la TVS est celle de l'année civile : du 1er janvier N au 31 décembre N, et non plus du 1er octobre N au 30 septembre N+1, comme c’était le cas jusqu’en 2017.

Lire aussi : Le crédit d'impôt famille, pour aider vos salariés à faire garder leurs enfants

Comment déclarer la TVS ?

La déclaration et le paiement de la TVS dépendent du régime d'imposition à la TVA de la société :

  • si la société relève d'un régime réel normal d'imposition : il faut télédéclarer la TVS sur l'annexe n° 3310 A à la déclaration de la TVA déposée au cours du mois de janvier. Ainsi, en janvier 2019, la société doit télédéclarer la TVS pour la période du 1er janvier au 31 décembre de l'année 2018.
  • si la société n’est pas redevable de la TVA : il faut télédéclarer la TVS sur l'annexe n° 3310 A à la déclaration de la TVA déposée au cours du mois de janvier. Ainsi, en janvier 2019, la société doit télédéclarer la TVS pour la période du 1er janvier au 31 décembre de l'année 2018.
  • si la société relève d'un régime simplifié d'imposition : il faut déclarer la TVS au plus tard le 15 janvier sur le formulaire papier n° 2855-SD (il n’existe pas de téléprocédure pour ce formulaire).

Lire aussi : Bons d'achat et cadeaux aux salariés : les conditions pour ne pas payer de cotisations

Quelles sont les modalités de paiement de la TVS ?

  • pour les sociétés qui doivent télédéclarer la TVS via l’annexe n° 3310 A, le paiement se fait obligatoirement par télé-règlement.
  • pour les sociétés qui doivent déclarer la TVS par le biais du formulaire papier n° 2855-SD, le paiement peut se faire par virement (obligatoire à partir de 50 000 €), par chèque ou espèces (maximum 300 €).

À savoir

Quelle que soit la modalité déclarative, la TVS peut être payée par imputation : si la société dispose d’une créance afférente à un impôt encaissé par le SIE, elle peut utiliser tout ou partie de cette créance pour payer sa TVS (formulaire n° 3516).

Lire aussi : Le compte épargne-temps : comment le mettre en place dans votre entreprise ?

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Elnur / Stock.Adobe.com

    14/02/2019

    Suite au mouvement des « gilets jaunes », vous avez des problèmes pour régler vos impôts et taxes ? Des problèmes de trésorerie ? Vos difficultés ont un impact sur vos salariés et risquent d'entraîner des licenciements ? Que faire ? Qui contacter ? Découvrez le détail du dispositif d'aides et d'accompagnement pour faire face aux conséquences du mouvement des « gilets jaunes » sur votre activité.

  • © Phovoir.fr

    12/02/2019

    La cotisation foncière des entreprises (CFE) est due par les professionnels exerçant à titre habituel une activité non salariée au 1er janvier de l'année d'imposition. 

  • ©igornova / Stock.Adobe.com

    06/02/2019

    Le forfait social est une cotisation de l'employeur à destination de la Sécurité sociale. Quel est son champ d'application ? quel est son taux ? Quelles sont les exonérations possibles ?

  • © Creative Commons CC0

    30/01/2019

    Vous vous êtes lancé dans l'aventure de la micro-entreprise (ex auto-entreprise) et vous souhaitez suspendre temporairement votre activité ? C'est possible ! On vous explique tout sur la cessation temporaire d'activité.

  • © Fotolia.com

    23/01/2019

    Participer au financement de l'apprentissage et des formations technologiques et professionnelles : c'est tout l'objet de la taxe d'apprentissage. Quelles entreprises en sont redevables ? Quel est le montant de cette taxe ? A quoi sert-elle ? Comment la payer ?

  • © Fotolia.com

    22/01/2019

    Cotisation foncière des entreprises (CFE), cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), taxes foncières, taxe sur le tourisme... certaines taxes et redevances instaurées au profit des collectivités territoriales sont obligatoires, d’autres sont facultatives. Le point sur les principaux impôts locaux des entreprises.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !