Accueil du portailEntreprisesTaxe de séjour : quelles sont les obligations des hébergeurs ?

Taxe de séjour : quelles sont les obligations des hébergeurs ?

par Bercy Infos,

le 18/01/2019 –

La taxe de séjour sur les hébergements touristiques est un impôt qui peut être demandé par les communes à vocation touristique. Comment s’applique cette taxe ? Quelles sont les obligations des hébergeurs ?

©Fotolia.com

La taxe de séjour sur les hébergements touristiques, qu’est-ce que c’est ?

Afin d’améliorer l’accueil touristique sur leur territoire, certaines communes peuvent instituer par délibération une taxe de séjour sur les hébergements touristiques. Sont concernées :

  • les communes touristiques
  • les stations classées de tourisme
  • les communes littorales
  • les communes de montagne
  • les communes réalisant des actions de promotion en faveur du tourisme
  • les communes réalisant des actions de protection et de gestion de leur espace naturel.

Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) peuvent aussi instituer la taxe de séjour sur les hébergements touristiques par délibération de leur organe décisionnaire.

Lire aussi : Entreprises : Découvrez DATAtourisme, la plateforme en open data des données touristiques

Quels sont les hébergements concernés par la taxe de séjour sur les hébergements touristiques ?

Les établissements soumis à la taxe de séjour sur les hébergements touristiques sont les suivants :

  • les palaces
  • les hôtels de tourisme
  • les résidences de tourisme
  • les villages de vacances
  • les chambres d’hôtes
  • les hébergements de plein air (camping, terrains de caravanage…)
  • les emplacements dans les aires de camping-cars et les parcs de stationnement touristique
  • les ports de plaisance.

Lire aussi : Tout savoir sur la cotisation foncière des entreprises (CFE)

Quels sont les tarifs de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques ?

Les tarifs de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques sont fixés par les communes et les EPCI avant le 1er octobre pour une application l'année suivante. Ils sont établis pour chaque nature et pour chaque catégorie d'hébergement classé au sens du Code du tourisme. Ils s'appliquent par personne et par nuitée. Ils doivent être compris entre un tarif minimal (tarif plancher) et un tarif maximal (tarif plafond).

Consultez le barème tarifaire 2019 de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques

Depuis le 1er janvier 2019, une taxation proportionnelle au coût de la nuitée s'applique aux établissements non classés ou sans classement afin de faire face aux nouvelles offres en matière de location de logements. Les hébergements non classés ou sans classement, à l'exception des hébergements de plein air, sont taxés entre 1 % et 5 %. Le taux adopté s'applique par personne et par nuitée. Le montant afférent de la taxe de séjour est plafonné au plus bas des 2 tarifs suivants :

  • le tarif le plus élevé adopté par la collectivité
  • le tarif plafond applicable aux hôtels de tourisme 4 étoiles, soit 2,30 € en 2019.

Lire aussi : Qu'est-ce que la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ?

Comment s’applique la taxe de séjour sur les hébergements touristiques ?

Les communes et les EPCI ont le choix entre 2 possibilités pour recouvrir la taxe de séjour sur les hébergements touristiques :

soit la taxe est recouvrée au réel

La taxe de séjour est réglée par le touriste ou le vacancier en plus de sa nuitée à l'hébergeur. Pour calculer son montant, il faut multiplier le tarif applicable à chaque catégorie d'hébergement par le nombre de nuitées constaté, puis par le nombre de personne imposable.Le tarif de la taxe doit apparaître sur la facture du client distinctement des prestations car au réel, la taxe de séjour n'est pas assujettie à la TVA.

Soit la taxe est recouvrée de manière forfaitaire

La taxe de séjour est forfaitairement réglée par chaque lieu d'hébergement ( hôtel, propriétaire, logeur...). Dans ce cas, le calcul du montant de la taxe de séjour s'effectue indépendamment du nombre de personnes réellement hébergées. Il est déterminé en fonction de la capacité d’accueil de l’hébergement à laquelle peut être appliquée un abattement oscillant entre 10 % et 50 % en fonction de la durée de la période d'ouverture de l'établissement. Si la taxe est répercutée sur le prix de l'hébergement, la facture doit comporter la mention « taxe de séjour forfaitaire comprise ». Dans ce cas, elle est incluse dans la base d'imposition à la TVA de l'hébergeur car elle est intégrée au prix de vente.

Exemple

Calcul de la taxe de séjour forfaitaire en établissement classé :

Un hôtel de tourisme classé deux étoiles doté d'une capacité maximale de 60 lits (chambres x 2) ouvert du 1er avril au 30 septembre, soit 183 nuitées. Un abattement de 30 %. Le tarif applicable par nuitées et par personne est de 0,90 €.

Le calcul de la taxe de séjour forfaitaire s'effectue ainsi : Capacité d'accueil après abattement : 60 - 30% = 30 x 0,90 € (tarif applicable à chaque catégorie d'hébergement par nuitées et par personne) x 183 (nombre de nuitées d'ouverture de l'établissement pendant la période de perception) = 4 941 € par an.

Lire aussi : La taxe foncière sur le bâti : comment ça marche pour les entreprises ?

Comment déclarer et payer la taxe de séjour sur les hébergements touristiques

La taxe de séjour au réel

Les hôteliers assujettis doivent reverser le montant de la taxe collectée auprès de leurs clients au comptable local aux dates fixées par le Conseil municipal ou l'organe délibérant de l'EPCI.

La taxe de séjour forfaitaire

Les hébergeurs redevables de la taxe de séjour forfaitaire doivent faire une déclaration à la mairie au plus tard un mois avant la période de perception. Cette déclaration doit comporter les éléments suivants :

  • la nature de l'hébergement
  • la période d'ouverture ou de la mise en location
  • la capacité d'accueil de l'établissement, déterminée en nombre d'unités
  • le tarif applicable et le taux d'abattement retenu
  • le montant de la taxe de séjour forfaitaire dû.

Le montant forfaitisé de la taxe de séjour doit être versé au comptable local aux dates fixées par le Conseil municipal ou l'organe décisionnaire de l'EPCI.

Tout retard dans le versement de la taxe de séjour sur les hébergements touristiques donne lieu à l'application d'un intérêt de retard 0,75 % par mois de retard. En l'absence de régularisation, une procédure de taxation d'office peut être engagée par le maire ou le président de l'EPCI après mise en demeure.

Lire aussi : La taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE), qu'est-ce que c'est ?

La taxe de séjour sur les hébergements touristiques : les exonérations possibles

Les exonérations possibles à la taxe de séjour sur les hébergements touristiques s'appliquent uniquement à la taxation au réel. Sont concernées :

  • les personnes mineures (âgées de moins de 18 ans)
  • les bénéficiaires d'un hébergement d'urgence ou d'un relogement temporaire
  • les titulaires d'un contrat de travail saisonnier employé dans la commune
  • les personnes occupant des locaux dont le loyer est inférieur à un montant déterminé par le conseil municipal
  • les propriétaires de résidence secondaire pour laquelle ils acquittent la taxe d'habitation.

Lire aussi : Création d'entreprises dans certaines zones : les exonérations fiscales possibles

 

Ce que dit la loi

Code général des collectivités territoriales :

 

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    21/06/2019

    Le versement transport (VT) est une contribution locale des employeurs, recouvrée par l’Urssaf afin de financer les transports en commun dans les régions, les départements et les communes. Mais qui est concerné par ce versement ? Sous quelles conditions ? Toutes les réponses à vos questions.

  • ©Pixabay

    13/06/2019

    La taxe sur les activités commerciales saisonnières non salariées est impôt local susceptible d’être institué sur délibération des communes sur leurs territoires. Qui est concerné ? Quel est le mode de calcul de cette taxe ?

  • © Fotolia.com

    11/06/2019

    La taxe sur les salaires est une taxe due par les employeurs établis en France qui ne sont pas redevables de la TVA sur la totalité de leur chiffre d'affaires. Qui est concerné ? Comment est-elle calculée ? Toutes les réponses.

  • © Fotolia.com

    06/06/2019

    La cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE) est la deuxième composante de la contribution économique territoriale (CET) due par les entreprises et les travailleurs indépendants qui génèrent un certain montant de chiffre d’affaires. Cette taxe est instaurée au profit des collectivités territoriales. Mais comment fonctionne cette cotisation ? Qui en est redevable ? Explications.

  • 31/05/2019

    Vous souhaiteriez avoir la confirmation que vous pouvez bénéficier d'un allègement fiscal ? Vous voudriez savoir si vous êtes bien éligible à un crédit d'impôt ? La procédure de rescrit fiscal vous permet de solliciter de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) une prise de position formelle sur votre situation.

  • © Fotolia.com

    27/05/2019

    La taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) est une taxe due par certains établissements qui ont une activité de vente au détail. Quelles entreprises sont concernées ? Comment se calcule t-elle ?

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !