Accueil du portailEntreprises › Chef d’entreprise : vous aussi, vous pouvez vous former !

Chef d’entreprise : vous aussi, vous pouvez vous former !

06/02/2017

La formation des salariés est un domaine souvent évoqué. Mais qu’en est-il de celle des chefs d’entreprise ? Souvent vécue comme une contrainte par les dirigeants, elle est pourtant indispensable. Organismes, financement, aides… : (in)formez-vous.

Management des équipes, maîtrise des évolutions techniques, suivi des tendances du marché, changements juridiques, marchés publics… : les domaines où le chef d’entreprise doit rester formé et à jour sont multiples. Ne vivez pas la formation comme une contrainte (manque de temps, financement…) ! Mais comme une nécessité pour faire évoluer votre entreprise. 

Vous pouvez prétendre à des formations que vous soyez travailleur dirigeant de société, travailleur indépendant ou repreneur d’entreprise. Bien se former passe par le choix des formations et des organismes de formation pertinents. La recherche d’aides et des financements sont également importantes.

Quelle formation choisir ? 

Vous l’avez sans doute remarqué : le nombre de formations proposées par des organismes publics ou privés est particulièrement élevé. Pour s’y retrouver, vous devez déterminer :

  • le type de formation souhaité ;
  • votre niveau de connaissances dans le domaine visé ;
  • la durée de la formation ;
  • la périodicité : tous les jours, une fois par semaine, une semaine consécutive… ;
  • le lieu de la formation ;
  • son coût.

Quel organisme de formation sélectionner ?

Des organismes tels que les chambres des métiers et de l’artisanat, les chambres de commerce et d’industrie, les organismes de formation professionnelle, les universités et les écoles de commerce dispensent des formations.

Voici quelques exemples :

Comment financer sa formation ?

Si vous bénéficiez du statut de travailleur non salarié (TNS), vous participez obligatoirement au financement de votre formation par le biais d’une contribution spécifique de formation à un organisme collecteur. Ces contributions sont mutualisées et versées par le fonds d'assurances formation (FAF). Vous pouvez savoir de quel FAF dépend votre activité grâce au code«nomenclature d'activités françaises » (NAF) qui vous a été délivré par l'Insee lors de l'inscription de votre entreprise. Ce code, composé de quatre chiffres et d’une lettre, a une vocation principalement statistique. Il permet d'identifier la branche d'activité principale de l'entreprise ou du travailleur indépendant. Il est par exemple utilisé pour déterminer la convention collective qui s’applique à votre entreprise. La plupart des entreprises dépendent de trois fonds d’assurance formation :

  • le  FIFPL pour les travailleurs indépendants exerçant une activité libérale ;
  • l'Agefice pour les dirigeants non-salariés du commerce, de l'industrie et des services ;
  • le FAFCEA pour les artisans non-salariés

Lire aussi : Bpifrance lance une plateforme de formation en ligne pour les entrepreneurs

De quelles aides bénéficier ?

Les artisans, commerçants et professionnels libéraux bénéficient d’un avantage fiscal prenant la forme d’un crédit d’impôts ! Seules les micro-entreprises sont exclues de ce dispositif.

En outre, quelques régions ont mis en place des dispositifs d’aide destinés aux dirigeants d’entreprise permettant de financer une partie de leur formation.

Plus d’informations sur le site de l’Agence France entrepreneur et le site les-aides.fr

Lire aussi : Accélérateur PME : et si vous passiez à la vitesse supérieure ?

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © CC0 Creative Commons

    16/01/2018

    La taxe intérieure de consommation sur le charbon est une taxe qui s'inscrit dans la politique de fiscalité carbone de la France. La TICC représente une source de revenus importante qui permet notamment d'allouer des fonds à la transition énergétique.

  • 15/01/2018

    Afin d’accompagner et financer les entreprises innovantes, l’Etat a lancé le 18 décembre 2017 une nouvelle action du Programme d’investissement d’avenir (PIA) pour la compétitivité des entreprises : l’appel à projet « Concours d'innovation». Le point sur le dispositif.

  • © Fotolia.com

    10/01/2018

    Le compte épargne-temps (CET) est un moyen pour les salariés d’épargner différentes sortes de rémunérations et de jours de repos non utilisés. Comment le mettre en place lorsque l’on est employeur ? Quelles obligations respecter ?

  • 09/01/2018

    Périodes très attendues par les consommateurs, les soldes génèrent deux fois par an des périodes de forte activité pour les commerçants. Mais connaissez-vous bien les principes à respecter pendant les soldes ? Dates, produits à mettre en vente, étiquetage... : tour d'horizon de la réglementation en 7 commandements.

  • © Fotolia.com

    08/01/2018

    Telefel est un nouveau téléservice ouvert par la DGCCRF le 28 novembre 2017. Son objectif est de faciliter les déclarations des importateurs et exportateurs de fruits et légumes. Zoom sur les produits concernés,  les nouvelles fonctionnalités et les modalités d’adhésion.

  • © Ordre des experts-comptables

    08/01/2018

    La déclaration sociale nominative (DSN) s'est progressivement substituée aux déclarations sociales demandées au titre de l’emploi des salariés. Quelles sont les entreprises concernées ? Comment fonctionne la DSN ? Explications.

Le ministère sur Twitter

Vous êtes une entreprise

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !