Accueil du portailEntreprisesE-commerçants, ce qu'il vous faut savoir sur les délais de rétractation

E-commerçants, ce qu'il vous faut savoir sur les délais de rétractation

par Bercy Infos,

le 21/03/2016 –

Les Français ont dépensé près de 65 milliards d'euros sur Internet en 2015. En 2016, la barre de 70 milliards d'euros devrait être dépassée. Depuis 2014, la loi consommation donne un nouveau cadre légal au commerce sur internet. Qu'en est il du passage du délai de rétractation de 7 à 14 jours ?

Délai de rétractation : passage de 7 à 14 jours

Principe

La loi Consommation permet au consommateur de bénéficier d’un temps de réflexion plus long suite à une commande en ligne. S’il souhaite retourner son achat, le délai de rétractation est désormais de 14 jours, contre 7 auparavant.

A noter

  • Le consommateur n'a pas à motiver sa décision de rétractation.
  • Le consommateur ne supporte que les coûts directs de renvoi des biens, à moins que vous ne lui proposiez de les prendre à votre charge. Si  vous avez omis d'informer le consommateur que ces coûts sont à sa charge, ils seront alors à la vôtre.
  • Le délai de rétractation court à partir de la réception du bien par le consommateur ou par un tiers désigné par ce dernier autre que le transporteur.
  • Le consommateur doit vous renvoyer les biens sans retard excessif, dans les quatorze jours suivant la communication de sa décision de se rétracter.
  • Si plusieurs bien différents sont livrés de manière échelonnée, le délai court à partir de la réception de la dernière pièce.
  • Lorsque les informations relatives au droit de rétractation n'ont pas été fournies au consommateur, le délai de rétractation est prolongé de douze mois à compter de l'expiration du délai de rétractation initial. Toutefois, durant ce délai, dès lors que vous informez le consommateur de son droit de rétractation, celui-ci expire au bout de 14 jours.
  • Pour les contrats de vente de biens, à moins que vous ne proposiez de récupérer vous-même les biens, vous pouvez différer le remboursement jusqu'à récupération des biens ou jusqu'à ce que le consommateur ait fourni une preuve de l'expédition de ces biens.
  • Toute clause par laquelle le consommateur abandonne son droit de rétractation est nulle.

 

Que se passe-t-il si les délais de remboursement ne sont pas respectés ?

Les sommes dues sont majorées :

  • du taux d'intérêt légal si le remboursement intervient au plus tard dix jours après l'expiration des délais ;
  • de 5 % si le retard est compris entre onze et vingt jours ;
  • de 10 % si le retard est compris entre vingt-et-un et trente jours ;
  • de 20 % si le retard est compris entre trente-et-un et soixante jours ;
  • de 50 % entre soixante-et-un et quatre-vingt-dix jours et de cinq points supplémentaires par nouveau mois de retard jusqu'au prix du produit, puis du taux d'intérêt légal.

Lire aussi :
E-commerçants, quelles obligations d'information devez-vous remplir envers le consommateur ?
Loi conso : ce qu'implique l'interdiction  des ventes forcées sur le web

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Creative Commons CC0

    20/02/2019

    Vous souhaitez obtenir une licence de débit de boissons ? Zoom sur les démarches à suivre pour vous procurer la licence qui vous convient.

  • ©igornova / Stock.Adobe.com

    06/02/2019

    Le forfait social est une cotisation de l'employeur à destination de la Sécurité sociale. Quel est son champ d'application ? quel est son taux ? Quelles sont les exonérations possibles ?

  • © Creative Commons CC0

    30/01/2019

    Vous vous êtes lancé dans l'aventure de la micro-entreprise (ex auto-entreprise) et vous souhaitez suspendre temporairement votre activité ? C'est possible ! On vous explique tout sur la cessation temporaire d'activité.

  • © Fotolia

    30/01/2019

    Métro, train, vélo... : en tant qu'employeur, vous devez prendre en charge une partie du prix des transports de vos salariés entre leur domicile et leur lieu de travail. Quels types de frais sont concernés ? Quel est le montant de votre participation ? Le point sur vos impératifs.

  • ©Creative Commons CC0

    21/01/2019

    Vous avez décidé d’implanter votre entreprise en France et vous vous demandez comment choisir la formule juridique la mieux adaptée à votre choix d’implantation ? Revue de détail sur les options qui s’offrent à vous.

  • ©StarLineArts-gettyimages

    18/01/2019

    Le 30 mars 2019, le Royaume-Uni deviendra un pays tiers. Les conséquences du Brexit sur les entreprises seront importantes, quel que soit le scénario de sortie retenu. Le Gouvernement s'y prépare, avec la mobilisation de l'ensemble des services, la préparation des mesures, le recrutement d'effectifs, la mise à disposition d'informations sur les sites publics. Le ministère de l'Économie et des Finances a fait évoluer son plan de sensibilisation des entreprises au Brexit, pour l'adapter à la perspective d'une sortie sans accord.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !