Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Une nouvelle charte pour une représentation mixte des jouets

À trois mois de Noël et un an après la signature de la première charte, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, Élisabeth Moreno, ministre déléguée, auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, ont présidé le 1er anniversaire de la signature de la première « charte d’engagements pour une représentation mixte des jouets ». Les ministres ont présenté les principales avancées et signé une nouvelle version de la charte, avec de nouveaux acteurs et de nouveaux engagements.

©BercyPhoto

La charte pour une représentation mixte des jouets a 1 an

Le ministère de l’Économie et des Finances avait rassemblé le 24 juin 2019, l’ensemble des acteurs de la filière jouets (fabricants, distributeurs, annonceurs) et les parties prenantes (parlementaires, autorités publiques, représentants de consommateurs, associations) pour faire un état des lieux de la situation et aboutir le 24 septembre 2019, à trois mois de Noël, à des engagements des acteurs.

Ces engagements se sont matérialisés dans la charte signée le 24 septembre 2019, co-construite avec l’ensemble des acteurs de la filière jouet, les associations, les autorités de contrôle de l’audiovisuel et l’union des marques. Avec cet engagement collectif et les actions concrètes qui en ont découlé, les signataires ont souhaité promouvoir la mixité entre filles et garçons dans la création, la distribution et la promotion des jouets.

Poursuivre et développer les actions engagées avec la signature d'une nouvelle charte

Un an après la signature de la première édition de la charte, de nombreuses avancées ont été réalisées par les différentes parties, en particulier  :

  • la réalisation d’un guide pratique à destination des professionnels du secteur, qui traite de la conception des produits, des catalogues, du rayonnage et de l’organisation des sites marchands;
  • l’élaboration d’un module de formation à destination des vendeurs, afin de conseiller les acheteurs en fonction de l’âge de l’enfant ou de ses centres d’intérêt, plutôt qu’en fonction de son genre.

De nouveaux acteurs ont choisi de promouvoir la représentation mixte des jouets

La signature de la nouvelle édition de la charte a été l’occasion de l’élargir à de nouveaux acteurs :

  • le commerce coopératif et les sites de vente en ligne, acteurs majeurs sur le marché du jouet, ont pris des engagements volontaires pour lutter eux aussi contre les stéréotypes de genre et promouvoir la représentation mixte des jouets ;
  • les acteurs de la petite enfance et de l’accompagnement à la parentalité adhèrent également à l’initiative, pour sensibiliser et former les professionnels de la petite enfance aux questions cruciales que sont la mixité et l’égalité femmes-hommes ;
  • les fabricants de jouets, les distributeurs et les sites marchands, s’engagent, entre autres, à développer des jouets qui ne véhiculent pas de stéréotypes, à promouvoir de manière large les jeux scientifiques avec la création d’un label « sciences, technologie, ingénierie, maths (STIM) », à proposer des visuels neutres ou mixtes, à supprimer la catégorisation filles/garçons dans les catalogues ou sur leur site en ligne, ainsi qu’à former leurs personnels de vente ;
  • plusieurs associations s’engagent à lutter contre les discriminations, à mener des campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux et dans leurs magazines, à organiser des formations et/ou des actions de sensibilisation à destination des professionnels de leur réseau et des familles.

Comme en 2019, le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’engage à accorder une importance particulière à la question de la représentation mixte des jouets. L’union des marques s’engage à créer un prix spécial récompensant les campagnes de communication et/ou initiatives menées par des marques et distributeurs de jouets pour lutter contre les stéréotypes.

Les acteurs publics, enfin, s’engagent, à sensibiliser leurs acheteurs de jouets et jeux sur l’intérêt de privilégier l’achat de produits non genrés, à œuvrer en ce sens auprès des acteurs de la petite enfance, de l’éducation nationale et des activités périscolaires, et à promouvoir une action portant sur les jouets scientifiques adaptés aux âges des enfants et à leurs compétences, pour les fêtes de fin d’année.

Partager la page