Accueil du portailParticuliersSuccession : à quels frais de notaire vous attendre ?

Succession : à quels frais de notaire vous attendre ?

24/07/2018

Après le décès d’un proche, les héritiers doivent s’occuper du règlement de la succession. Quel est le rôle du notaire ? À quels frais s’attendre ? L’intervention du notaire est-elle obligatoire ?

© Fotolia.com

Règlement de la succession : avec ou sans notaire ?

L’intervention d’un notaire est incontournable pour régler une succession dans les cas suivants :

  • le patrimoine du défunt comporte un bien immobilier ;
  • le montant de la succession est égal ou supérieur à 5 000€ ;
  • il existe un testament ;
  • en présence d’une donation consentie du défunt de son vivant (par exemple une donation entre époux).

Dans tous les autres cas, le recours à un notaire n'est pas obligatoire.

Lire aussi : Succession, l’indivision c’est quoi ?

Quel est le rôle du notaire dans l’ouverture de la succession ?

Une fois désigné par les proches du défunt, le notaire de la succession réalise un certain nombre de missions essentielles au règlement de la succession. Il doit notamment :

  • identifier précisément tous les héritiers du défunt ;
  • interroger le fichier central des dernières volontés (FCDDV) pour vérifier si un testament a été rédigé par le défunt ;
  • vérifier s’il y a une donation au dernier vivant effectué au profit du conjoint survivant ;
  • lister les donations effectuées de son vivant par le défunt ;
  • établir les actes permettant aux héritiers de justifier de leurs droits sur l’héritage : acte de notoriété listant les personnes appelées à recueillir la succession ainsi que leurs droits respectifs, attestation de propriété immobilière constatant la transmission des biens du défunt à ses héritiers, etc…
  • dresser le bilan complet du patrimoine du défunt (évaluation des actifs et des dettes éventuelles de la succession) ;
  • rédiger la déclaration de succession ;
  • calculer le montant des droits de succession et procède à leur paiement au Trésor public dans les 6 mois consécutifs au décès ;
  • effectuer le partage de la succession.

Lire aussi : Héritage les règles d’imposition et modes de succession possibles

Les frais de notaire dans une succession : quels tarifs ?

Les frais de notaire correspondent à l’ensemble des sommes versées au notaire au titre des prestations qu’il réalise.

Ils comprennent : 

  • des tarifs réglementés. Ils s'appliquent à la rémunération du notaire ou émoluments. Ils varient en fonction du type d'actes effectués par le notaire.
  • des tarifs non réglementés variables en fonction des prestations.

Les tarifs non réglementés

  1. les débours correspondent aux sommes avancées par le notaire pour le compte de son client : rémunération d’intervenants, coût des différents documents... Ces sommes vous seront refacturées.
  2. les droits et taxes correspondent aux sommes reversées à l’État et aux collectivités territoriales comme les droits d’enregistrement.

La réforme de 2016 a fixé le nouveau barème des actes notariés. Pour certains actes, le tarif est fixe (acte notarié, inventaire). Pour d'autres, les émoluments sont proportionnels. Dans ce cas le calcul du coût de l'acte notarié s'effectue en pourcentage de la valeur du bien ou sur l'actif successoral brut quand l'acte porte sur l'ensemble de la succession (déclaration de la succession, partage de la succession). L'arrêté du 27 février 2018 fixant les tarifs réglementés des notaires a reconduit ce barème jusqu'au 29 février 2020.

Actes

Valeur du bien

Tranche de l'assiette

Coût
Barème des émoluments (succession à compter de mai 2016)
Acte de notoriété   57,69€ (69,23€ TTC)
Inventaire   76,92€ (92,31€ TTC)
Certificat de propriété

< 3 120€

> 3 120€

15,38€

0,493% de la valeur du bien

Attestation de propriété

De 0 à 6 500€

De 6 500 à 17 000€

De 17 000 à 30 000€

> 30 000€

1,972% de la valeur du bien

1,085% de la valeur du bien

0,740% de la valeur du bien

0,542% de l'actif brut

Déclaration de succession

De 0 à 6 500€

De 6 500 à 17 000€

De 17 000 à 30 000€

> 30 000€

1,578% de l'actif brut

0,868 de l'actif brut

0,592% de l'actif brut

0,434% de l'actif brut

Partage de la succession

De 0 à 6 500€

De 6 500 à 17 000€

De 17 000 à 60 000€

> 60 000€

4,931% de l'actif brut

2,034% de l'actif brut

1,356% de l'actif brut

1,017% de l'actif brut

Délivrance de legs avec décharge, quittance ou acceptation

De 0 à 6 500€

De 6 500 à 17 000€

De 17 000 à 30 000€

> 30 000€

1,972% de la valeur du bien

1,085% de la valeur du bien

0,740% de la valeur du bien

0,542% de la valeur du bien

Délivrance de legs sans décharge, quittance ou acceptation

De 0 à 6 500€

De 6 500 à 17 000€

De 17 000 à 30 000€

> 30 000€

0,986% de la valeur du bien

0,542% de la valeur du bien

0,370% de la valeur du bien

0,271% de la valeur du bien

Lire aussi : Droits de succession : que devez-vous payer sur votre part ?

Publié initialement le 08/06/2018

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • ©Creative Commons CC0

    15/10/2018

    Le malus écologique est une taxe due lors de la première immatriculation d'un véhicule polluant. Qui est concerné ? Quel est le barème ? Toutes les réponses.

  • @CC0 Creative Commons

    12/10/2018

    La remise gracieuse de l’impôt consiste à l'octroi par l'administration fiscale, et à titre gracieux, d'une transaction, d'une remise ou d'une modération d’un impôt. Mais comment cela marche concrètement ? Quelles sont les conditions pour en bénéficier ? Comment et à qui adresser votre demande ? Tour d’horizon de la question.

  • ©MEF

    05/10/2018

    Le projet de loi de finances 2019 (PLF) prévoit plusieurs mesures pour les particuliers. Aménagements pour le prélèvement à la source, suppression de la deuxième tranche de la taxe d’habitation pour 80% des contribuables, revalorisation de certaines prestations sociales, fiscalité écologique... Zoom sur les principales mesures du PFL 2019.

  • 03/10/2018

    La taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) est un impôt local qui concerne les propriétaires d’un bien immobilier ou les usufruitiers. Retour sur le mode calcul de l'impôt et les possibles exonérations ou dégrèvements.

  • ©Fotolia.com

    28/09/2018

    Baisse de la taxe d’habitation, suppression de la cotisation chômage, augmentation de la prime d’activité et du complément mode de garde… Revue de détail de ce change à compter du 1er octobre 2018.

  • 13/09/2018

    Le prélèvement à la source entre en vigueur le 1er janvier 2019. Voici les réponses aux questions les plus fréquentes.

Le ministère sur Twitter

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !