Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Propriétaire, comment réviser un loyer d’habitation ?

Si vous êtes propriétaire d’un logement, vous pouvez, sous certaines conditions, en augmenter le loyer. Le loyer peut être révisé annuellement en fonction de l'indice de référence des loyers (IRL), ou ponctuellement si vous estimez qu'il est sous-évalué ou si vous effectuez des travaux d'amélioration. Explications.

Révision annuelle d'un loyer d'habitation

Si cela a été prévu par le contrat de bail, le loyer du logement peut être revalorisé chaque année à la date anniversaire du contrat ou à une date prévue dans le bail.

La révision du loyer s’effectue en fonction de l’indice de référence des loyers (IRL).

Le montant maximal du nouveau loyer est calculé ainsi : loyer initial x (dernier IRL publié  / IRL connu au moment de la signature du bail) .

C’est l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) qui détermine la valeur de l’IRL, qui évolue chaque trimestre.

Calculez le montant du loyer révisé grâce au simulateur de l'Anil

Lire aussi : Propriétaires : comment vous assurer de l'authenticité des justificatifs de revenus ?

Révision d'un loyer en raison d'une sous-évaluation

Si vous estimez que le logement que vous louez est à un prix trop bas par rapport aux loyers environnants, il est possible de demander une réévaluation du loyer à votre locataire au moment du renouvellement du bail.

Cette demande doit s'appuyer sur le constat de loyers plus élevés dans au moins 6 logements pour une agglomération d’1 million d’habitants ou 3 logements dans les autres zones géographiques.

Ces logements doivent répondre à plusieurs caractéristiques :

  • se situer dans le même groupe d’immeubles ou dans un autre groupe d’immeubles similaires
  • les 2/3 des locataires occupent ces logements depuis plus de 3 ans
  • chaque logements est décrit avec les informations mentionnées à l’article 1 du décret n° 90-780 du 31 août 1990.

Liste des informations à fournir sur les logements

  • le nom de la rue et la dizaine de numéros où se situe l'immeuble
  • le type d'habitat, individuel ou collectif, et l'époque de construction de l'immeuble
  • l'étage du logement et la présence éventuelle d'un ascenseur
  • la surface habitable du logement et le nombre de ses pièces principales
  • l'existence éventuelle d'annexes prises en compte pour le loyer
  • l'état d'équipement du logement (notamment, w.-c. intérieur, salle d'eau, chauffage central)
  • l'indication selon laquelle le locataire est dans les lieux depuis plus ou moins de trois ans
  • le montant du loyer mensuel hors charges effectivement exigé
  • l'année de constatation des éléments constitutifs de la référence.

Votre demande doit être envoyée au locataire au moins 6 mois avant la fin du contrat de bail. Le locataire peut refuser la hausse du loyer. Dans ce cas, vous pouvez faire saisir la commission départementale de conciliation.

Lire aussi : Tout savoir sur le crédit d’impôt transition énergétique (CITE)

Révision du loyer en cas de travaux d'amélioration

Dans le cas où vous effectuez des travaux d'amélioration dans le logement que vous louez, il est possible de vous mettre d'accord avec votre locataire pour augmenter le prix du loyer, et cela, même en cours de contrat de bail.

Lire aussi : Tout savoir sur les taxes sur les logements vacants (TLV et THLV)

Thématiques :

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Partager la page