Accueil du portailEntreprisesTout savoir sur le titre de maître restaurateur

Tout savoir sur le titre de maître restaurateur

par Bercy Infos,

le 20/03/2019 –

Pour 95 % des Français, le « fait maison » est un critère de sélection des restaurants qu'ils fréquentent. Il existe une certification qui garantit une cuisine entièrement faite maison ainsi que d'autres critères de qualité : celle de maître restaurateur. Qu'est-ce que ce titre signifie ? Comment l'obtenir ? Quel intérêt ont les professionnels à le décrocher ? Tour d'horizon de tout ce qu'il faut savoir sur ce précieux sésame.

© Fotolia.com

Qu'est-ce que le titre de maître restaurateur ?

Créé en 2007 avec la participation des principales organisations professionnelles, le titre de maître restaurateur est le seul titre délivré par l'État pour les restaurateurs français. Il est accordé par le préfet de département, après un audit de contrôle réalisé par un organisme indépendant, pour une durée de 4 ans renouvelables.

Ce label, s'appuie sur un cahier des charges qui mêle professionnalisme et qualifications du chef, traçabilité et saisonnalité des produits ou encore exigence d'une cuisine entièrement faite maison. Ce titre entend récompenser des établissements d'excellence, aussi bien des petits bistrots que des tables gastronomiques, mais tous garants d'une cuisine authentique. Basé sur une démarche volontaire des restaurateurs, le label est aussi une garantie pour les consommateurs.

Pus de 3 800 professionnels en sont titulaires, dans toute la France.

Lire aussi : Comprendre les labels bios | Restauration : l'obligation du tri sélectif étendue

Comment obtenir le titre de maître restaurateur ?

Tout restaurateur indépendant peut demander à bénéficier du titre. Il doit être propriétaire, dirigeant ou salarié qualifié d'une entreprise de restauration traditionnelle et doit répondre à des critères en termes de qualification professionnelle (être titulaire d'un diplôme, certificat ou titre inscrit au répertoire des certifications professionnelles) et/ou d'expérience professionnelle. C'est au total un cahier des charges de plus de trente critères auquel le candidat doit satisfaire : cuisine faite maison, à partir d'un minimum de produits locaux, de saison majoritairement frais, mais aussi en termes de qualité d'accueil du client, de qualité de la vaisselle, d'hygiène, etc.

Accédez au cahier des charges pour l'obtention du titre de maître-restaurateur

Le restaurateur peut - s'il estime remplir ces critères - contacter un organisme certificateur afin de réaliser l'audit de son établissement et vérifier que ce dernier répond bien aux critères du cahier des charges.

Il présente ensuite son dossier de candidature à la préfecture du département dans lequel l'entreprise est immatriculée au RCS, avec les pièces suivantes  :

  • l'identité du demandeur
  • l'adresse et l'enseigne de l'établissement
  • l'extrait Kbis
  • le justificatifs relatifs aux qualifications professionnelles
  • le rapport d'audit

C'est le préfet du département qui est chargé d'attribuer le titre de maître restaurateur, sur la base du rapport d'audit et de l'ensemble des pièces du dossier de candidature. Ce titre est valable 4 ans renouvelables.

À savoir

L'Association française des maîtres restaurateurs (AFMR), qui regroupe les établissements tenants du titre, peut venir en aide aux professionnels intéressés dans les différentes démarches d'obtention du label.

Lire aussi : Titres-restaurant : les 5 informations à connaître

Quel intérêt pour les restaurateurs ?

Comme le souligne l'AFMR : « L'activité de restauration est une activité ouverte qui ne nécessite pas de qualification obligatoire pour l'exercer. Le titre de maître restaurateur, c'est déjà l'opportunité pour les véritables professionnels de se démarquer de tous ceux qui ne cuisinent pas. ». Les restaurateurs labellisés peuvent en effet apposer la plaque officielle de maître restaurateur à l'entrée de leur établissement et utiliser le logo officiel.

Le titre leur permet également de valoriser la qualité de leur carte de manière claire et lisible. Il souligne le contrôle par un organisme indépendant et l'officialisation du titre par l'État.

Enfin, le titre de maître restaurateur permet de bénéficier d'un crédit d'impôt pouvant aller jusqu'à 15 000 euros.

En quoi consiste le crédit d'impôt associé au titre de maître restaurateur ?

Ce crédit d'impôt est destiné aux restaurants dont le dirigeant est titulaire du titre de maître restaurateur, pour la première fois ou lors d'un renouvellement et qui concerne les maîtres restaurateurs qui ont obtenu leur titre entre le 15 novembre 2006 et le 31 décembre 2017. Les entreprises concernées doivent également être soumises à l'impôt sur les sociétés ou l'impôt sur le revenu, selon le régime du bénéfice réel normal ou simplifié, de plein droit ou sur option.

Ce crédit d'impôt est égal à 50 % des dépenses éligibles, prises en compte dans la limite de 30 000 €, engagées au cours de l'année civile où le titre de maître-restaurateur est accordé et les 2 années suivantes.

Les dépenses éligibles concernent uniquement les dépenses d'investissement, qui permettent de satisfaire aux normes d'aménagement et de fonctionnement prévues par le cahier des charges du titre de maître-restaurateur, telles que les dépenses d'amélioration :

  • de l'approvisionnement majoritaire en produits frais : matériel de réfrigération, de stockage, de conditionnement sous vide, de réalisation de conserves, de stérilisation et de pasteurisation, de transport isotherme ou réfrigéré, etc.
  • de l'hygiène alimentaire : équipement en matériel de cuisson, de réchauffage, de conservation des repas durant le service, plans de travail, systèmes d'évacuation, dépenses de formation du personnel, maîtrise de la chaîne du froid, tests de microbiologie, etc.
  • de l'accueil de la clientèle : verrerie, vaisselle et lingerie, façade et devanture de l'établissement, création d'équipements extérieurs, signalétique, aménagements pour l'accueil des personnes à mobilité réduite, etc.

Lire aussi : Restauration scolaire : quelles aides pouvez-vous obtenir ?

Publié initialement le 19/11/2015

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    24/06/2019

    Risques de déshydratation, d’épuisement, de coup de chaleur… Travailler en période de canicule peut présenter des risques pour la santé. Comment agir en tant qu'employeur ? Quelles précautions prendre ?

  • ©fotolia

    21/06/2019

    L’ouverture d’un compte bancaire professionnel peut être obligatoire ou facultative selon le statut de l'entreprise. Explications.

  • ©Creative Commons

    17/06/2019

    Vous souhaitez transformer un local d'habitation en local professionnel ? Sachez que cela est possible ! Des formalités administratives sont cependant nécessaires, au regard notamment du changement d’usage ou de destination. On vous explique la différence entre les deux, ainsi que les formalités à remplir pour utiliser votre habitation pour votre activité professionnelle !

  • Creative Commons

    06/06/2019

    Vous créez votre entreprise ? Votre activité évolue ? Vous allez devoir choisir ou changer votre régime d’imposition. Le régime d'imposition de l'entreprise dépend du niveau de son chiffre d'affaires et de la nature de son activité. Explications.

  • 05/06/2019

    Vous souhaitez vendre vos produits sur les foires et salons ? Ouvrir un foodtruck et vous installer sur une place de village ? Obtenir une emplacement sur un marché ? Si ces activités ont lieu en dehors de votre commune de domiciliation, il est obligatoire d’obtenir - sauf exception - une carte d'activité commerciale ou artisanale ambulante pour avoir le droit de les exercer. On vous explique comment faire !

  • 04/06/2019

    Périodes très attendues par les consommateurs, les soldes génèrent deux fois par an des périodes de forte activité pour les commerçants. Mais connaissez-vous bien les principes à respecter pendant les soldes ? Dates, produits à mettre en vente, étiquetage... : tour d'horizon de la réglementation des soldes.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !