Accueil du portailEntreprisesEntreprises : quelles sont vos obligations comptables ?

Entreprises : quelles sont vos obligations comptables ?

par Bercy Infos,

le 04/01/2018 –

Les obligations comptables qui incombent à une entreprise dépendent de son régime d’imposition et de la catégorie dont elle relève - bénéfices industriels et commerciaux (BIC), bénéfices non commerciaux (BNC) ou impôt sur les sociétés (IS). Retour sur les différentes obligations comptables au regard du régime d'imposition.

©Fotolia

Entreprises au régime réel normal d’imposition

Les entreprises qui relèvent des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), ou sont imposées au titre de l’impôt sur les sociétés, et au régime réel normal d’imposition doivent tenir une comptabilité d’engagement (enregistrement des créances et des dettes) tout au long de l’exercice.

Tout enregistrement comptable doit préciser, au minimum, l’origine, le contenu et l’imputation de chaque donnée, ainsi que les références de la pièce justificative appuyant l’enregistrement.

La centralisation des journaux auxiliaires sur le livre-journal doit être mensuelle. L'entreprise a l'obligation de tenir un livre-journal et un grand-livre. Un inventaire des éléments d’actifs et de passif doit être réalisé au moins une fois tous les 12 mois.

Concernant les comptes annuels, ces entreprises doivent présenter leur bilan, leur compte de résultat et leur annexe selon les règles de base. Elles peuvent néanmoins adopter une présentation simplifiée de ces états lorsqu’elles ne dépassent pas deux des trois seuils suivants à la clôture de l’exercice social :

  • 8 millions d'euros de chiffre d’affaires,
  • 4 millions d'euros de total bilan,
  • 50 salariés.

Lire aussi : Micro-entreprise, régime réel et régime de la déclaration contrôlée : les 3 régimes d’imposition des entreprises | SARL et EURL : quelles obligations comptables ?

Entreprises au régime réel simplifié d’imposition

Les entreprises relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), ou imposées à l’impôt sur les sociétés (IS), et bénéficiant du régime réel simplifié d’imposition, peuvent tenir une comptabilité simplifiée :

  • en cours d’exercice, elles peuvent tenir une comptabilité de trésorerie (enregistrement des encaissements et des décaissements),
  • et elles ne constatent les créances et les dettes qu’en fin d’exercice.

La centralisation des journaux auxiliaires sur le livre-journal peut être trimestrielle. L'entreprise a l'obligation de tenir un livre-journal et un grand-livre. Les frais de carburant pourront également être évalués forfaitairement.

Un inventaire des éléments d’actifs et de passif doit être réalisé au moins une fois tous les 12 mois. Il est possible de procéder à une évaluation simplifiée des stocks et des en-cours de production, suivant une méthode forfaitaire.

Concernant les comptes annuels, ces entreprises peuvent adopter une présentation simplifiée pour le bilan et le compte de résultat. Elles sont également dispensées d’annexe lorsqu’elles ne dépassent pas deux des trois seuils suivants à la clôture de l’exercice :

  • 700 000 euros de chiffre d’affaires,
  • 350 000 euros de total bilan,
  • 10 salariés.

Zoom sur le régime réel simplifié d'imposition

Relèvent obligatoirement du régime réel simplifié d'imposition, les entreprises exclues du régime des micro-entreprises et dont le chiffre d'affaires annuel hors taxes est inférieur à :

  • 788 000 euros lorsque l'entreprise a une activité de vente ou de fourniture de logement ;
  • 238 000 euros pour une activité de prestation de services.

Lire aussi : Entreprises : quels impôts doivent être payés en ligne ?Entreprises, combien de temps devez-vous conserver vos documents ?

Entreprises au régime de la déclaration contrôlée

Les entreprises relevant des bénéfices non commerciaux (BNC) et du régime de la déclaration contrôlée doivent tenir une comptabilité de trésorerie tout au long de l’exercice. Les créances et les dettes ne sont pas constatées, ni en cours d’exercice, ni à la clôture. Une option pour la comptabilité d’engagement est toutefois possible.

Un livre-journal des recettes et des dépenses doit être tenu, les encaissements et les décaissements devant être enregistrés au jour le jour :

  • pour les recettes et les dépenses, le livre-journal doit contenir la date de la recette (ou dépense), l’identité du client (ou fournisseur), la nature et le montant de la recette (ou dépense) et la forme du règlement.
  • les recettes justifiées et issues de paiements comptants en espèces d’un montant unitaire inférieur à 76 euros peuvent être enregistrées globalement en fin de journée.
  • les frais de repas, de voiture et deux-roues, de blanchissage effectués à domicile, de médecins conventionnés du secteur 1... peuvent être déduits forfaitairement.

La tenue d’un registre des immobilisations et des amortissements est obligatoire.

Les entreprises au régime de la déclaration contrôlée ne sont pas obligées d’établir chaque année un bilan, un compte de résultat et une annexe. Un compte de résultat fiscal doit être établi au moyen de la déclaration n° 2035.

Zoom sur le régime contrôlé

Ce régime est l'équivalent, pour  les entreprises relevant des bénéfices non commerciaux (BNC), du régime réel d'imposition. Le chef d'entreprise est imposé sur le bénéfice qu'il a réellement réalisé (par opposition aux règles applicables dans le cadre du régime micro-BNC).

Son application est obligatoire pour les entreprises réalisant des recettes supérieures à 70 000 € hors taxes. Elle est facultative pour les autres.

Lire aussi : Comment calculer le résultat fiscal de votre entreprise en 4 étapesFactures : quelles sont les mentions obligatoires ?

Publié initialement le 25/07/2017

Partagez cet article !

Des infos 100% utiles et 100% fiables sur la fiscalité, les aides, la consommation, vos obligations, le numérique… pour vous aider au quotidien. En savoir plus sur Bercy infos.

Pour être averti chaque semaine des dernières infos, abonnez-vous aux lettres d’information Bercy infos.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • © Phovoir.fr

    16/05/2019

    Depuis 2016, tous les employeurs du secteur privé ont l'obligation de fournir une mutuelle de santé collective à leurs salariés, et participer au moins à hauteur de 50 % du prix des cotisations. Mais tous les salariés sont-ils concernés ? Quelles sont les garanties minimales requises ? Comment la mettre en place ? On fait le point !

  • © Fotolia

    07/05/2019

    Métro, train, vélo... : en tant qu'employeur, vous devez prendre en charge une partie du prix des transports de vos salariés entre leur domicile et leur lieu de travail. Quels types de frais sont concernés ? Quel est le montant de votre participation ? Le point sur vos impératifs.

  • © Phovoir.fr

    30/04/2019

    Vous êtes salarié et vous souhaitez développer une micro-entreprise en parallèle de votre emploi ? Quels sont vos droits et obligations en la matière ? Quelles règles d'imposition et d'affiliation ?

  • @pixabay

    10/04/2019

    Contrats, factures, livre comptable, statuts... Savez-vous combien de temps vous devez conserver vos documents ? Toutes les réponses ici.

  • 01/04/2019

    La prime d’activité est une prestation sociale destinée à compléter les revenus des travailleurs modestes. Elle n’est pas réservée aux seuls salariés. Les indépendants peuvent aussi en bénéficier, sous certaines conditions. Explications.

  • ©StarLineArts-gettyimages

    27/03/2019

    Le Royaume-Uni a jusqu’au 31 octobre 2019 au plus tard pour ratifier l’accord de retrait négocié avec l’Union européenne, ou il sortira de l’Union européenne sans accord de retrait.

    Les conséquences du Brexit sur les entreprises seront importantes. Le ministère de l'Économie et des Finances accompagne les entreprises pour se préparer quel que soit le scénario de sortie retenu : sortie avec accord ou sortie sans accord.

Fermer

Vous souhaitez recevoir gratuitement toutes nos informations utiles et pratiques ?

Abonnez-vous aux lettres d'information Bercy infos !

Je m'abonne
Partagez cet article !