Imprimer la page

La DGFiP publie son rapport d’activité 2020

Crise sanitaire, développement du réseau de proximité, nouveaux outils digitaux, etc. Retour sur l’année 2020 de la direction générale des Finances publiques, qui vient de publier son rapport d’activité.

©cabcom-dgfip

La direction générale des Finances publiques (DGFiP) a présenté le 31 août son rapport d’activité 2020 [PDF - 17 Mo]. Une année particulière, marquée par la crise sanitaire, qui a mené la DGFiP à adapter ses missions.

2020, une année de soutien aux entreprises

Pour faire face à l’urgence de la crise sanitaire et à son impact sur les entreprises, la DGFiP a mis son savoir-faire au service de la collectivité. En deux semaines seulement, le fonds de solidarité voyait ainsi le jour. Cette aide, qui a bénéficié à près de 2 millions d’entreprises, a représenté 11,8 milliards d'euros en 2020.

La DGFiP a également mis en place des mesures de bienveillance, parmi lesquelles des délais de paiement, 3,5 milliards d’euros de report d’échéances fiscales, des suspensions de poursuites, etc. Ces mesures ont représenté 25 milliards d'euros d'impôts bénéficiant à plus de 360 000 entreprises.

Le suivi des entreprises en difficulté a représenté une part importante de l’activité en 2020. Il a notamment été assuré par des commissions des chefs de services financiers (CCSF) et des comités départementaux d’examen des problèmes de financement des entreprises (CODEFI) dont la DGFiP assure le secrétariat. En 2020, le nombre de CODEFI a ainsi été multiplié par deux.

Plus de 1 300 actions de communication locale en soutien aux entreprises ont également été menées par la DGFiP.

Renforcer la présence de la DGFiP dans les territoires

Malgré la crise sanitaire, la DGFiP a poursuivi le renforcement de sa présence dans les territoires afin de développer sa relation de proximité avec les usagers. Ainsi, le nombre de communes comptant une présence de la DGFiP doit passer de 2 000 à 2 900, soit une augmentation de 45 % par rapport à 2020. 66 villes ont par ailleurs été sélectionnées en 2020 pour la relocalisation de services de la DGFiP dans les territoires.

Ce sont également désormais 5 300 communes qui sont dotées du paiement de proximité chez un buraliste partenaire, soit 10 000 nouveaux buralistes en 2020. Grâce à ce maillage, 330 880 paiements ont été réalisés la même année pour un montant de près de 36 millions d’euros, couvrant le paiement des impôts, d’amendes ou de factures de service public (avis de cantine, de crèche, d’hôpital, etc.).

Vers une digitalisation croissante des services fiscaux

Si la DGFiP se tourne vers les territoires, elle n’oublie pas de s’orienter aussi vers les solutions digitales. En 2020, l’application mobile « impots.gouv », qui compte près de 3,8 millions d’utilisateurs, a été entièrement rénovée en impliquant un panel d’usagers. Cette version à la présentation simplifiée leur permet de bénéficier d’une authentification guidée et, à ceux  qui le souhaitent, de s’authentifier avec leurs empreintes digitales ou par reconnaissance faciale.

Depuis octobre 2020, les professionnels disposent également d’un nouveau mode de paiement en ligne qui est venu enrichir leur compte fiscal. Ceux-ci peuvent désormais régler, en ligne, leurs dettes fiscales en phase de recouvrement forcé.

Développé en 2020, le nouveau service en ligne « Gérer mes biens immobiliers » vient de connaître sa première phase de lancement. Ce nouvel outil disponible sur l’espace sécurisé du site impots.gouv.fr est destiné à tous les propriétaires, personne physique ou morale. Dans un premier temps, il permet, de disposer d’une vision de l’ensemble de ses biens bâtis ainsi que de leurs caractéristiques (surface, nombre de pièces, nature du local, numéro de lot…), sur tout le territoire. À terme, de nouveaux services seront développés.

Utiliser les technologies liées à l’intelligence artificielle et à la data

Afin de faire face à la fraude fiscale, la DGFiP s’appuie enfin de plus en plus sur l’intelligence artificielle et le data mining afin de moderniser les techniques d’analyse. En 2020, 794 millions d’euros de droits et pénalités ont été rappelés grâce au datamining. Près d’un contrôle sur trois a été ciblé par l’intelligence artificielle.

Presse

Communiqué : Publication du rapport annuel 2020 de la Direction générale des Finances publiques 31/08/2021 [PDF - 82 Ko]

Partager la page