Imprimer la page

Remise du rapport Launay sur les mutations du service universel postal

L’ancien député Jean Launay a remis son rapport sur l’évolution des mutations du service universel postal. Ce dernier connaît depuis plusieurs années une baisse importante du nombre de lettres envoyées. Une situation qui met à mal la situation financière de La Poste.

© Fotolia.com

Comment adapter le service universel postal à l’évolution des usages des Français ? C’est en substance la mission confiée en février 2021 à Jean Launay. Ce dernier a rendu son rapport sur les mutations du service universel postal, ce 27 mai, à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance

De moins en moins de lettres envoyées

Le service postal connaît depuis plusieurs années une évolution fulgurante. En effet, les Français envoient de moins en moins de lettres. Entre 2010 et 2019, la baisse de volume a atteint 39 %. Une transformation des comportements par ailleurs accélérée par la crise sanitaire.

Cette tendance de fond, engagée depuis plusieurs années, conduit également à une forte augmentation du déficit du service universel postal. Une situation qui remet ainsi en cause sa pérennité.

Plusieurs préconisations

Le rapport de Jean Launay présente des propositions concrètes pour adapter ce service à l’évolution des usages des Français. Il s’appuie pour cela sur une large consultation des parties prenantes et de La Poste.

Il préconise de préserver certains des principes de fonctionnement actuels du service universel postal, auquel sont attachés les Français : une distribution du courrier six jours sur sept, la présence d’un réseau de points de contacts important, ou encore le maintien d’une politique tarifaire raisonnable.

Il invite également à renforcer la soutenabilité financière du service universel postal grâce à une évolution des modalités du service, notamment des délais de livraison, et ce grâce au versement par l’État d’une compensation financière.

Il appelle enfin à envisager la poursuite de la diversification des métiers de La Poste vers l’inclusion numérique et les services à la personne.

Ces propositions feront prochainement l’objet de discussions approfondies entre le Gouvernement, l’ensemble des parties prenantes du service universel postal, l’ARCEP et la Commission européenne.

Partager la page