Accueil du portailEurope et internationalIntelligence artificielle : le Canada et la France œuvrent aux côtés de la communauté internationale à la promotion d’une utilisation responsable de l’IA

Intelligence artificielle : le Canada et la France œuvrent aux côtés de la communauté internationale à la promotion d’une utilisation responsable de l’IA

17/05/2019

Conscients de la nécessité d’une coopération et d’une coordination à l’échelle internationale pour exploiter le plein potentiel de l’intelligence artificielle (IA) et en faire bénéficier l’ensemble des citoyens, le Canada et la France travaillent aux côtés de la communauté internationale à la création d’un groupe international d’experts sur l’intelligence artificielle (G2IA) qui encouragera et guidera le développement responsable d’une intelligence artificielle fondée sur les droits de l’homme, l’inclusion, la diversité, l’innovation et la croissance économique.

© @cedric_o

Un groupe international d’experts sur l’intelligence artificielle pour favoriser la collaboration et la coordination internationales

Conscients de la nécessité d’une coopération et d’une coordination à l’échelle internationale pour exploiter le plein potentiel de l’intelligence artificielle (IA) et en faire bénéficier l’ensemble des citoyens, le Canada et la France travaillent aux côtés de la communauté internationale à la création d’un groupe international d’experts sur l’intelligence artificielle (G2IA) qui encouragera et guidera le développement responsable d’une intelligence artificielle fondée sur les droits de l’homme, l’inclusion, la diversité, l’innovation et la croissance économique.

Le G2IA sera une organisation dédiée à l’intelligence artificielle qui réunira les meilleurs experts mondiaux. Il constituera un point de référence mondial en matière d’IA, qui favorisera la coopération et la coordination internationales en matière d’élaboration de politiques publiques relatives à l’IA.

Aujourd’hui, Navdeep Bains, ministre de l’innovation, des sciences et du développement économique du Canada, et Cédric O, secrétaire d’État français chargé du numérique, ont rendu publique la déclaration du groupe international d’experts sur l’intelligence artificielle en vue de discussions et ont fourni des premières indications sur la structure organisationnelle envisagée pour le G2IA.

Cette déclaration énonce que les participants à ce groupe d’experts s’engagent à respecter les valeurs communes suivantes lors du développement, de l’adoption et de l’utilisation de l’IA :

  • promouvoir et protéger une approche de l’IA à la fois éthique et centrée sur l’humain, fondée sur les droits de l’homme ;
  • promouvoir une approche multipartite de l’IA ;
  • stimuler l’innovation, la croissance et le bien-être à travers l’IA ;
  • mettre les travaux sur l’IA en adéquation avec les principes de développement durable et la réalisation du Programme développement durable à horizon 2030 ;
  • renforcer la diversité et l’inclusion à travers l’IA ;
  • favoriser la transparence et l’ouverture des systèmes d’IA ;
  • favoriser la confiance et la redevabilité en matière d’IA ;
  • promouvoir et protéger les valeurs, les procédures et les institutions démocratiques ;
  • combler les fractures numériques ;
  • promouvoir la coopération scientifique internationale dans le domaine de l’IA.

Le 16 mai dernier, Navdeep Bains et Cédric O ont rendu la déclaration publique à l’issue de la réunion informelle des ministres du numérique du G7 à laquelle ils participaient et qui s’est déroulée sous le thème général « Bâtir ensemble un numérique de la confiance ».

Les ministres ont réfléchi aux exigences et valeurs qui doivent prévaloir en matière d’innovation numérique et au rôle que ces technologies émergentes peuvent jouer au service de la lutte contre les inégalités.

Au cours de cette réunion, la France et le Canada ont reçu de la part de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Inde, du Japon, du Royaume-Uni, de la Nouvelle-Zélande et de l’Union européenne des manifestations d’intérêt concernant le G2IA. Les discussions portant sur la conception de ce groupe d’experts se poursuivront avec les pays intéressés.

Le groupe sera officiellement lancé lors du sommet de Biarritz en août et comportera un comité de pilotage et des groupes de travail, qui se concentreront chacun sur un thème spécifique lié à l’IA, tel que la gouvernance de l’IA, ses évolutions technologiques ou ses impacts (sur l’avenir du travail, par exemple), ainsi qu’un secrétariat. Le groupe organisera également une fois par an une conférence réunissant des experts internationaux en intelligence artificielle, intitulée « Assemblée plénière multipartite du groupe d’experts ».

Cédric O a également annoncé que la France accueillera une conférence internationale intitulée « Global forum on AI for humanity » (GFAIH) les 29 et 30 octobre prochains à Paris. Cet événement a pour objectif de réfléchir aux thématiques prioritaires susceptibles de nourrir les premiers travaux du groupe international d’experts sur l’intelligence artificielle. Il réunira des experts et des parties prenantes du monde entier, issus tant du secteur public que privé, du monde académique et de la recherche, et plus largement, de la société civile.

« L’annonce d’aujourd’hui est une étape importante qui contribue à ce que l’intelligence artificielle continue de progresser dans le respect des valeurs canadiennes. Avec la France, le Canada pousse le reste de la communauté internationale à mettre en place un groupe d’experts sur l’intelligence artificielle qui, une fois ses travaux initiés, veillera à ce que les bénéfices économiques et sociaux de l’intelligence artificielle soient partagés par l’ensemble des citoyens ».

Navdeep Bains, ministre de l’innovation, de la science et du développement économique du Canada

« Il est indispensable de faire émerger à l’échelle de la communauté internationale une expertise qui veille au développement responsable de l’intelligence artificielle et s’assure que cette technologie serve l’humanité dans son ensemble. La France travaille activement avec le Canada pour avancer concrètement dans cette voie et rallier les autres pays à cette initiative, en particulier les autres membres du G7.»

Cédric O, secrétaire d’État français chargé du numérique

Rappel des faits

La création d’un groupe international d’experts en intelligence artificielle (G2IA) annoncée avant le sommet du G7 de 2018 par Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, et Emmanuel Macron, président de la République française, constitue un élément clé de la déclaration franco-canadienne sur l’intelligence artificielle.

En décembre 2018, lors de la conférence multipartite du G7 sur l’intelligence artificielle, le Premier ministre Justin Trudeau, le ministre Singh Bains et le secrétaire d’État français chargé du numérique annoncent le mandat pour le groupe international d’experts en intelligence artificielle, première étape en vue de sa création.

Dans le cadre de sa présidence du G7 en 2018, le Canada présente une vision commune de l’intelligence artificielle, définie dans la déclaration des ministres de l'Innovation du G7 au sujet de l'intelligence artificielle et également dans la déclaration des dirigeants du G7 intitulée « Vision commune de Charlevoix sur l’avenir de l’intelligence artificielle ».

Le Canada lance sa stratégie pancanadienne en matière d’IA, dotée d’un budget de 125 millions de dollars, pour maintenir en poste et attirer les meilleurs talents du milieu universitaire, et pour accroître le nombre de stagiaires et de chercheurs de deuxième cycle qui étudient l’intelligence artificielle et l’apprentissage en profondeur.

Le 29 mars 2018, dans le cadre du sommet « AI for humanity », Emmanuel Macron, président de la République française, présente une stratégie nationale ambitieuse pour l’intelligence artificielle. Cette stratégie comprend des actions transversales (en matière de recherche-développement, de formation, de financement et de réglementation) ainsi que des actions spécifiques ciblant des secteurs économiques prioritaires. Au total, 1,5 milliard d’euros seront consacrés à la mise en œuvre de cette stratégie entre 2018 et 2022.

Partagez cet article !