Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Le marché interbancaire

Le marché interbancaire est un marché réservé aux banques. Elles s’échangent entre elles des actifs financiers de court terme, entre un jour et un an. C’est un marché de gré à gré, cela signifie que les banques traitent et négocient librement entre elles.

 

L’offre émane des banques qui ont des liquidités disponibles, elles prêtent des liquidités aux autres banques. La demande émane des banques qui ont des besoins de financement, elles empruntent des liquidités aux autres banques.

A noter

Une banque peut en même temps être prêteuse et emprunteuse sur le marché interbancaire. Par exemple, une banque peut prêter des liquidités aux autres banques sur le marché interbancaire pour une durée de 4 jours. Si le 3ème jour, elle a un besoin important de liquidités (pour honorer ses réserves obligatoires auprès de la Banque Centrale par exemple), elle emprunte pour une seule journée ces fonds sur le marché interbancaire.

Le marché interbancaire

 

Les échanges entre les banques se font au taux du marché interbancaire : le prix de l’argent au jour le jour. Ce prix est calculé en faisant la moyenne des taux pratiqués dans la journée. C’est l’EONIA (Euro Overnight Index Average). Pour les prêts plus longs, on calcule l’EURIBOR (Euro Interbank Offered Rate) à différentes échéances (Euribor 1 mois, Euribor 2 mois, jusqu’à Euribor 12 mois).

A savoir

Sur les marchés non européens, c’est le LIBOR (London Interbank Offered Rate) qui sert de référence.

Quel est le rôle de la BCE sur le marché interbancaire ?

Le rôle de la Banque centrale européenne est d’alimenter le marché interbancaire en liquidités en fonction de ses objectifs, notamment la stabilité des prix. Elle gère la quantité de monnaie en circulation dans l’économie.

La BCE intervient directement sur le marché interbancaireen offrant ou en demandant des liquidités. Si la BCE offre une quantité importante de capitaux, le taux de ce marché diminue et les banques ont plus de facilités à se financer. À l’inverse, si la BCE emprunte beaucoup de capitaux, la demande augmente et le taux augmente.

La BCE intervient indirectement sur le marché interbancaire en fixant différents taux

  • Le taux des réserves obligatoires. La BCE exige que toutes les banques détiennent une part de leurs liquidités sous forme de réserves auprès de la BCE.
     

Exemple

Si le taux de réserves obligatoires est de 2 %, une banque qui reçoit un dépôt de 100 euros, doit déposer 2 euros sur son compte à la BCE.

En augmentant le taux des réserves obligatoires, la BCE exige des banques qu’elles aient plus de liquidités. Les banques seront donc plus demandeuses sur le marché interbancaire. Inversement, si la BCE diminue le taux des réserves obligatoires, les banques disposent de plus de liquidités à offrir sur le marché interbancaire.

  • Le taux directeur. Si une banque n’a pas trouvé les liquidités dont elle a besoin auprès des autres banques, elle peut s’adresser directement à la BCE. Dans ce cas, le taux appliqué est le « taux directeur » fixé par la BCE.

A savoir

Le taux directeur s’appelle aussi le « taux de refinancement » car il permet aux banques de se refinancer.

Si la BCE augmente son taux directeur, les banques ont plus de difficultés à trouver des liquidités. Elles ont alors tendance à reporter cette hausse sur les taux des crédits qu’elles accordent aux entreprises et aux particuliers. Le volume de crédits accordés diminué. Cela permet in fine à la BCE de réduire la masse monétaire.

Si la BCE réduit son taux directeur, cela facilite le refinancement des banques.

A savoir

Depuis le 5 juillet 2012, le taux directeur de la BCE est fixé à 0,75 %. C’est le taux le plus bas déterminé par la Banque centrale européenne depuis sa création.

  • Le taux plancher. Une banque qui a un excès de trésorerie peut placer ces liquidités auprès de la BCE. Ces liquidités sont alors rémunérées par la BCE au taux plancher. Ce taux est indicateur de l’aversion au risque de prêter aux autres banques. Si la BCE décide d’augmenter la rémunération de ces dépôts, cela encourage les banques à ne pas prêter aux autres banques. À l’inverse, si la BCE diminue ce taux, cela encourage les banques à prêter leurs excès de trésorerie aux banques dans le besoin sur le marché interbancaire.

A savoir

Depuis juillet 2012, ce taux plancher est de 0 %.

 

 

 

Dossier réalisé par

La finance pour tous

Partager la page