Accueil du portailEntreprisesComment facturer dans une monnaie étrangère ?

Comment facturer dans une monnaie étrangère ?

08/09/2017

Saviez-vous qu’il est possible pour une entreprise de facturer ses clients et partenaires dans une devise étrangère ? Sous quelles conditions ?

© Pixabay

Dans quel cas une entreprise peut-elle facturer dans une devise étrangère ?

Il est possible pour une entreprise en France d’effectuer sa facturation dans une autre devise que l’euro si cela est nécessaire pour elle. Cependant, pour qu’une entreprise ait le droit de facturer dans une monnaie étrangère, la devise utilisée doit répondre à 2 critères :

  • être reconnue internationalement (disposant d'un code composé de 3 lettres, respectant la norme ISO 4217) ;
  • être mutable, c’est-à-dire convertible en euros.

Lire aussi Factures : quelles sont les mentions obligatoires ? | Cartes bancaires, chèques, espèces : quels moyens de paiement êtes-vous obligés d’accepter ?

Comment effectuer une opération commerciale dans une devise étrangère ?

Si une opération donne lieu à une facture dans une devise étrangère, celle-ci doit répondre à plusieurs impératifs :

  • Elle doit tout d’abord faire état d’un taux de change en euros applicable, négocié entre les parties-prenantes, c’est-à-dire le taux de référence en termes de parité entre l’euro et la monnaie étrangère utilisée pour le règlement. Ce taux doit obligatoirement apparaître sur la facture.
  • La facture doit ensuite être impérativement intégrée à la comptabilité de l’entreprise en euros, en suivant un taux de conversion qui pourra être égal ou non au taux de change utilisé pour la transaction.

Le taux de conversion

Pour calculer le taux de conversion, 2 dates peuvent être choisies :

  • la date d’exigibilité de la TVA, c’est-à-dire la date à laquelle une entreprise est tenue de reverser la TVA encaissée au service des impôts ;
  • la date du taux de conversion douanier fixée par convention à l’avant-dernier mercredi du mois.

A noter enfin qu’une facture peut être rédigée dans une langue étrangère. Cependant, en cas de contrôle de l’administration, l’entreprise devra fournir une traduction en français du document, effectuée par un traducteur juré.

Lire aussi Entreprises : quels sont les délais de paiement à respecter ? | Entreprises, comment proposer le paiement par carte bancaire ?

Textes réglementaires

Code général des impôts

Partagez cet article !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • 21/03/2018

    Protéger une invention en Europe coûte cher aujourd'hui car le brevet doit s'obtenir par pays et en l'absence d’un système unifié dans le règlement des litiges. Le brevet unitaire européen va changer la donne. Quel gain en attendre ? Quand ce brevet entrera-t-il en vigueur ?

  • ©donvictori0 / Stock.Adobe.com

    09/03/2018

    Vous êtes chef d'entreprise et vous voulez exporter vos produits ? La Commission européenne met à disposition une plateforme pour vous permettre d'estimer les droits et taxes redevables sur vos produits : la Market Access Database (base de données d'accès aux marchés).

  • © Fotolia.com

    08/01/2018

    Téléfel est un nouveau téléservice ouvert par la DGCCRF le 28 novembre 2017. Son objectif est de faciliter les déclarations des importateurs et exportateurs de fruits et légumes. Zoom sur les produits concernés, les nouvelles fonctionnalités et les modalités d’adhésion.

  • ©Fotolia.com

    08/12/2017

    Renforcer la croissance et l'innovation des entreprises, et donc la compétitivité sur des marchés porteurs est un fort enjeu en matière de croissance économique et d'emploi, en France comme à l’international. Mais à qui s'adresser pour se faire aider ? Panorama des principaux acteurs du soutien à la compétitivité des entreprises.

  • ©Fotolia.com

    06/12/2017

    Prodouane est la plate-forme sécurisée qui permet aux professionnels d’effectuer les démarches douanières en ligne. Son objectif : vous simplifier les formalités administratives et améliorer le service rendu. Panorama des principales procédures.

  • © Fotolia

    03/08/2017

    Dans le cadre d'un accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les droits de douane de 201 produits seront supprimés d’ici le 1er juillet 2019. Leur commerce annuel est  estimé à plus de 1 300 milliards de dollars et représente environ 7 % de l’ensemble du commerce mondial aujourd’hui. Quels sont les produits concernés ? Quels gains pour les professionnels concernés ?

Le ministère sur Twitter

Vous êtes une entreprise

Fermer

Besoin d’informations fiables et pratiques qui vous concernent ?

Abonnez-vous à la lettre d’information, c’est gratuit.

Partagez cet article !