Imprimer la page

[Vidéo] Événement « Financer la IVè révolution industrielle », le 7 juin

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a ouvert lundi 7 juin l’événement « Financer la IVè révolution industrielle ». L’ occasion de faire un premier bilan sur « l’initiative Tibi », lancée à Bercy en 2020, visant à favoriser le financement des entreprises technologiques.

[Vidéo] Voir l'événement en différé

Discours de Bruno Le Maire - Financer la IVè révolution industrielle - 07/06/2021 [PDF; 104 Ko]

Transcript - Discours de Bruno Le Maire - Financer la IVè révolution industrielle - 07/06/2021 [PDF; 216 Ko]

En 2020, 21 investisseurs institutionnels français se sont engagés auprès de Bruno Le Maire et de Cédric O à investir 6 milliards d’euros, d’ici fin 2022, dans des fonds de capital-investissement late stage et d’actions cotées global tech établis en France. L’objectif était de lever au total 20 milliards d’euros au sein des fonds labellisés.

Cet engagement s’est traduit par la signature d’une charte et d’un cahier des charges, co-rédigés avec les investisseurs. Les ministres ont confié à Philippe Tibi la mission de mener à bien ce programme, avec l’appui de la direction générale du Trésor.

Une gouvernance rassemblant les investisseurs a été installée et des comités d’agrément des fonds ont été mis en place. 49 fonds ont ainsi été agréés depuis le début de l’initiative.

Les autorités publiques poursuivent un double objectif :

  • financer les scale-ups françaises dont l’ambition est de devenir leader européen ou mondial,
  • faire de la France le premier centre européen d’investissement international dans les sociétés technologiques.

18 mois après, le bilan est encourageant

Après plus d’un an d’existence de l’initiative, les premiers résultats sont très encourageants et témoignent de la forte mobilisation des opérateurs financiers et des investisseurs institutionnels. L’initiative s’est déployée très rapidement malgré la crise : plus de 3,5 milliards d’euros ont déjà été engagés par les investisseurs partenaires.

Complétés par le reste des souscriptions, réalisées par des investisseurs tiers, l’ensemble des fonds labellisés représente d’ores et déjà plus de 18 milliards d’euros, sur un objectif initialement fixé à 20 milliards d’euros.

Ces très bons résultats correspondent aux objectifs fixés à moyen terme.

Le 7 juin 2021, Bruno Le Maire a proposé que cet objectif total de 20 milliards d’euros soit rehaussé à 30 milliards d’euros. Ces perspectives renforcent l'ambition de consolider en France un pôle leader en Europe en matière de financement privé des scale-ups.

La France est en passe de devenir le plus grand centre d’investissement en start-ups et en scale-ups de l’Union européenne. C’est un facteur de souveraineté technologique et d’attractivité pour les meilleures start-ups européennes.

Les perspectives

L’objectif du Gouvernement reste le même : augmenter et densifier l’écosystème technologique français pour conforter son leadership européen.

Partager la page