Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Signature du contrat stratégique de la filière « industries de sécurité »

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, Agnès Pannier-­Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances ainsi que Marc Darmon, président du comité stratégique de filière (CSF) « industries de sécurité », ont signé le contrat stratégique de filière « industries de sécurité », en marge du forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille le mercredi 29 janvier 2020.

© @DGEntreprises

La signature du contrat stratégique de filière

Le Gouvernement et les régions ont réaffirmé leur soutien et leur présence aux côtés des industriels de la filière de sécurité face aux défis de ce secteur. La signature du contrat stratégique de filière « industries de sécurité » constitue un moment fort pour cette filière d’excellence au potentiel économique majeur et augure un renforcement des industries de sécurité françaises en Europe et dans le monde

La filière des industries de sécurité

De la cybersécurité à la lutte contre le terrorisme, en passant par la sécurité des territoires ou la protection des infrastructures et des réseaux, la filière des industries de sécurité couvre un large périmètre. Celle-ci rassemble l'ensemble des entreprises qui développent des produits et services technologiques de sécurité, des grands groupes leaders mondiaux aux PME, start­ups innovantes et des entreprise de taille intermédiaire (ETI). La filière prend appui, par ailleurs, sur des acteurs de la R&D et des pôles de compétitivité pour favoriser son essor économique.

Le comité stratégique de filière (CSF)

Le label du CNI

Le comité stratégique de filière est un pilier de la démarche inhérente au conseil national de l'industrie (CNI). Il s'agit ainsi d'instaurer un dialogue entre les parties prenantes : État, entreprises et représentants des salariés sur l'ensemble des sujets permettant la reconquête industrielle, filière par filière. 18 CSF sont actuellement labellisés au sein du CNI. Celui portant sur les industries de sécurité a été labellisé le 22 novembre 2018.

La présidence

Le CSF « Industries de sécurité » est présidé par Marc Darmon, président du conseil des industries de la confiance et de sécurité (CICS), directeur adjoint de Thalès, en charge de l'activité systèmes d'information et de communication sécurisées. Il est nommé par le comité exécutif du CNI sur proposition des représentants des industriels de la filière. Chacune des trois partie-prenantes du CNI - l'État, les industriels et les syndicats - est représentée dans les CSF par un panel de membres issus de ses rangs auxquels peuvent s’ajouter des personnalités expertes dans un domaine en lien avec la filière.

Le projet de campus cyber

Le projet de campus cyber, dont la préfiguration a été confiée à Michel Van Den Berghe, offrira un lieu physique pour mettre en œuvre des projets de la filière en fédérant l’écosystème de la cybersécurité.

>> Les CSF : remettre les filières au cœur de la politique industrielle française

Les projets structurants

Le contrat du comité stratégique de filière (CSF) « Industries de sécurité » a identifié cinq projets structurants dont les feuilles de route sont détaillées dans le contrat de filière. Tous font l’objet d’engagements réciproques entre l’industrie et l’État :

  • La sécurité des grands événements et des JO Paris 2024 : développer une offre globale pour sécuriser les grands événements avec la perspective des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ;
  • cybersécurité et sécurité de l’Internet des objets (IOT) : faire émerger le potentiel exceptionnel de la France en matière de cybersécurité en alignant et mobilisant les différents acteurs sur des politiques d’éducation, d’innovation et de développements technologiques ;
  • identité numérique : clef de voute de l’économie numérique, le projet développe des solutions innovantes pour répondre aux enjeux de la lutte contre la fraude, de la protection des données personnelles et de la souveraineté numérique ;
  • territoires de confiance : assurer un leadership français éthique sur la sécurité de la ville intelligente et connectée, au travers de solutions globales pour les collectivités et les sites ;
  • numérique de confiance : structurer des offres industrielles de confiance compétitives pour répondre aux besoins des entreprises et de l’État dans le numérique.
Partager la page