Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Remise du rapport « Choisir une finance verte au service de l’accord de Paris »

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, ont pris connaissance du rapport d'Alexandre Holroyd. Le député des Français établis hors de France, leur a présenté, le 22 juillet, à l’issue de la mission qui lui a avait été confiée sur l’évaluation des meilleures pratiques en matière de finance verte dans l’Union européenne.

©@alexIholroyd

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique :

L’État et l’Union européenne s’apprêtent à engager des plans de relance massifs pour transformer notre économie vers un modèle durable et neutre en carbone. Il faut absolument que les investissements privés suivent le même chemin et que la finance verte change d’échelle. Les propositions d’Alexandre Holroyd vont permettre d’avancer dans cette direction.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance :

Nous devons préserver le leadership acquis par la Place de Paris en matière de finance verte, tout en portant cette priorité au niveau européen. Nous allons approfondir cette feuille de route et mettre la finance verte au cœur de la relance économique, avec un objectif : construire une croissance durable, innovante et respectueuse de l’environnement.

Le rapport « Choisir une finance verte au service de l’accord de Paris »

Accédez au rapport [PDF ; 5683 Ko]

La mission d'Alexandre Holroyd

Alexandre Holroyd a présenté l'évaluation des meilleures pratiques en matière de finance verte et d'organisation des places financières dans l'union européenne, à la demande du Premier ministre, Édouard Philippe, en décembre 2019.

Décret du 5 décembre 2019 chargeant un député d'une mission temporaire

La méthode de la concertation

Lors de la mission, près de 150 auditions ont été menées. Les échanges ont eu lieu avec l'écosystème financier français à l'image des fédérations, des ONG, des banques ou encore des institutions. Un état des lieux de la situation à l'international a également eu lieu. 6 mois de concertation ont permis l'émergence de 24 recommandations manifestes de la volonté du Gouvernement de faire de Paris la place majeure de la finance verte dans le monde. Il entend également mobiliser celle-ci afin de financer la transition écologique de la France.

L'inscription au service de la lutte contre le changement climatique

Le rapport « Choisir une finance verte au service de l’accord de Paris » propose une série de recommandations pour réussir la mobilisation du système financier au service de la lutte contre le changement climatique.

Alexandre Holroyd, député des Français établis hors de France :

Il faut dorénavant mettre la finance au service de l’Accord de Paris et assurer que nos acteurs nationaux et notre place financière soient les phares de cette renaissance.

En savoir plus sur la finance verte

Les priorités

Les recommandations s’articulent autour de trois priorités :

Établir des outils indispensables à l’alignement des flux financiers avec les objectifs de l’accord de Paris.

Orienter l’investissement vers la transition bas-carbone.

Encourager l’innovation.

La France, pionnière pour la finance verte

Les structures de places financières ; un rôle moteur

Ces structures,  regroupant des acteurs financiers variés: les banques, les assurances ou encore, par exemple les gérants d'actifs, jouent un rôle important dans ce domaine relativement nouveau. Elles peuvent, en effet,

  • constituer, entre acteurs de marché, un espace d’échange, d'apprentissage, de dissémination des meilleures pratiques et de construction de consensus. 
  • être la source de soutien à la recherche, en partenariat avec des ONG ou le monde académique, visant à affiner ces derniers.

Souvent, ces structures sont un lieu d’adoption d’engagements communs du secteur financier. Les places financières sont parties prenantes de la mobilisation des acteurs financiers comme non-financiers pour la transition écologique.

La place de Paris à l'avant-garde

La France a été l'un des 1ers pays a s'être positionnés sur l'enjeu de la finance durable. En témoignent l'expérience concrète ainsi que les résultats obtenus. Aussi, la France se doit de poursuivre son rôle moteur en Europe en ce contexte de crise sanitaire du Coronavirus Covid-19. Voici, à présent, la place de Paris  à la croisée des chemins pour préserver le leadership français en matière de finance verte.

Le rôle de la donnée extra-financière

L'abondance de la donnée extra-financière

La donnée environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) ainsi que son analyse sont nées en Europe avec les initiatives portées par l'univers académique qui entendait rendre le capitalisme davantage responsable. La surabondance de la donnée va en s'accentuant. Elle a, ainsi mené à :

  • l'incorporation d'une analyse à la fois qualitative et quantitative dans les notations par certaines agences,
  • un développement de la recherche ESG. a mené à l’incorporation au sein des notations d’une analyse qualitative et quantitative par certaines agences et à un développement très significatif de la recherche ESG.

De l'importance de la qualité de la donnée

Parce qu'elle est un socle de la finance durable dans une large mesure, la qualité de la donnée extra-financière est cruciale. Il en va de la robustesse des analyses en découlant.

Épargne et développement de nouveaux produits pour réorienter les flux financiers

L'épargne verte

La réorientation des flux financiers nécessite une importante adaptation importante de toutes les étapes de la structure de l’épargne. Aussi, la mission promeut les chantiers suivants :

  • assurer la lisibilité et la crédibilité des outils de finance verte,
  • développer de manière urgente de nouveaux outils pour financer la transition de l’économie,
  • utiliser ces outils pour introduire une trajectoire de réorientation de l’épargne. Celle-ci prend place sous toutes ses formes à l'image de l’assurance vie et de l’épargne réglementée.

L'accord de Paris

Né à l'issue de la conférence pour le Climat, l'accord a pour objectif d'engager la réduction des gaz à effet de serre.

La conférence de Paris ou COP21

Ouverture de la conférence Paris Climat
Approbation à l'unanimité du premier accord universel pour le climat
Entrée en vigueur officielle
Partager la page