Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Présentation de la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili et le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, ont présenté, le 9 septembre, la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France devant l’association française pour l’hydrogène et les piles à combustible (AFHYPAC) et l’ensemble des acteurs et partenaires de la filière.

©@BrunoLeMaire

 

L'hydrogène décarboné, une priorité

Un axe prioritaire d'investissement pour la France

La stratégie pour le développement de l’hydrogène décarboné constitue un axe prioritaire d’investissement pour la France, compte tenu :

  • des enjeux environnementaux : l’hydrogène est pourvoyeur de nombreuses solutions pour décarboner l’industrie et les transports,
  • des enjeux économiques : l’hydrogène offre l’opportunité de créer une filière et un écosystème industriels créateurs d’emplois,
  • des enjeux de souveraineté énergétique : pour réduire notre dépendance vis-à-vis des importations d’hydrocarbures,
  • des enjeux d’indépendance technologique : pour valoriser les atouts dont dispose la France dans la compétition mondiale.

Un plan hydrogène dès 2018 en France

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance :

La France a été parmi les premiers pays à identifier tout le potentiel de l’hydrogène notamment sa capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en étant compétitif. Dès 2018, notre pays a fait le choix de soutenir la filière et y a consacré des moyens dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA). L’enjeu est écologique, technologique et économique. Il s’agit de créer et structurer un écosystème industriel de pointe qui soit compétitif à l’international.

Le soutien apporté par l’État à la filière, ces trois dernières années, a été important :

  • le programme d’investissements d’avenir (PIA) a mobilisé plus de 100 millions d'euros en soutenant la mise en œuvre de démonstrateurs et la prise de participation dans des entreprises à fort potentiel,
  • l'agence nationale de la recherche (ANR) a soutenu la recherche publique en mobilisant plus de 110 millions d'euros sur les 10 dernières années, 
  • Bpifrance a accompagné de nombreuses startup ou des PME dans leurs projets d’innovation et de développement technologiques,
  • L’Ademe a soutenu le déploiement de la mobilité hydrogène en apportant 80 millions d'euros,
  • La banque des Territoires a soutenu des projets de déploiements portés par les collectivités.

La stratégie nationale

La stratégie nationale présentée repose sur :

  • une vision stratégique consolidée depuis plus d’un an,
  • une large consultation de l’ensemble des acteurs de la recherche, des entreprises, ou encore des institutionnels,….

Celle-ci a permis d’identifier :

  • les verrous à lever en recherche et développement (R&D),
  • les freins au passage à l’échelle industrielle,
  • les opportunités de massification et les besoins de soutien en fonds propres.

Les objectifs

Le développement des technologies de l'hydrogène représente une opportunité, tant dans les territoires qu'à l'échelle européenne, pour :

  • accélérer la transition écologique,
  • créer une filière industrielle dédiée.

La stratégie fixe ainsi 3 objectifs :

1. installer suffisamment d’électrolyseurs pour apporter une contribution significative à la décarbonation de l’économie

2. développer les mobilités propres en particulier pour les véhicules lourds

3. construire en France une filière industrielle créatrice d’emplois et garante de notre maîtrise technologique.

Une stratégie de 7 milliards d'euros avec 3 priorités

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance :

Nous accélèrerons massivement ces investissements en engageant, d’ici 2030, 7 milliards d’euros, dont 2 milliards d’euros dès le plan de relance. Notre objectif est clair : conjuguer le développement technologique et la transition écologique.

Développer une filière d'hydrogène vert en France : en savoir plus

Première priorité : décarboner l’industrie en faisant émerger une filière française de l’électrolyse

  • Faire émerger une filière française de l’électrolyse. La stratégie retient l’électrolyse qui apparaît comme le plus prometteur des procédés, sur lequel la France dispose déjà d’industriels à fort potentiel. Le marché de la production d’hydrogène décarboné par électrolyse doit évoluer vers des projets de plus grande taille et de plus importante capacité. La France se fixe ainsi un objectif de 6,5 GW d’électrolyseurs installés en 2030.
  • Décarboner l'industrie en remplaçant l'hydrogène carboné. L’objectif est de remplacer les procédés de production à partir de combustibles fossiles pour décarboner cet hydrogène. C’est un des axes de la programmation pluri-annuelle de l’énergie.

Deuxième priorité : développer une mobilité lourde à l’hydrogène décarboné

  • Développer une offre de mobilité lourde à l’hydrogène. Particulièrement adaptée aux véhicules lourds, les technologies de l’hydrogène offrent une capacité de stockage complémentaire à celle des batteries électriques. L’hydrogène répond aux besoins de fortes puissances motrices ou aux besoins de longue autonomie, notamment pour les flottes captives parcourant de longues distances à flux tendus. Le déploiement de l’hydrogène sur ce segment répond à l’objectif de décarbonation de ces mobilités dites « lourdes ».
  • Développer des projets territoriaux d’envergure en incitant à mutualiser les usages. Pour accélérer le déploiement des mobilités professionnelles à l’hydrogène sur le territoire national, la stratégie propose la mutualisation de la demande, à la fois dans le secteur industriel et dans celui de la mobilité, à l’échelle des territoires. Il s'agit de faire émerger des partenariats forts entre collectivités et industriels afin de synchroniser au mieux l’émergence de l’offre et le développement des usages.

Troisième priorité : soutenir la recherche, l’innovation et le développement de compétences afin de favoriser les usages de demain

  • Soutenir la recherche et l’innovation. Pour accélérer la préparation de la future génération des usages de l’hydrogène, la stratégie propose un ensemble d’outils qui permettront de poursuivre l’effort de R&D dans le domaine de l’hydrogène et rester à la pointe au niveau international, la France possédant une recherche de premier plan dans ce domaine, de soutenir l’innovation en faveur de l’industrialisation de nouvelles technologies.
  • Développer les compétences. La stratégie mise sur le renforcement des compétences, afin de soutenir le développement des usages de l’hydrogène sur le territoire. L’enjeu est de former à la spécificité du gaz hydrogène et de ses utilisations, aux composants et aux modalités d’intervention.

Un enjeu européen

Barbara Pompili et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie :

Cette stratégie nationale s’inscrit dans une logique européenne. Si nous voulons acquérir et conserver un avantage compétitif, si nous voulons rester au meilleur niveau mondial et devancer les industries américaines et asiatiques sur le long terme, nous devons unir nos forces à l’échelle européenne, en faisant collaborer les chercheurs, en facilitant les coopérations industrielles et en regroupant nos financements.

La commission européenne a publié le 8 juillet 2020, dans la continuité des travaux sur les chaînes de valeur stratégiques, sa stratégie hydrogène pour l’Union européenne. L’Europe consacre ainsi l’hydrogène comme une technologie clé pour :

  • atteindre ses objectifs climatiques,
  • la création d’emplois industriels.

Les appels à projets

Dès 2020 :

  • Appel à projets (AAP) « hub territoriaux d’hydrogène » par l’Ademe pour le déploiement, par des consortiums réunissant des collectivités et des industriels fournisseurs de solutions, d’écosystèmes territoriaux de grande envergure regroupant différents usages (industrie et mobilité), pour favoriser au maximum des économies d’échelle. Cet appel à projet sera doté de 275 millions d'euros d’ici 2023.
  • Appel à projets (AAP) « Briques technologiques et démonstrateurs » : cet AAP vise, dans son volet « briques technologiques » à développer ou améliorer les composants et systèmes liés à la production et au transport d’hydrogène, et à ses usages tels que les applications de transport ou de fourniture d’énergie. Il pourra également soutenir des projets de démonstrateurs intégrant une forte création de valeur en France et permettant à la filière de développer de nouvelles solutions et de structurer la filière. Cet AAP est doté de 350 millions d'euros jusqu’en 2023.
  • Mobilisation des dispositifs d’investissement en fonds propres du PIA pour financer les entreprises nécessitant un soutien au développement de technologies innovantes (fonds écotechnologies), à l’industrialisation (fonds des sociétés de projets industriels (SPI) ou au lancement de premières commerciales dans le domaine des infrastructures énergétiques (Ademe Investissements).

2021

  • Construction d’un projet important d’intérêt européen commun (PIIEC/IPCEI) sur l’hydrogène, à l’instar du projet européen sur les batteries. Ce projet pourra par exemple soutenir la R&D et l’industrialisation d’électrolyseurs pour produire de l’hydrogène décarboné et déployer ces solutions dans l’industrie. Ce projet pourra également concerner des projets de « gigafactory » d’électrolyseurs en France, ainsi que l’industrialisation d’autres briques technologiques (piles à combustible, réservoirs, matériaux…), dans une logique d’intégration de la chaîne de valeur au niveau européen. La France réservera une dotation financière exceptionnelle de 1,5 milliards d’euros dans le cadre de cette action.
  • Appel à manifestation d’intérêt dans le cadre du programme prioritaire de recherche (PPR) « applications de l’hydrogène » : opéré par l’ANR, ce PPR permettra de soutenir la recherche en amont et de préparer la future génération des technologies de l’hydrogène (piles, réservoirs, matériaux, électrolyseurs…). Il contribuera à l’excellence française dans la recherche sur l’hydrogène et sera doté de 65 millions d'euros.

2022

Appel d’offres dans le cadre du mécanisme de soutien à la production d’hydrogène décarboné, par complément de rémunération.

Presse

Discours de Bruno Le Maire 08/09/2020 [PDF ; 513 Ko]

Dossier Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France 08/09/2020 [PDF ; 1 045 Ko]

Partager la page