Introduction en bourse d’entreprises technologiques : de nouvelles mesures de soutien

Le Gouvernement a présenté le 23 novembre une série de mesures visant à soutenir l’introduction d’entreprises technologiques à la bourse de Paris. Détails.

©Gorodenkoff - stock.adobe.com

Voir dix licornes françaises réaliser leur introduction en Bourse, à Paris, d’ici à 2025, dont deux avec une valorisation supérieure à cinq milliards d’euros. C’est l’objectif que s’est fixé le Gouvernement qui souhaite créer des conditions de marché propices et accompagner les entreprises pour les années à venir.

Pour y parvenir, de nouvelles mesures de soutien ont été présentées le 23 novembre par le Gouvernement. Celles-ci visent à favoriser, à long terme, les introductions en bourse (IPO) à Paris des acteurs technologiques.

L’IPO, une étape cruciale pour le développement des entreprises innovantes

L’introduction en bourse est, en effet, une étape cruciale du développement des entreprises innovantes pour leur permettre d’accélérer leur croissance.

Ainsi, pour assurer l’introduction en bourse de licornes, à Paris, le Gouvernement va engager trois séries de mesures visant à renforcer l’accompagnement des entreprises innovantes, à améliorer le cadre législatif et à soutenir financièrement, mais de manière très sélective, ces opérations.

Accompagnement non-financier des entreprises innovantes

Pour soutenir les startups (jeunes pousses) dans toutes leurs phases de développement, la mission French Tech va continuer à accompagner les entreprises également après leur introduction en bourse. Jusqu’ici, les programmes d’accompagnement de la mission French Tech ne lui permettaient pas de garder un lien fort avec les startups après leur IPO. Ce sera désormais le cas et les relations avec l’administration seront ainsi maintenues dans la durée avec les entreprises technologiques cotées.

La Mission French Tech mènera également des actions d’attractivité en mettant davantage en avant les sujets « IPO » et « tech cotée » lors de ses évènements organisés à travers l’Europe.

Par ailleurs, le Gouvernement mettra à contribution l’initiative Choose France, pour que des fonds d’investissement étrangers dédiés à la « tech cotée » soient invités au sommet à Versailles en 2023.

De plus, l’initiative Tibi sera renforcée sur le segment coté. Ainsi, si l’initiative Tibi a déjà permis de recruter 60 spécialistes tech au sein des fonds labellisés, le Gouvernement va fortement inciter les fonds d’investissement à se doter de spécialistes et d’analystes dédiés à la « tech cotée ».

Des ateliers dédiés au sujet « tech cotée » seront également organisés pour renforcer l’attractivité et les compétences au sein de l’écosystème français.

Travaux législatifs

Au niveau européen, le Gouvernement soutient les mesures spécifiques prises en faveur des entreprises innovantes cherchant à se coter dans le cadre du travail en cours sur le Listing Act. Une première proposition législative de cette réforme des règles, menée par la Commission européenne, devrait être publiée avant la fin d’année.

Le Gouvernement souhaite également lancer l’instruction d’un travail législatif pour encourager les entreprises innovantes à réaliser leur introduction en bourse en France. Il s’agit de mettre en place un cadre autorisant les droits de vote multiples sur les sociétés cotées, pour permettre au management des licornes françaises de conserver le contrôle effectif de leurs entreprises après leur cotation (au même titre que pour les entreprises non cotées).

Engager une réflexion sur un soutien financier, mais sélectif, aux IPO

Une réflexion va être menée pour évaluer la pertinence d’interventions de la sphère publique dans le cadre d’opérations d’IPO, avec une mobilisation mesurée s’appuyant sur des moyens pouvant atteindre plus d’un milliard d’euros. Dans ce cadre :

  • Bpifrance a prévu de consacrer 500 millions d’euros pour investir en direct dans des entreprises de la tech dans le cadre de leur introduction en bourse,
  • La Caisse des Dépôts et Consignations prévoit également 300 millions d’euros d’investissement dans de telles opérations.