Environnement : la France dépasse ses engagements financiers pour le climat dans les pays en développement

La COP27 se tient à Charm el-Cheikh, en Égypte, du 6 au 18 novembre 2022. À cette occasion, et suite à la parution d’un rapport de l’OCDE, le Gouvernement réaffirme son engagement financier pour le climat dans les pays en développement.

© Fotolia.com

Vagues de chaleurs, incendies, inondations… Les manifestations du changement climatique sont de plus en plus nombreuses. Afin de faire face à ces enjeux, en 2009, les pays développés s’étaient collectivement engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an de financements climat pour les pays en développement à partir de 2020. La France s’était quant à elle engagée à mobiliser six milliards d’euros. 

État des lieux des engagements financiers de la France 

En 2020, la France avait mobilisé 5,08 milliards d’euros, dont 1,96 milliard d’euros pour l’adaptation au changement climatique.

Dans un contexte de crise sanitaire, en décembre 2020, le président de la République avait annoncé un relèvement de l’engagement financier de la France, le portant à six milliards d’euros par an pour les années 2021 à 2025, dont un tiers dédié à l’adaptation. 

La finance climat internationale mobilisée par la France a fortement augmenté en 2021, pour atteindre 6,1 milliards d’euros, dont 2,2 milliards d’euros en faveur de l’adaptation. La France dépasse ainsi ses engagements.

COP27 : de nouveaux engagements de la France

À l’occasion de la COP27, elle réaffirme son soutien et appelle les pays développés qui ne l’ont pas encore fait à se doter de cibles de finance climat ambitieuses et à les mettre en œuvre rapidement pour atteindre collectivement la cible de 100 milliards de dollars par an.

Par ailleurs, elle contribuera au nouveau bouclier global contre les risques climatiques. Cette nouvelle initiative vise à répondre à l’appel des États les plus vulnérables au changement climatique en améliorant la réponse apportée aux pertes et dommages liées aux impacts du changement climatique. La France contribuera au Bouclier global contre les risques climatiques à hauteur de 20 millions d’euros, en subventions, en 2023.

Partager la page