Accueil du portailFACILECO › La fonction Direction et Administration générale
Logo de Faciléco : Mieux comprendre l'économie

La fonction Direction et Administration générale

Groupe de personnes

Un rôle fondamental dans l’entreprise

La fonction de Direction et Administration générale est une fonction que l’on se représente généralement bien.

Souvent associée au personnage du directeur, elle n’a été envisagée comme une science que depuis quelques décennies. Or son rôle est des plus importants dans l’entreprise.


 

La fonction Direction et Administration générale : quelle définition pour quels enjeux ?

La définition

La fonction Direction et Administration générale consiste à définir les objectifs, prévoir et choisir les actions à accomplir, contrôler leur réalisation, prendre d’éventuelles mesures correctives.

Il faut pour cela avoir une vision à long terme et surtout une capacité à mobiliser l’ensemble de l’entreprise.

Henri Fayol 

Le premier à avoir réfléchi sur la Direction (ou l’Administration) est Henri Fayol en 1916.

Pour lui, la direction d’une entreprise s’appuie sur 5 types d’actions :

  • Prévoir : Essayer de planifier l’avenir en fonction de différents scenarios
  • Organiser : Munir l’entreprise des différentes fonctions (ou organes) nécessaires à son bon fonctionnement
  • Commander : Indiquer à ces différents organes les tâches à accomplir
  • Coordonner : S’assurer que l’ensemble des actions de l’entreprise répondent à une certaine harmonie (et ne se parasitent pas)
  • Contrôler : Vérifier que tout se passe conformément aux consignes du plan, afin de pouvoir corriger au plus vite les éventuelles erreurs.

Quels enjeux ?

L’impact de la fonction « Direction et Administration générale » se perçoit à travers l’ensemble de l’entreprise, puisque c’est dans sa nature. Contrairement aux fonctions précédentes, on ne différenciera pas son impact.

On peut retenir en revanche qu’un mauvais style de direction peut avoir des conséquences particulièrement néfastes.
En effet, il existe de nombreux styles de direction, et de nombreuses typologies.

Le manager doit en effet porter son attention sur les objectifs, mais aussi sur les hommes. L’un n’ira jamais sans l’autre faute de quoi la situation deviendra vite ingérable…

Quelles tâches au sein de la fonction Direction et Administration générale ?

Jusqu’à présent, on a défini la notion de « Direction et Administration générale » à travers les 5 tâches : prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler. Il existe d’autres approches complémentaires de cette fonction de direction.

Diriger ou comment essayer de prendre les meilleures décisions stratégiques

Ce qui caractérise le dirigeant est la nécessité de prendre des décisions. Il est le capitaine du bateau, c’est donc à lui de prendre les grandes décisions stratégiques.

Décider n’est pas toujours une chose facile  : il faut trouver les informations, les assimiler, évaluer les différentes possibilités, et choisir la plus pertinente. A cette fin, le dirigeant dispose d’un ensemble d’outils stratégiques (qui sont des tableaux, des schémas, des calculs) afin de lui faciliter la tâche.

Diriger ou gérer les conflits internes pour mieux mobiliser le personnel

Au sein d’une entreprise, le personnel n’est pas homogène.
Chaque travailleur est différent  : il a son histoire, son caractère, ses objectifs propres. On peut donc appréhender l’entreprise comme un lieu de rencontre entre ces personnalités.
Or ces rencontres peuvent aboutir sur des conflits. C’est donc au dirigeant de trouver les moyens d’accorder ces points de vue plus ou moins contradictoires, afin de les fédérer autour d’un objectif commun lié à l’entreprise.

La fonction Direction et Administration générale : débats et perspectives
 

Qui dirige vraiment la grande entreprise ?

La grande entreprise, et plus particulièrement la grande entreprise cotée, est caractérisée par une interrogation : qui dirige l’entreprise  ?
D’un côté se trouvent des milliers de petits actionnaires, qui sont tous propriétaires d’une partie de l’entreprise et qui ont donc un droit de regard sur sa gestion.
De l’autre se trouve, un dirigeant qui souvent n’est pas propriétaire, mais à qui on a confié la gestion de l’entreprise.

Des divergences d’intérêt peuvent exister entre le dirigeant et les propriétaires : on parle alors de relation d’agence.
Pour limiter ce genre de situations, des institutions comme le conseil d’administration, le conseil de surveillance ou l’assemblée des actionnaires sont mis en place.
Ces organes permettent aux propriétaires de s’assurer que le dirigeant poursuivra les objectifs des actionnaires.

Toute une réflexion est entamée depuis le début des années 2000 pour savoir quelles sont les institutions les mieux adaptées pour l’entreprise.

Plus d’autonomie pour une meilleure direction ?

Si une entreprise a nécessairement besoin d’un dirigeant, il est nécessaire pour le dirigeant de laisser une certaine autonomie aux salariés.
D’une part, le dirigeant n’a pas les moyens (en termes de temps, de mémoire,…) de gérer tous les problèmes, il doit donc accepter de déléguer une partie de ses pouvoirs.
Par ailleurs, certains auteurs montrent qu’un mode de direction autoritaire (tout passe par le dirigeant et les salariés ne font qu’exécuter) n’est pas le plus efficace pour une entreprise.
En effet, à la moindre occasion, les salariés vont désobéir. Il semble donc nécessaire pour mieux diriger d’accorder une plus grande autonomie aux salariés, sans pour autant instaurer un laisser-faire total.

< Retour au sommaire

Partagez cet article !