Trier les résultats par
Afficher les extraits
Imprimer la page

Signature du contrat stratégique de la filière Infrastructures numériques

La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, et le président du comité stratégique de filière (CSF) et vice-président de la fédération française des Télécoms (FFTélécoms), Didier Casas, président du CSF et vice-président de la fédération française des Télécoms, ont signé le contrat du comité stratégique de filière « Infrastructures numériques » le mercredi 18 décembre 2019, dans les locaux du pôle de compétitivité « Systematic Paris-région » à Palaiseau, en présence de régions de France et des représentants de la filière.

©@InfraNum

La filière « Infrastructures numériques »

Didier Casas, président du comité stratégique de filière (CSF) et vice-président de la fédération française des télécoms (FFTélécoms) :

« Forte d’un savoir-faire acquis depuis plusieurs décennies, la filière est constituée d’un nombre important d’entreprises dont la chaîne de valeur s’étend des fabricants de câbles aux opérateurs télécoms en passant par les équipementiers. Elle s’est donnée pour ambition de connecter les citoyens et de largement contribuer au développement d’usages innovants dans les territoires au bénéfice de toutes et tous. »

Qui la compose?

La filière « Infrastructures numériques » rassemble :

  • les fabricants de composants et d’équipements réseaux : l'alliance française des industries du numérique (Afnum)
  • les opérateurs d’infrastructures fixes et mobiles et de services de communications électroniques : la fédération française des télécoms (FFTélécoms)
  • les fabricants de matériels et câbles de communication/très haut débit : l'organisation professionnelle de l'industrie des fils et câbles électriques et de communication (Sycabel) 
  • les entreprises de la connectivité et des réseaux d’initiative publique : la fédération des entreprises partenaires des territoires connectés (InfraNum).

La filière s’appuie sur de nombreux centres de recherche et pôles de compétitivité pour favoriser son essor économique et développer ses activités R&D.

Les chiffres clés

  • La filière réalise un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards d’euros, dont la majeure partie est issue des activités télécoms. 
  • Elle compte environ 13 000 entreprises majoritairement constituées de TPE/PME.
  • Au total, la filière compte près de 140 000 emplois directs.
  • En 2018, 2 500 recrutements équivalents temps plein (ETP) ont été effectués.

Les défis

Les principaux défis à relever pour la filière :

  • anticiper la mise en œuvre des nouveaux réseaux très haut débit et 5G afin de parfaire le savoir-faire français en la matière
  • œuvrer au bénéfice des autres filières-clé (automobile, transport, santé, sécurité, militaire,etc.) afin d’identifier leurs besoins en matière d’infrastructures et nouer de nouveaux partenariats
  • agir au bénéfice des territoires
  • renforcer la filière dans sa capacité à exporter
  • relever le défi des compétences et de l’emploi.

Les projets structurants

Labellisé le 22 novembre 2018 par le conseil national de l’industrie (CNI), le comité stratégique de filière (CSF)  « Infrastructures numériques » a identifié quatre projets structurants. Tous font l’objet d’engagements réciproques entre l’industrie et l’État et répondent aux principaux défis pour développer en France une industrie des infrastructures numériques performante et compétitive à l’échelle internationale :

  • la 5G : rendre accessible à toutes et tous les enjeux de la 5G et mettre en œuvre un réseau de plateformes 5G multi-sites pour favoriser l’innovation technologique, conformément aux objectifs de la feuille de route 5G du gouvernement ;
  • construire les smart territoires : accompagner les collectivités et participer au développement et à la visibilité des projets de smart territoires ;
  • favoriser l’emploi et le développement des compétences : anticiper l’apogée du Plan France très haut débit (THD) en identifiant de nouvelles passerelles et établir un plan d’attractivité pour les emplois à forte valeur ajoutée ;
  • construire une stratégie d’offre à l’exportation : rendre visible la filière à l’international.
Partager la page