Climat : Bercy poursuit son action pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris

Bruno Le Maire a confié à Yves Perrier une mission de coordination des acteurs financiers en France dans leur application de l’Accord de Paris. Une décision qui s’inscrit dans l’engagement du ministère en faveur du climat et du respect de l’Accord de Paris.

©robert Casacci - stock.adobe.com

Contenir le réchauffement climatique à +1,5°C. C’est l’objectif fixé par l’Accord de Paris et réaffirmé lors de la COP 26 de Glasgow (Écosse). Un accord qui traduit également l’importance d’agir d’ici 2030 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux conséquences du changement climatique.

Depuis trois ans, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, agit pour un verdissement de l’économie et de la finance en France.

En savoir plus : Plan d’action climat : vers une transition écologique du secteur économique

Vers une meilleure orientation des flux financiers

L’un des leviers d’action de la décarbonation du secteur économique, présent dans l’Accord de Paris, est l’orientation des flux financiers, publics comme privés, vers une trajectoire compatible avec un modèle de développement décarboné et résilient aux changements climatiques.

Dans ce cadre, un premier engagement de l’ensemble des acteurs financiers de la place de Paris (assureurs, banques et gérants de fonds) a été pris en faveur de la sortie du financement du charbon thermique. Depuis, les acteurs de la place ont élaboré et publié des stratégies de désinvestissement dans le domaine du charbon thermique.

Étendre ces engagements aux hydrocarbures non conventionnels

Lors du Climate Finance Day de 2020, Bruno Le Maire a appelé les acteurs financiers de la place à préciser leurs engagements relatifs au charbon et à l’étendre aux hydrocarbures non conventionnels.

La fédération française de l’assurance (FFA), l’association française de la gestion financière (AFG) et les six plus grandes banques françaises ont dévoilé, en octobre 2021, des premiers éléments de doctrine s’agissant du gaz et du pétrole non-conventionnels.

Des dispositifs pour suivre les engagements des acteurs financiers

En parallèle, des dispositifs ont été mis en place pour assurer la transparence et le suivi des engagements pris par les acteurs financiers et formuler des recommandations pour renforcer leur ambition.

Un Observatoire de la finance durable, lancé en 2020, a installé, en son sein, un comité scientifique et d’expertise pour privilégier une approche scientifique et mobilisant les leviers les plus efficaces de décarbonation des financements de la place. Ce comité a émis, en février 2021, des recommandations pour un désengagement du charbon et, en septembre 2021, des recommandations additionnelles pour les hydrocarbures non-conventionnels.

En parallèle, l’autorité des marchés financiers (AMF) et l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) publient dorénavant un rapport annuel commun évaluant l’impact des politiques climatiques des acteurs financiers. Les derniers éléments publiés, en octobre dernier, soulignent le chemin qu’il reste à parcourir pour être à la hauteur des enjeux.

C’est pourquoi, Bruno Le Maire a invité, lors du Climate Finance Day du 26 octobre 2021, tous les acteurs financiers de la place à s’engager dans une trajectoire de sortie du financement du charbon et des hydrocarbures non conventionnels, en lien avec l’Accord de Paris, et au-delà, dans une trajectoire de réduction de l’intensité carbone des projets et des entreprises financés. Cette trajectoire doit être objectivable et mesurable, efficace et transparente et accompagnée d’un échéancier graduel contraignant.

Dans cette perspective, il a été confié à Yves Perrier, président d’AMUNDI et vice-président de PARIS EUROPLACE, une mission de coordination des acteurs de la place de Paris dans leur alignement avec l’Accord de Paris. Un premier rapport définissant cette trajectoire est attendu pour fin février 2022.

Partager la page