Imprimer la page

Zone franc : réunion des ministres des Finances à Paris

Lors de la réunion d'automne des ministres des finances de la Zone franc, le 3 octobre 2014, Michel Sapin et ses homologues ont échangé sur les principaux enjeux économiques et monétaires, notamment la convergence macroéconomique entre les pays africains. La Zone franc repose sur des unions économiques et monétaires entre 15 pays d'Afrique et la France

 

 

Bercy accueille les ministres des finances des pays de la Zone franc

 

La réunion d'automne de la Zone franc qui s'est tenue à Paris, au ministère des Finances, le 3 octobre 2014 a réuni les ministres des Finances de 16 pays. Ils ont abordé les principaux enjeux économiques et monétaires mondiaux et bilatéraux.

Vers une convergence macroéconomique renforcée

Le dispositif de surveillance multilatérale entre les 15 pays africains leur permet de mieux coordonner les politiques économiques et monétaires pour renforcer la monnaie commune. Le suivi de la convergence macroéconomique est effectué lors des réunions de la Zone franc au regard de quatre principaux critères : le solde budgétaire excédentaire, un ratio dette / PIB inférieur à 70 %, une inflation inférieure à 3 % et l'absence d’arriérés de paiement. Le dispositif devrait évoluer avec les travaux menés par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)  et l'Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) lors de la prochaine réunion des ministres d'avril 2015.

La mobilisation des acteurs économiques de la Zone franc

La Zone franc a vocation à être au cœur de la fondation franco-africaine pour la croissance, dont l’objectif est de dynamiser les relations économiques entre la France et l’ensemble des pays d’Afrique. L’Afrique est aujourd’hui la deuxième zone de croissance au monde derrière l’Asie avec des taux de croissance d’environ 5 % par an. Le potentiel commercial de l’Afrique subsaharienne n’a, en outre, cessé de s’affirmer depuis plus de dix ans [ voir infographie ci-contre ].

La lutte contre le changement climatique

Autre question à l'ordre du jour de la réunion : la conférence sur le climat dite « COP21 » qui se tiendra à Paris en 2015. L’enjeu est de parvenir à un accord dès 2020 qui permette de limiter l’augmentation moyenne de
la température mondiale en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Cet enjeu est majeur pour les pays Africains qui seront particulièrement affectés par le changement climatique.

L’amélioration des systèmes d’informations financières des Etats africains

La modernisation des systèmes d’informations budgétaire et comptable représente un important levier d’amélioration de la gestion des finances publiques par une meilleure maîtrise de la collecte des recettes et de l’exécution des dépenses ainsi que de la modernisation des administrations.

 

  • les Etats membres de l'Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina-Faso, Côte-d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo ;
  • les Etats membres de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC) : Cameroun, République centrafricaine, Congo, Gabon,  Guinée équatoriale et Tchad.
  • l'Union des Comores

Lire aussi

G20 Finances : avancées sur des priorités françaises - 25/09/2014

 

 

Documents

 

Qu'est-ce que la Zone franc ?

Union économique et monétaire, la Zone franc est un facteur de stabilité monétaire et d’intégration régionale. Créée en 1939, elle est composée des plus anciennes unions monétaire au monde :

  • celle d’Afrique de l’Ouest (Union économique et monétaire ouest-Africaine (UEMOA)
  • celle d’Afrique centrale (Union monétaire de l’Afrique centrale), 
  • celle de l’Union des Comores.

En 1994, les unions monétaires ont été complétées par la création d’unions économiques comme la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Infographie

[ Cliquer sur l'image pour l'agrandir ]

 

Infograhie : la Zone franc - un potentiel économique et commercial pour la France

 

 

Partager la page